stephen-phillips-hostreviews-co-uk-tN344soypQM-unsplash

L’Internet sera bientôt gratuit pour les personnes en précarité

La ministre des Télécommunications Petra De Sutter et Proximus ont présenté le projet “Internet for All”. 

La ministre des Télécommunications Petra De Sutter a présenté de nouveaux chiffres concernant l’accès à Internet des ménages belges. Selon elle, 9% des ménages ne disposent pas d’une connexion internet à la maison.

Ainsi, le projet “Internet for All” répond à l’appel à projets lancé par le gouvernement fédéral en 2021. L’objectif est de réduire la fracture numérique en aidant les personnes défavorisées, les personnes âgées et les étudiants à être davantage connectés.

Des Modems gratuits

“Internet for All” s’inscrit dans le cadre du budget de 6 millions d’euros que la ministre Petra De Sutter a débloqué l’année dernière. La mission du projet gouvernemental est de combler la fracture numérique en partenariat avec les opérateurs télécoms. 

Ainsi, sur les 6 millions d’euros prévus par le gouvernement fédéral pour lutter contre la fracture numérique dans toute la Belgique, 1,2 million d’euros sont destinés à “Internet for All”.

12.000 modems vont être fournis à des personnes vivant en situation de précarité. À savoir, des étudiants, personnes âgées ou des personnes défavorisées. Le gouvernement se chargera des subsides fédéraux, tandis que l’opérateur Proximus assurera un volume mensuel de surf de 40 GB pendant un an.

Une collaboration entre Proximus et le gouvernement

“Concrètement, le projet propose aux bénéficiaires un modem et un volume de données mensuel. Les subsides permettent de fournir à des milliers de personnes en situation de précarité en Belgique un modem gratuit pouvant se connecter à un réseau mobile”, indique Proximus.

L’abonnement sera renouvelable en fonction de la situation de la personne bénéficiaire. Au-delà de la limite de 40 GB, Proximus abaissera la vitesse de surf à 512 kbps. Mais l’opérateur ne facturera aucun surcoût.

Internet comme tremplin social

En Belgique, 10 % des ménages n’ont pas de connexion Internet. Une situation que la ministre des Télécommunications juge problématique. Dans un communiqué, Petra De Sutter définit ainsi la connexion Internet comme un élément clé pour les contacts sociaux et professionnels. Et donc, pour l’intégration sociale et professionnelle. 

Le coronavirus nous a poussés vers la numérisation. Aux premiers abords, cela ne semble poser aucun problème. Toutefois, en y regardant de plus près, on constate que la réalité est tout autre pour certains groupes. Les groupes de la population présentant le pourcentage de connexion Internet le plus bas sont les ménages à faible revenu”, explique la ministre. Ainsi, ce nouveau projet “va permettre à des milliers de personnes supplémentaires de pouvoir participer, elles aussi, aux cours de “Smartschool” ou aux réunions par Teams ou Zoom” se réjouit la ministre.

Un défi sociétal

La situation n’est pas nouvelle. En 2021, 138.000 ménages belges n’avaient pas encore accès à de l’Internet rapide. Au mois de mai de la même année, le Conseil des ministres a lancé un “plan national pour la large bande fixe et mobile”. L’objectif ultime est de supprimer les dernières “zones blanches“, d’ici 2025. Il s’agit de zones ou d’endroits sans Internet fixe rapide.

En comparaison avec les pays limitrophes, la Belgique est le pays le plus inégalitaire quant à l’accès à Internet. C’est ce qu’avance la Fondation Roi Baudouin dans un rapport. Ainsi, “40% des Belges sont à risque d’exclusion numérique : 32% ont de faibles compétences numériques et 8% sont des non-utilisateurs d’Internet”. Le constat est clair, plus les revenus d’un ménage sont faibles et le niveau de diplôme peu élevé, moins celui-ci dispose de compétences numériques. De plus, les compétences numériques possèdent la particularité de devoir sans cesse être actualisées, ce qui représente “un défi supplémentaire”.

Des stocks limités

Les CPAS se sont engagés à prévenir les personnes éligibles au programme “Internet for All”. D’après Proximus, le programme devrait se terminer au plus tard le 30 juin 2022.

La quantité des stocks de Modem étant limitée, les organismes sociaux en contact avec des personnes en situation de précarité qui ne sont pas encore inscrits au programme sont invités à le faire via le formulaire en ligne.

Ce lundi, l’entreprise Media Actie Kuregem (Maks) a reçu le premier Modem du plan. Il s’agit d’une organisation sociale qui soutient les demandeurs et demandeuses d’emploi de Cureghem dans leurs recherches en les aidant aussi à améliorer leurs compétences en ligne.

 

 

 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.