Les éditeurs français de la presse quotidienne vont saisir les autorités de la concurrence pour dénoncer l’attitude d’Apple qui contraint à passer par l’Apple store pour la commercialisation des abonnements sur iPad, a-t-on appris jeudi auprès du Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN).

“Ce ne sont pas tant les 30% de commission exigés par Apple sur le prix des abonnements que les conséquences pour les éditeurs, qui se voient privés des données marketing concernant les abonnés, données qui se retrouvent bloquées au niveau des diffuseurs numériques”, explique Denis Bouchez, directeur général du SPQN. Les autorités européennes pourraient être directement saisies, souligne-t-il.

Le géant informatique américain Apple a déjà été mis en cause en Belgique pour ses pratiques lors de la vente d’abonnements. Une première enquête antitrust a ensuite été ordonnée. Le gouvernement belge a demandé aux instances de la concurrence du pays d’examiner si Apple se rend coupable d’abus de position dominante.

L’automne dernier, plusieurs éditeurs américains avaient également insisté sur l’importance de garder le contrôle sur leurs abonnements. “N’abandonnez pas le contrôle de vos clients”, avait notamment prévenu Todd Larsen, président du groupe Dow Jones qui édite notamment le Wall Street Journal.

Les éditeurs français, dans une démarche conjointe des titres de la presse quotidienne nationale, régionale et magazine avaient écrit à Apple le 16 décembre, demandant d’“instaurer un dialogue approfondi avec Apple autour des enjeux cruciaux pour eux: la politique tarifaire de l’AppStore et la question de la gestion des abonnements et de la relation clients”. Cette lettre, dont l’AFP a eu connaissance, n’a pas encore eu de réponse de la part du groupe américain, selon les signataires de la missive.