Test – Rico London : la suite au rabais

Sorti en 2019, Rico n’avait pas fait beaucoup de bruit à sa sortie. Malgré ses défauts, le titre de Ground Shatter était toutefois parvenu à se forger une communauté de fans. Sa suite, Rico London, anéantit à zéro les efforts du studio… 

Vous vous souvenez peut-être de Rico, un petit FPS indépendant sorti en 2017 sur PC et consoles qui n’avait pas forcément récolté d’excellentes notes mais qui était toutefois parvenu à trouver son public. Le jeu de Ground Shatter se caractérisait à l’époque par son style graphique – le jeu était réalisé en cel-shading -, ses niveaux générés de façon procédurale, son aspect coopératif et son gameplay nerveux.

Le cel-shading fait son petit effet.

Concrètement, le jeu vous plongeait dans la peau d’un officier de police envoyé pour faire le ménage dans divers lieux de la ville, seul ou avec un coéquipier. Il fallait alors réaliser de petites missions qui consistaient à éliminer des cibles, récupérer des documents, un butin ou détruire des serveurs en un temps record, tout en évitant de se prendre du plomb. La particularité du gameplay venait du fait que le joueur passait ici d’une salle à l’autre en défonçant des portes. Chaque entrée dans une nouvelle zone provoquait un ralenti durant lequel le joueur pouvait canarder gaiement ses adversaires. C’était fun, et mine de rien assez tactique puisque quelques balles suffisaient à mettre le joueur au sol. Rico montrait surtout son potentiel sur la durée puisqu’une fois le niveau terminé, le joueur gardait l’équipement et le niveau de vie de la fin de niveau pour commencer le niveau suivant, améliorait ses armes et compétences en fil de partie et qu’une fois au tapis, il devait recommencer à zéro. Un aspect rogue lite très séduisant.

Rico London reprend dans les grandes lignes le concept de son ainé. Assez étrangement toutefois, les développeurs ont choisi de supprimer certains éléments qui caractérisaient pourtant l’original. Exit la structure labyrinthique des niveaux par exemple, mais aussi de la mini-carte. Les niveaux ici sont ultra-linéaires : on avance en ligne droite en enchaînant les frags. Il ne faut plus se repérer ni choisir son parcours. Et ça enlève forcément du charme du jeu puisque cet aspect rendait l’original plus tactique. A court de vie, le joueur devait privilégier les salles plus petites dans l’original pour espérer récupérer de la vie… Exit aussi le timer et les vagues d’ennemis qui débarquent en cas de dépassement du temps… Là aussi, on ne ressent plus du tout la pression. Exit enfin les missions. On avance en fraggant, et puis c’est tout. Et c’est bien dommage car Rico semble avoir perdu dans l’opération son âme. Le premier Rico était un diamant brut. Un titre rempli de défauts, mais qui avait un énorme potentiel. Rico London semble avoir tout perdu.

Les gunfights restent le seul point fort du titre.

Pad en main, le jeu reste fun. Les ralentis donnent un réel cachet aux combats. Les ennemis sont nombreux, assez variés, l’arsenal également, et on se surprend à enchainer les frags. Quelques bonnes idées sont toujours présentes, notamment le concept de rogue lite. Lors des missions, on récupère des médailles qui permettent entre deux missions d’améliorer son équipement, se soigner ou changer d’arme. Le concept est bien rôdé, mais la formule fonctionne beaucoup moins bien qu’avant compte tenu de la nouvelle structure du jeu. Rico London est devenu un shooter tout ce qu’il a de plus banal et a perdu le charme de son ancêtre.

Techniquement, ce n’est également pas fameux. On retrouve le même moteur que pour l’épisode original. Le cel-shading joue joliment les cache misère et donne une certaine identité au titre, mais rien n’a été amélioré en cinq ans… Visuellement, ça a vieilli. La bande son n’a également rien d’exceptionnel. Quelques bruitages ponctuent joliment les combats, mais c’est à peu près tout. De façon générale, difficile de ne pas être déçu par cette suite qui semble avoir perdu toute personnalité.

Le contenu est également assez chiche, avec un mode de jeu principal non-scénarisé peu intéressant en solo. Le jeu a vraiment été pensé pour la coop. Contrairement au premier volet, il n’est donc pas intéressant à jouer en solitaire… Même au prix auquel il est vendu (18€ environ), on y trouve pas son compte.

Niveau finition, le constat est également désastreux. Les bugs sont nombreux, les animations semblent encore plus hachées qu’en 2017, et il n’est pas rare d’être confronté à un bug qui bloque la progression. Il faudra donc beaucoup de courage pour le terminer. Espérons pour les développeurs que s’ils se lancent sur un troisième volet, ils reviennent à une formule plus proche de celle de l’original…

Conclusion

Si le premier Rico n’était pas forcément un grand FPS, il avait le mérite d’oser une approche différente du genre, en empruntant des éléments au rogue-lite. Tout en restant fidèle à l’original, sa suite abandonne certaines idées qui fonctionnaient pourtant plutôt bien tout en n’introduisant finalement rien de vraiment neuf. Pauvre esthétiquement, en contenu, et finalement peu intéressant à jouer Rico London n’a que peu d’arguments à faire valoir pour séduire son public. Les fans du premier volet seront déçus par la nouvelle structure du jeu, hyper linéaire, la disparition de la mini-carte et des modes de jeu alternatifs. Pad en main, les combats restent funs toutefois, grâce principalement à la diversité de l’arsenal, l’aspect rogue-lite avec des compétences et armes à améliorer entre chaque niveau et au bullet time à gogo, qui ponctue les gunfights. Passé les 20 minutes, une atroce sensation de redondance s’installe toutefois. Les salles se ressemblent toutes, les niveaux sont ultra-linéaires et les gunfights extrêmement répétitifs. L’absence de vrai mode solo et la finition désastreuse finissent par achever un projet qui s’annonçait pourtant sous les meilleurs auspices. S’il n’était pas parfait, le premier Rico était parvenu à trouver son audience grâce au fun qu’il dégageait et son côté unique. Là où on s’attendait à un projet plus ambitieux pour sa suite, on découvre un jeu au rabais qui a perdu tout ce qui faisait le charme de l’original… 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Rico London

Gameplay 6.0/10
Contenu 2.0/10
Graphismes 5.5/10
Bande son 5.0/10
Finition 3.0/10
4.3

On aime :

Le bullet time, stylé et fun

Jouable en coop en local et en ligne

Des gunfights intenses

Quelques excellentes idées

On aime moins :

Le level-design complètement creux

La disparition de la carte

Ultra-répétitif, avec un contenu hyper léger

Une finition désastreuse

Pas de vrai mode solo