Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a été élu « homme de l’année » du magazine américain Time. Il devance le mouvement conservateur américain du « Tea Party » et Julian Assange.

Le fondateur du réseau communautaire Facebook Mark Zuckerberg, 26 ans, a été élu mercredi « homme de l’année » du magazine américain Time, a annoncé la direction de l’hebdomadaire. “Le réseau social que Mark Zuckerberg a créé (…) a mis en contact un demi-milliard de personnes et tisse leurs relations, Facebook est devenu le troisième plus grand pays au monde, il représente près d’un dixième de la planète”, a déclaré le directeur de la rédaction Richard Stengel, qui a annoncé ce choix sur la chaîne de télévision NBC. Il a décrit Mark Zuckerberg comme un “chef d’Etat en T-shirt” et assuré que le jeune homme, contrairement au personnage décrit dans le film “The social network”, était “très affable”. “Il est très rapide, a beaucoup d’esprit, mais les caméras l’intimident”, a-t-il ajouté.

Mark Zuckerberg est devenu l’un des plus jeunes milliardaires du monde et fait son entrée dans le monde de la philantrophie en promettant cette année 100 millions de dollars (74,9 millions d’euros) sur cinq ans pour le système éducatif de Newark dans le New Jersey. Il a rejoint les magnats des médias Carl Icahn, 74 ans, Barry Diller, 68 ans, et d’autres dans l’initiative Giving Pledge, lancée par le fondateur de Microsoft Bill Gates et l’investisseur Warren Buffett pour inciter les plus riches Américains à donner la majeure partie de leur fortune à des associations caritatives.

Mark Zuckerberg possède environ un quart des actions de Facebook. Le réseau créé dans un dortoir de Harvard quand il était étudiant a conquis en six ans seulement plus de 500 millions utilisateurs dans le monde entier et acquis une valeur de plusieurs milliards de dollars. L’histoire de la création de Facebook et son fondateur sont au coeur du film de David Fincher “The Social Network” avec Jesse Eisenberg dans le rôle de Zuckerberg. Sorti cette année, le film a déjà récolté six nominations pour les Golden Globes, qui donnent souvent un avant-goût du palmarès des Oscars.

Parmi les finalistes de ce choix annuel des lecteurs du magazine, qui doit ensuite être validé par la revue, se trouvaient notamment le fondateur de WikiLeaks Julian Assange – élu personnalité de l’année par les lecteurs du Time – et la chanteuse Lady Gaga. Julian Assange, actuellement détenu à Londres et menacé d’extradition vers la Suède, est troisième du classement, et arrive après le mouvement conservateur américain du « Tea Party ». Le président afghan Hamid Karzaï et les mineurs chiliens rescapés de la mine de San José
figuraient également parmi les finalistes.

Mark Zuckerberg est le second plus jeune “homme de l’année”, après l’aviateur américain Charles Lindbergh, qui avait été le premier sélectionné du magazine en 1927, à l’âge de 25 ans. L’hebdomadaire sera en vente vendredi avec un gros plan du visage de Mark Zuckerberg à la Une.

L’année dernière, Time avait nommé le président de la banque centrale américaine Ben Bernanke « homme de l’année ».

Tous les détails sur le site Time

1 COMMENTAIRE

  1. Les lecteurs ont voté massivement pour Julian Assange (328024 voix). Zuckerberg n’est que 10ème (18353 voix)(moins de 6% du score d’Assange).

    Mais le Time préfère lécher le fondement du gouvernement US (pas que, je résume) et zapper ce qui aurait dû être un succès de plus pour wikileaks.

    Le Time est pourri.

  2. De toute façon, le coup des personnalités de l’année est d’une ineptie.

    Je ne sais vraiment pas pourquoi on nous donne cette information dans les médias francophones :
    1 – Le choix est opaque et non justifié.
    2 – Ça ne représente rien.
    3 – C’est saxon-centré.