La présence de plus en plus forte de micro-transactions dans le jeu vidéo a interpellé la Commission des jeux de hasard qui enquête actuellement sur ce modèle économique qui peut transformer l’expérience du joueur en véritable jeu de hasard. 

loot boxes

FIFA, Overwatch ou plus récemment La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre contiennent un système de micro-transactions sous forme de loot boxes qui peuvent être achetées par le joueur pour obtenir du contenu supplémentaire. Ces pochettes de cartes contenant des joueurs (dans le cas de FIFA) et ces caisses fournissant des armes et munitions (dans le cas d’Overwatch, La Terre du Milieu et Battlefront II) doivent être payées non pas avec la fausse monnaie virtuelle du jeu mais avec de l’argent bel et bien réel. De plus, le joueur ne sait pas ce qu’il y aura exactement dans ces pochettes-surprise virtuelles avant de les acheter et de les ouvrir, rendant l’opération digne d’une véritable loterie.

Ces jeux de hasard compris au sein même du jeu sont actuellement analysés par la Commission des jeux de hasard, qui n’a pour l’instant pas encore pris position sur le sujet.“Nous avons par le passé considéré que le fait de promettre des récompenses telles qu’une arme secrète constituait un avantage”, nous dit Etienne Marique, président de la Commission des jeux de hasard. “Ce type de jeu doit être soumis préalablement à la Commission pour définir s’il s’agit d’un jeu de hasard complet ou pour limiter les mises”, ajoute-t-il.

Star Wars: Battlefront II finalement dépourvu de micro-transactions

En attendant leur verdict, les joueurs, eux, ont eu raison des éditeurs du jeu Star Wars: Battlefront II, de sortie ce vendredi 17 novembre. Leur mécontentement, notamment exprimé sur les réseaux sociaux, a fait plier l’éditeur Electronic Arts qui a retiré temporairement les micro-transactions du jeu. L’éditeur a expliqué que celles-ci reviendraient plus tard, lorsque les développeurs auront revu leur copie. Le système embarqué était il est vrai poussif et s’apparentait davantage à un pay-to-win comme sur certaines applications mobiles, permettant au joueur qui paie d’acquérir des éléments qui le rendent plus fort plus rapidement. Un déséquilibre qui, dans le cas d’un jeu multijoueur tel que Battlefront, avantage celui qui paie le plus et non celui qui joue le plus.

2 Commentaires

  1. […] Depuis fin 2017, le cas des loot boxes présentes dans certains jeux vidéo interpellent fortement les autorités belges. Ces caisses au contenu aléatoire fournissent des armes, munitions et autres équipements en échange d’argent bel et bien réel (et non de fausse monnaie virtuelle inhérente au jeu). Un système de micro-transactions qui est désormais considéré, dans certains cas, comme un “jeu de hasard” par la Commission des jeux de hasard. […]

  2. […] Tout commence fin 2017 avec la sortie de Star Wars Battlefront II, le système de coffres à butin achetables via des microtransactions pour permettre aux joueurs d’évoluer se présente plus comme une nécessité qu’une alternative. De quoi agacer la communauté des joueurs et attirer le regard de la Commission des jeux de hasard qui étudie de près le cas du jeu, ainsi que ceux d’Overwatch, FIFA 18 et Counterstrike. […]

Comments are closed.