chuttersnap-OijVdM3Zx4I-unsplash

Des implants permettent aux paralysés de retrouver leur mobilité

Des scientifiques présentent un nouvel implant prometteur pour les personnes paralysées.

Grâce à l’implantation d’électrodes dans leur moelle épinière, trois hommes souffrant de lésions paralysantes de la moelle épinière peuvent désormais se tenir debout, marcher et faire du vélo.

À l’origine de cette avancée, des scientifiques de la Courtine et du centre de recherche NeuroRestore à Lausanne, en Suisse.

Retrouver sa mobilité grâce à des électrodes

Selon une nouvelle étude publiée le 7 février dans la revue Nature Medicine, l’implantation d’électrodes dans la moelle épinière permettrait aux paralysés de retrouver leur mobilité.

Une fois implantées, les électrodes délivrent des impulsions électriques à des régions spécifiques de la moelle épinière. Cela permet aux muscles du tronc et des jambes de s’activer. En clair, les implants envoient des impulsions électriques à ces muscles en imitant l’action du cerveau.

L’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a testé le dispositif sur trois hommes âgés de 29 à 41 ans. “Les trois patients ont été capables de se tenir debout, de marcher, de pédaler, de nager et de contrôler les mouvements de leur torse en une seule journée, après l’activation de leurs implants”, affirme Grégoire Courtine. Il est le coauteur principal du communiqué, neuroscientifique et professeur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Des stimulateurs nouvelle génération

Après quatre mois d’entraînement, Michel Roccati, l’un des patients, a réussi à marcher environ 1 kilomètre en dehors du laboratoire, sans s’arrêter. Il était seulement aidé par un cadre, pour l’équilibre, rapporte l’AFP. Mais alors, comment fonctionne cette technologie ?

Concrètement, le nouveau dispositif s’appuie sur des stimulateurs de la moelle épinière. La médecine utilise déjà ces stimulateurs pour soulager la douleur, mais l’équipe les a modifiés pour l’expérience. Ces “nouveaux” stimulateurs ciblent désormais des nerfs spécifiques impliqués dans le contrôle des muscles des jambes et de la partie inférieure du tronc.

Les scientifiques ont fixé deux petites télécommandes au déambulateur de Michel Rocati et les ont reliées sans fil à une tablette qui transmet les signaux à un stimulateur cardiaque situé dans l’abdomen de Michel. À son tour, le stimulateur cardiaque relaie les signaux à des implants qui stimulent des neurones spécifiques.

Pour le moment, les implants ne conviennent qu’aux personnes dont la lésion se situe au-dessus de la partie inférieure de la moelle épinière thoracique. Autrement dit, la section allant de la base du cou à l’abdomen.

Un logiciel révolutionnaire

En bref, le logiciel communique avec un dispositif semblable à un stimulateur cardiaque situé dans l’abdomen. Ce dernier se charge ensuite de diriger l’activité des électrodes liées aux nerfs de la moelle épinière.

Le dispositif repose directement sur les nerfs rachidiens, sous les vertèbres. À savoir que les nerfs rachidiens sont des nerfs moteurs ou sensitifs issus de la moelle épinière et qui relient celle-ci à toutes les régions du corps telles que la peau, les organes et les muscles.

L’utilisateur pourra commander le logiciel à partir d’une tablette, et d’un “cliqueur portatif”. À l’aide de ce cliqueur, il pourra ainsi passer manuellement d’un schéma de stimulation à l’autre.

Encore un peu de patience

L’équipe a prévenu qu’il restait encore beaucoup de travail à faire avant que l’implant ne soit disponible pour des traitements en dehors des études cliniques. Dans le futur, les scientifiques prévoient de miniaturiser l’ordinateur qui active les impulsions. L’objectif est qu’il puisse être contrôlé à l’aide d’un smartphone.

Avant de pouvoir être utilisé en clinique, le nouveau dispositif devra être approuvé par les autorités de réglementation médicale.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.