La Belgian Entertainment Association (BEA) livre ses analyses suite au 10ème “Digital Music Report” : des hausses majeures de revenus générées par le segment digital et une croissance positive retrouvée pour l’industrie musicale en général.

© DR

 La dixième édition du “Digital Music Report“, rapport annuel du marché de la musique numérique au niveau mondial, est l’occasion de constater que le secteur musical sur la Toile se porte extrêmement bien.

 Avec une hausse de presque 11% par rapport à 2011, les revenus générés par le segment digital représentent 34% des revenus totaux du marché de la musique dans le monde. Mieux encore : dans certains pays comme les Etats-Unis, la Suède ou la Norvège, les ventes digitales sont parvenues à déclasser les ventes physiques. La bonne nouvelle ? Le secteur musical renoue avec une croissance positive, minime, certes, mais positive : 0,3%.

Fin 2011, les services de streaming ont débarqué dans notre pays. Spotify en tête, ces pionniers ont permis de réduire le téléchargement illégal et d’inverser la vapeur pour une industrie musicale qui fonçait droit dans le mur. En Belgique les chiffres parlent d’eux-mêmes : les revenus sont passés de 19,49 millions en 2011 à 25,98 millions en 2012, soit une augmentation de 33% pour une part totale de 19,83% sur le marché de la musique en Belgique. Les Pays-Bas arrivent pourtant à nous doubler avec une augmentation de près de 67,7 % portant les parts totales à 30% du marché de la musique en Hollande. En revanche, la France , n’a connu qu’une augmentation de 6,6% entre 2011 et 2012. En 2012, le Belge a en moyenne dépensé 2.36 euro pour de la musique digitale. C’est moins que les Néerlandais (3.41 €) mais plus que les Français (1.92 €).

Ces chiffre un peu étrange concernant l’Octogone s’explique selon Olivier Maeterlinck, Directeur de BEA Music :  « La part de marché du digital est plus importante chez nos voisins car les services tels que Spotify et Deezer étaient disponibles plus tôt et que la lutte contre la concurrence déloyale de l’offre illégale en ligne est à l’agenda politique. Les résultats positifs du marché de la musique en  Norvège (+7%) et en Suède (+14%) montrent que cette manière de faire offre au secteur une belle perspective d’avenir ». 

Selon la BEA, la musique serait le carburant de l’économie numérique et totalement indissociable d’Internet. Elle est présente partout, tout le temps.  « Une étude réalisée par Ipsos montre que les utilisateurs apprécient les plateformes et les sites légaux car ils sont sécurisants et sécurisés. Le Digital Music Report rappelle combien la musique est importante pour le développement et la croissance de l’économie numérique. Pourtant, peu d’actions sont prises contre des plateformes et des sites illégaux qui représentent un réel danger pour le consommateur et l’économie. Il reste important de les protéger contre la concurrence déloyale de l’offre illégale en faisant la promotion des plateformes et des sites légaux et en mettant en place des procédures simples et efficaces pour contrer l’offre illégale», continue Olivier Maeterlinck.

Grâce à la globalisation de la Toile, des artistes locaux du monde entier ont l’opportunité de faire connaître leur musique. Mais jusqu’où ? La BEA s’est renseignée sur l’impact des artistes locaux sur les plateformes de streaming musical : Dans certains pays il représente la partie la plus importante du top 10 des meilleures ventes numériques d’albums en 2012 : Finlande 9 albums sur 10, Italie 8 sur 10, Allemagne 7 sur 10 et France 6 sur 10.La Belgique fait figure de mauvais élève en la matière avec seulement un album dans les dix meilleures ventes en Wallonie et quatre albums sur dix en Flandre.

Si dans les deux parties du pays, les artistes internationaux dans le top sont pratiquement les mêmes (Adèle, Birdy, Lana Del Ray), le Top 10 FR est complété en grande partie par des artistes français (Sexion D’assaut, Les Enfoirés, David Guetta), alors que le Top 10 flamand laisse une place plus importante aux artistes “locaux” tels que dEUS, Hooverphonic, The Broken Circle Breakdown et Netsky

Si vous voulez en savoir plus sur la musique en streaming, consultez nos autres articles sur le sujet.

Réagissez sur notre forum.