Ce n’est une surprise pour personne : les attaques malveillantes sont en hausse et le consommateur est mal informé. 3 % des Belges auraient déjà vu son identité virtuelle usurpée et la plupart des internautes ne se tiennent pas au courant de l’évolution des dangers. Petit rappel de comment bien protéger son ordinateur des dangers de l’Internet.

Comment bien protéger son ordinateur?

La principale sécurité sur Internet, c’est le firewall (le pare-feu). On peut vérifier son activité en se rendant dans Panneau de configuration -> Système et sécurité -> Pare-feu Windows. Si le pare-feu peut parfois vous jouer quelques entourloupes, en n’autorisant pas certains programmes de démarrer, mieux vaut éviter de le désactiver pour autant, sa désactivation laissant la porte ouverte aux virus et aux trojans pour s’installer sur votre disque. En réalité, il est possible de configurer les autorisations pour éviter ce type de petit désagrément et ne prendre aucun risque.

Seconde sécurité principale pour l’utilisateur : l’antivirus. Cette fois-ci, il s’agit d’un programme qu’il faut généralement acheter par soi-même et qui doit être renouvelé chaque année. Un peu plus de 50% des Belges en possèdent un. Ces statistiques prouvent qu’il est possible de vivre sans, mais qu’il est peu recommandé de prendre le risque de se passer d’un antivirus. Les plus populaires sont Kaspersky et Norton, mais il y en a de nombreux très performants et il est possible de télécharger des programmes scanneurs de données supplémentaires pour se débarrasser de certains malwares qui seraient passés entre les mailles du filet.

Enfin, dernière sécurité et non des moindres : le comportement de l’utilisateur. En surfant sur des sites connus, l’utilisateur ne prend pratiquement aucun risque d’attraper un virus. En revanche, lorsqu’il s’écarte des sentiers battus, via une recherche sur un moteur de recherche notamment, il peut tomber sur un malware qui viendra infecter son disque dur. Bien que les moteurs de recherche éliminent de plus en plus les sites présentant des dangers potentiels pour l’utilisateur, il faut bien admettre que le risque est toujours là. Pour le reste, mieux vaut éviter de laisser son adresse email trainer partout, d’ouvrir des messages d’inconnus, d’ouvrir des pièces jointes dans des emails présentant un risque et d’accepter tous les termes et conditions lors de l’installation de petits programmes trouvés sur Internet, qui en profitent généralement pour vous faire installer des toolbars et autres joyeusetés qui seront l’occasion de récupérer quelques malwares souvent très vicieux.

L’usurpation d’identité, un problème moderne

Diverses enquêtes ont prouvé que de plus en plus d’utilisateurs ne se soucient guère de leurs mots de passe sur Internet. Pourtant, il est capital de bien protéger ses comptes. Le nombre d’internautes qui utilisent comme mot de passe “1234” ou “AZERTY” est alarmant, quant à ceux qui se contentent d’un mot de passe unique pour tous leurs comptes, ils prennent le risque de voir leurs données récoltées et leur carte Visa ou Mastercard utilisée, notamment si leur compte Paypal dispose d’un mot de passe identique. Des risques qu’il vaut mieux éviter en ayant 3 à 4 mots de passe différents et en les renouvelant régulièrement.

Ces mesures, très simples à mettre en pratique, permettent de protéger davantage vos comptes, et d’éviter de voir votre identité usurpée sur la toile. Au registre des conseils additionnels pour éviter les mauvaises surprises : penser à utiliser des informations qui n’ont aucun rapport direct avec vous. Certains internautes ont en effet fait de la collecte d’informations privées leur cheval de bataille pour découvrir les mots de passe de l’utilisateur, la récente affaire opposant la justice américaine à un hacker d’une cinquantaine d’années est la preuve du danger que représente ce type de données.

De nouveaux types de menaces

L’Internet est un univers en constante évolution. Pour surfer, il est nécessaire de se tenir au courant de ce qui se fait. Ceux qui pensaient les Mac, terminaux Android et smartphones inviolables risquent d’être surpris. Sur Android, mieux vaut éviter de télécharger tout et n’importe quoi. Sur Facebook, mieux vaut éviter d’utiliser toutes les applications. Comme Symantec le rappelle, “les cybercriminels se tournent désormais vers les réseaux sociaux pour lancer leurs attaques. Par la nature même de ces réseaux, les utilisateurs supposent, à tort, qu’ils n’encourent aucun risque et les pirates utilisent ces sites pour cibler de nouvelles victimes. Compte tenu des techniques d’ingénierie sociale et du caractère viral des réseaux sociaux, les menaces se propagent bien plus facilement d’une personne à une autre.” Enfin, comme nous l’avons évoqué dans le premier point de cet article, de nombreux programmes proposent d’installer des toolbars ou des programmes partenaires lors de leur installation. Évitez donc à tout pris de laisser toutes les cases cochées afin d’éviter de vous retrouver avec une toolbar encombrante et un malware qui ralentira le fonctionnement de votre ordinateur et vous obligera à acheter un antivirus virtuel qui ne résoudra rien au problème. Il s’agit là de nouveaux types de malwares auxquels les consommateurs ne sont pas encore éduqués et qui présentent donc de très gros risques, d’autant plus qu’ils présentent la particularité de contourner les firewalls et autres protections.

On en parle sur le forum.

3 Commentaires

  1. En plus des antivirus mentionnés dans l’article (et qui sont payants), il y en a des gratuits pour utilisation personnelle. Il ne sont pas moins bons. Une petite recherche par Google vous permettra d’en trouver au moins 3

  2. Faire passer un permis aux branques pour avoir un PC ? Apple fera office de PC sans permis. Pas besoin de protection pour aller surfer sur Internet.

Comments are closed.