Test – WWE 2K22 : le vétéran du ring récupère sa ceinture de champion

Après un an d’absence lui permettant de se remettre en question, la franchise WWE 2K fait son grand retour avec de grandes promesse. 

C’est en 2013 que 2K Games a repris en main le développement des jeux de catch de la WWE après la faillite de THQ. Initialement nommés WWE puis WWE 2K, les jeux de catch ont connu un nouvel épisode chaque année, jusqu’au dernier en date, WWE 2K20. Un épisode synonyme de réchauffé et qui montre davantage encore le surplace que fait la franchise depuis plusieurs épisodes. Qu’à cela ne tienne, 2K Games a décidé de se remettre en question en annulant la sortie de WWE 2K21 l’an passé. Ainsi, les développeurs ont souhaité modifier en profondeur la formule tout en contentant les fans avec l’essence-même de la franchise : du divertissement sportif.

Nous voilà donc un an plus tard avec la sortie de WWE2K22. Un épisode riche en nouveautés, à commencer par le moteur de jeu qu’il embarque. En effet, il a longtemps été reproché à la franchise de faire du surplace d’un point de vue technique et de ne pas être à la hauteur des capacités des PS4 et Xbox One. Pour le premier épisode de sa licence de catch sur PlayStation 5 et Xbox Series, 2K Games a décidé de lui faire bénéficier du même moteur de jeu que sa licence NBA 2K, longtemps acclamé pour le niveau de détails sur les modèles.

Et le résultat est on ne peut plus réussi, surtout au niveau de la modélisation des lutteurs. Ceux-ci sont beaucoup plus réalistes qu’auparavant et très proches de la réalité, avec des détails sur la peau, comme la sueur ou les défauts (cicatrices, rides, taches de rousseur) plus vrais que nature. Les John Cena, The Rock ou encore Undertaker sont tous ultra réalistes. Seul petit bémol sur la gestion des longs cheveux, souvent problématique lors des grands mouvements des sportifs.

Plus de 150 catcheurs sont disponibles avec une excellente modélisation et des entrées terriblement fidèles à la réalité.

Si les catcheurs bénéficient d’une modélisation ultra réaliste, c’est nettement moins le cas de leurs homologues féminins. La réalisation des divas est plus approximative et moins précise, et l’on aurait aimé qu’elles reçoivent le même traitement de faveur que les hommes. De plus, les cheveux longs des catcheuses n’améliorent vraiment pas le rendu total …

Toujours d’un point de vue technique, ce nouveau moteur de jeu améliore la gestion du public sans toutefois la rendre incroyable. Le public paraît plus réactif aux actions des sportifs et plus vivant, mais cela n’est toujours pas suffisamment convaincant. Notons que durant la pandémie, la WWE avait conservé le public grâce à plusieurs écrans dans les tribunes. Une option permet dans le jeu de transformer le public réel en public “virtuel”.

Côté gameplay, WWE 2K22 est une franche réussite, même s’il subsiste quelques légers points noirs. En main, les matchs sont très réussis avec l’ajout de combos, comme on peut en retrouver dans la majorité des jeux de baston. Trois touches sont dédiées aux attaques légères, lourdes et aux prises, et combiner ces trois touches apportent énormément de prises et coups variés. C’est plutôt simple à prendre main et même les non-initiés à la franchise s’y retrouveront. D’autant que le passage d’un coup à une prise est plutôt fluide et la transition très subtile. Le nouveau système de soumission est quant à lui très intuitif, en devant appuyer à répétition sur un enchaînement de touches pour soumettre l’adversaire ou se dégager de sa soumission.

Le gameplay reste une valeur sûre et a été amélioré. Tous les matchs sont de véritable parties de plaisir.

