Crédits : Unsplash

Certains lieux touristiques n’acceptent plus les TikTokers

Les autorités népalaises ont banni les TikTokeurs de nombreux sites patrimoniaux. Elles accusent les créateurs de contenus de ne pas respecter ces lieux.

De nouveaux panneaux se sont érigés devant des sites touristiques népalais. Par exemple, devant le temple Gadhimai, il est désormais indiqué “Pas de TikTok”. L’objectif est d’assurer la sérénité des milliers de bouddhistes qui visitent les sites sacrés, rapporte la RTBF.

Préserver les lieux et les cultures

“Filmer des TikTok en mettant de la musique en fond sonore constitue une nuisance pour les pèlerins du monde entier qui viennent sur le lieu de naissance du Bouddha Gautama”, explique Sanuraj Shakya, un porte-parole du Lumbini Development Trust au magazine Rest of the World. À Katmandou, au stupa de Bodnath, des caméras de vidéos de surveillance et une douzaine d’agents de sécurité scrutent le lieu. Leur cible ? Les influenceurs venus tourner leurs vidéos TikTok dans le sanctuaire classé au patrimoine de l’Unesco. En cas de non-respect des règles “anti-tiktok”, les créateurs s’exposent à des sanctions, conformément aux règles du gouvernement népalais. Le site de pèlerinage bouddhiste de Lumbini et le temple Ram Janaki à Janakpur ont adopté la même politique.

Autre exemple, les autorités népalaises accusent les TikTokeurs d’avoir saccagé des cultures, à la recherche du meilleur point de vue. C’est ainsi que les cultivateurs de camomille de Morang, toujours au Népal, ont été obligés d’avancer leur récolte pour qu’elle ne soit pas piétinée et tuée par les créateurs de contenus vidéo, rapporte Tomsguide.

Un phénomène de grande échelle

La RTBF rappelle que le Népal n’est pas la seule destination à bannir les TikTokeurs et créateurs de contenu des lieux touristiques que le pays souhaite préserver.

Le média prend l’exemple de l’office de tourisme de Jackson Hole, dans le Wyoming, aux États-Unis. En 2018, la structure a demandé à ses visiteurs de ne plus géolocaliser les photos qu’ils publiaient sur les réseaux sociaux. Le but est de protéger les forêts et lacs de l’État d’un afflux de curieux, désireux de s’afficher dans un lieu splendide sur les réseaux sociaux. “Selon le New York Times, la région fait face à un afflux de touristes, désireux de prendre la pose devant l’un des nombreux paysages qu’ils voient sur Instagram”, cite la RTBF. “Nous voulons que les gens aient un véritable lien avec la nature et pas seulement une page avec une épingle sur les réseaux sociaux”, a déclaré Brian Modena, l’un des responsables de l’office de tourisme de Jackson Hole, au Times en 2018.

Les autorités s’opposent, TikTok s’impose

Le Népal a mis en place ces mesures restrictives pour les touristes et les TikTokeurs, alors que le réseau social prend de plus en plus d’ampleur au sein de la population locale.

En effet, deux tiers des Népalais de plus de 18 ans utilisent régulièrement l’application. Ce chiffre provient d’un rapport de Sharecast Initiative Nepal, cité par le journal Nepal Times. En 2022, une enquête nationale a également révélé qu’en deux ans, les utilisateurs de TikTok népalais sont passés de 3% à plus de 55%.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.