La BBC a étudié de très près l’impact des campagnes publicitaires destinées à booster le nombre de “likes” sur les pages Facebook des multinationales. D’après l’enquête, les campagnes seraient non seulement inefficaces mais aussi falsifiées…

Selon une nouvelle enquête de la BBC, de nombreux clients de firmes spécialisées dans le marketing 2.0 trouvent les campagnes destinées à booster leur audience Facebook inefficaces.

Depuis des années déjà, Facebook propose de lancer des campagnes publicitaires sur son réseau social, contre quelques dizaines, centaines ou milliers d’euros. Les campagnes sont axées sur les pages Facebook des marques et permettent d’augmenter radicalement le nombre de personnes “aimant” leur profil.

Seulement voilà, pour la BBC, tout comme pour de nombreuses sociétés ayant vécu cette expérience, les campagnes publicitaires attirent un nombre anormalement élevé de “j’aime” venant de pays comme l’Egypte ou les Philippines. Alors que les publicités sont souvent ciblées sur un public américain ou européen, certaines firmes ont remarqué que des milliers de faux profils suivent leur page après le lancement de ces campagnes, ayant pour effet de fausser les statistiques.

Pour Facebook, il s’agit d’un phénomène connu. 5 à 6% des profils créés sur le réseau seraient des faux destinés à répandre des offres, virus ou autres sites d’arnaques sur cette plate-forme. L’ennui, c’est justement qu’il peut parfois être très difficile de vérifier si un compte est réel ou a été créé de toutes pièces. Officiellement, Facebook n’a pas trouvé de preuve de vagues de likes provenant de faux profils, mais de nombreux clients se refusent de plus en plus à investir dans de la publicité sur le réseau social. Plus que jamais, les faux profils deviennent donc l’un des plus gros ennemis du réseau social, qui devra impérativement faire le tri s’il souhaite regagner la confiance des annonceurs…

On en parle sur le forum.