Malheureusement, le gameplay présente quelques légers points noirs venant de temps à autre ternir l’expérience. Notons par exemple le système de contres face à un combot, où il faut deviner l’attaque que va faire votre adversaire en appuyant sur la même touche que lui. Un système bien trop approximatif et qui ne vous donne qu’une chance de trois de réussir. La prise en main des objets est quant à elle très éprouvante. il est parfois impossible de ramasser un objet au sol et de frapper un adversaire avant que lui ne vous atteigne tant l’exécution est lente.

Il n’est pas non plus rare que l’on s’assomme en ratant sa cible. Contre un coin ou en tombant à côté de celle-ci, votre lutteur aura tôt fait de se blesser de manière totalement fortuite. L’issue du match peut ainsi s’en voir changée puisqu’il suffit que vous ratiez votre cible et que vous vous blessiez pour que l’adversaire se relève et reprenne le dessus.

Abordons ensuite le point sur lequel WWE 2K22 se distingue le plus : le contenu. Ce sont au total plus de 150 catcheurs qui sont proposés. On retrouve ainsi la plupart des légendes du titre, à l’instar de l’Ultimate Warrior, de Randy Savage ou encore de Faarooq, même si certaines entrées restent manquantes et n’arriveront que par l’intermédiaire d’un DLC, comme The British Bulldog ou Rob Van Dam. On regrettera que d’autres ne soient pas du tout prévus, comme Sting ou encore Goldust. Néanmoins, ce qui est proposé est déjà suffisant et devrait assurer une très grande variété dans les combats que vous mènerez avec des divas, des lutteurs actuels et d’autrefois.

Véritable réussite, le mode Mon Showcase nous permet de revivre plusieurs grands matchs de la carrière de Rey Mysterio.

Cela ne vous aura pas échappé, Rey Mysterio est le lutteur-vedette de cette édition 2022. Mis largement en avant sur toutes les éditions du titre, le catcheur bénéficie également de son propre moment de gloire grâce au mode Showcase. Présent dans la franchise depuis 2015, le 2K Showcase suit quelques matchs mémorables de la carrière d’un catcheur et propose des combats mis en scène grâce à des objectifs et des flashbacks dudit match. Ici, c’est une petite dizaine de matchs de Rey Mysterio qui sont proposés, dont ses affrontements avec Eddie Guerrero ou encore Batista. Des matchs très agréables à parcourir et dont les objectifs varient beaucoup, allant d’un combo à effectuer à l’utilisation d’une arme pour le combat. Des commentaires de Rey Mysterio en personne viennent garnir le match et approfondir davantage encore l’immersion. On regrettera toutefois que ce mode soit bien trop court, avec seulement quelques petites heures de jeu au compteur. En espérant que les développeurs viennent ajouter de nouveaux scénarios avec les DLC à venir.

Autre grand retour cette année, le mode Mon GM. Comme autrefois, ce mode permet au joueur de se plonger dans la peau d’un manager général d’écurie, RAW, SmackDown ou NXT, de recruter les catcheurs souhaités et d’organiser les shows afin de battre l’écurie rivale en termes de fans et de budget. Après un très agréable Draft lors duquel vous vous battez, avec l’autre faction, pour recruter vos superstars favorites, vous devez enchaîner 15 semaines jusqu’à Wrestlemania, où vous organiserez votre propre PPV face à l’autre écurie. En l’état, le mode est très plaisant à découvrir et prometteur, mais il mériterait quelques ajouts pour gagner en consistance. Il est par exemple impossible de créer sa propre faction. Les ceintures intermédiaires, comme le championnat Intercontinental ou le Tag Team Championship, sont totalement absents. Impossible également d’organiser d’autres types de match que les 1vs1 ou 2vs2. Enfin, le mode manque totalement de mise en scène, avec des cinématiques, et seuls trois matchs peuvent être organisés par semaine. Beaucoup de critiques, à première vue, mais le mode est réellement fun. Il ne lui manque que quelques ajouts et améliorations.

Le mode Mon GM permet de composer intégralement son roster. Il est en revanche bien trop répétitif et vite lassant.

Enfin, autre nouveau mode très réussi : Mon Ascension. Vous débutez en bas de l’échelle avec votre propre lutteur et devrez vous forger une réputation en gravissant les échelons. La création du lutteur est pour sa part une pure réussite, en choisissant son style de combat entre MMA, athlète pro, indépendant et acteur. Vous devrez également prendre de nombreuses décisions définissant les matchs que vous ferez, mais également votre réputation, à savoir Bon ou Méchant. Le mode donne réellement l’impression d’être maître de son destin et le sentiment de nouveauté est réellement présent à chaque nouvelle partie. Seuls les temps de chargement viennent alourdir l’expérience, puisqu’ils sont relativement longs et nombreux.

Dernier mode à être proposé dans ce WWE 2K22 : Ma Faction. Semblable au Ultimate Team de FIFA, Ma Faction vous propose de gérer un deck de cartes représentant les lutteurs et de les faire se battre contre d’autres joueurs. Le mode est tellement anecdotique et peu mis en avant par 2K que nous ne nous épancherons pas davantage dessus, mais sachez que c’est loin d’être le mode le plus marquant du titre. Les menus sont incompréhensibles et ultra-chargés tandis que le système de cartes n’est vraiment pas optimisé. N’est pas Ultimate Team qui veut…

En match, WWE 2K22 pâtit de quelques légers problèmes de finition venant légèrement ternir l’expérience. De nombreux soucis de collision sont à dénombrer tout au long des parties, tant au niveau des cordes que des autres catcheurs. L’IA des arbitres est quant à elle désastreuse. Ils ne procèdent pas au décompte du tombé directement et doivent bien souvent se déplacer et se positionner correctement, faisant perdre quelques secondes au joueur. Enfin, les temps de chargement sont plutôt longs, ce qui est assez surprenant pour un titre tournant sur des consoles équipées d’un SSD…

Conclusion

La plus célèbre série de jeux de catch fait un retour flamboyant avec WWE 2K22. La licence a fait un grand pas en avant tant sur le plan de la technique, du gameplay que du contenu. Visuellement, WWE 2K22 s’avère plus joli que jamais en héritant du même moteur de jeu que les NBA 2K. Modélisation des catcheurs (masculins principalement, les femmes ne bénéficient pas du même traitement), gestion de la foule et effets spéciaux s’en voient donc largement améliorés. Côté gameplay, cet opus 2022 est très jouissif et plaisant à découvrir, même si de légers points noirs subsistent. De nouveaux combos sont possibles tant au niveau des prises que des coups (même si parfois difficiles à contrer) et l’énorme quantité de lutteurs disponibles (plus de 150 !) fait varier la prise en main. Les modes de jeu présents sont également très nombreux mais à la qualité variable. Le mode Mon MG vous met par exemple dans la peau d’un chef de division, mais le manque de variétés en son sein limite la rejouabilité. Mention spéciale toutefois pour les modes Showcase et Mon Ascension, terriblement immersifs et plaisants à découvrir. Enfin, on regrettera que le titre pâtisse de quelques petits bugs de collision et que l’IA des arbitres ne soit pas terrible. Malgré cela, WWE 2K22 signe le grand retour d’une franchise qui n’a jamais paru aussi réussie. Il ne lui reste plus qu’à se bonifier avec le temps.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

WWE 2K22

Gameplay 7.5/10
Contenu 9.0/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 7.0/10
Finition 7.0/10
7.6

On aime :

Un roster et un contenu ultra généreux

Le nouveau système de combos

Un système de combat toujours aussi réussi

Le mode Mon Ascension, très complet

Des graphismes revus à la hausse

On aime moins :

Encore quelques bugs de collision

L'IA de l'arbitre, catastrophique

Un mode Mon MG vite répétitif mais prometteur

La modélisation des catcheuses, en deçà de leurs homologues masculins

Certaines approximation dans le gameplay