Test – Expeditions Rome : un tactical-RPG au temps des Romains

Troisième épisode de la franchise Expeditions, Rome sort 5 ans après un Viking plaisant, mais perfectible. Le temps des Romains est-il bénéfique à la saga ?

Depuis plusieurs années, les jeux de stratégie regagnent en popularité auprès des joueurs. S’ils étaient légion dans les années 1990 et 2000 sur PC, les jeux de ce type ont connu un passage à vide au début des années 2010, avant de revivre de meilleurs jours il y a quelques années. Motivés par une popularité sur laquelle ils veulent surfer, les développeurs danois du studio Logic Artist ont lancé, en 2013, une nouvelle franchise historique : Expeditions. Mélange de XCOM et de RPG, la franchise a clairement tout pour plaire, en atteste la constante amélioration au fil des épisodes.

Le premier épisode, Conquistadors, prenait place au XVe et XVIe siècle. Le titre a connu un succès très léger, probablement entaché par les nombreux bugs et un moteur de jeu très moyen. Quatre ans plus tard, en 2017, place aux vikings. Le studio avait alors démontré qu’il pouvait apprendre de ses erreurs en proposant un titre de bien meilleure qualité. Malgré tout, quelques petits défauts viendront empêcher le jeu d’être parfait. C’est enfin en janvier 2022 que débarque Rome, la première incursion du studio dans la période romaine.

Dans Expeditions : Rome, vous incarnez un jeune légat romain qui veut mener son pays à la gloire grâce à de multiples conquêtes de territoire. Votre père s’est fait assassiner par un opposant politique, votre mission est de retrouver cet assassin tout en matant la révolte grecque et étendant l’influence de Rome en Méditerranée et au-delà. Expeditions étant en partie un RPG, vous avez la possibilité de configurer, en début de partie, votre personnage de A à Z. Vous devrez ainsi d’abord choisir son apparence, puis aurez ensuite la possibilité de lui choisir une des quatre classes : le triarus (classe de soutien), le princeps (guerrier à l’épée et bouclier) , le saggatarius (archer) ou le veles (voleur de mêlée). Chacune est divisée en 3 sous-classes avec leurs propres compétences apportant une toute autre dimension au champ de bataille. Rassurez-vous, la compétence à elle seule suffit, et il est possible de l’améliorer avec un arbre des compétences très fourni.

Comme dans un RPG, vous configurez votre héros et choisissez sa classe.

Dans Expeditions: Rome, vous allez passer la majeure partie de votre temps en combat. Comme expliqué plus haut, votre objectif est de conquérir un maximum de terre pour étendre l’influence de Rome. Tantôt pour infiltrer un territoire ou du sabotage, tantôt pour acquérir des ressources, les combats se déroulent tous de la même manière. Comme un XCOM, ceux-ci se passent au tour par tour, avec une première période préparation suivie de phases d’attaque du joueur puis de l’IA. Les personnages peuvent agir en fonction de points de mouvement et d’action à dépenser. Les premiers peuvent être utilisés pour se mouvoir, puis vient ensuite la dépense du point d’action (il n’y en a qu’un seul) pour attaquer ou utiliser une compétence. Leur gestion est particulièrement bien réfléchie et, contrairement à la franchise de Firaxis (XCOM), on se retrouve souvent à jongler habilement entre les points et il est rare qu’on se retrouve sans la moindre action à effectuer.

Outre ce système de points, l’influence d’XCOM dans Expeditions est très marquée. Un système de couverture permet de se protéger des flèches des archers, tandis que les boucliers doivent être détruits pour espérer affaiblir l’adversaire. Des effets sont appliqués sur les personnages en fonction de leur situation (poison, saignement…).

Vous devrez constamment vous battre avec vos fidèles compagnons aux compétences variées mais souvent utiles.

Les phases de combat se déroulent toujours avec un ou plusieurs principaux personnages jouables que l’on retrouvera tout au fil de l’aventure. Des héros aux compétences uniques influant réellement sur le cours du jeu et dont il faut à tout prix préserver l’intégrité physique au risque de perdre la mission.

Dans ses composantes tactique et RPG, Expeditions se permet même le luxe d’intégrer un peu de gameplay de gestion. Vous aurez alors à fonder votre campement, dans lequel se trouvera différents bâtiments vous apportant soin, mais également amélioration d’équipement pour partir sur le champ de bataille. Des éléments non négligeables car la difficulté est parfois très relevée (un peu trop ?) et il n’est pas rare que l’on doive recommencer une mission, et ce, même en mode normal. Une difficulté étonnante pour un titre qui se veut accessible, et qui risque d’en refroidir certains. 

Les phases de combat sont extrêmement réussies. Les phases de conquête aussi, mais elles se répètent bien trop souvent.

A ces trois styles, ajoutez un peu “d’exploration”. Une gigantesque carte du monde vous impose de découvrir de nouvelles terres pour étendre votre empire, mais également pour accumuler diverses ressources permettant d’améliorer votre soldat et votre camp de base. Comme indiqué plus haut, il vous faudra conquérir de nouvelles terres pour étendre votre emprise sur le monde. Cela ne passe comme lors des missions traditionnelles, puisque vous devrez gérer pléthore de soldats comme si vous étiez au-dessus d’un plateau de jeu. Vous analyserez les forces en présence et la prise de territoire se passera en tour par tour, avec des décisions à prendre (offensive, défensive ou soutien) en fonction de l’évolution du combat. Ce n’est, en soi, pas un exercice très compliqué et il est très rare d’échouer. En revanche, on regrettera le manque de diversité dans ces passages, ceux-ci se basant toujours sur la même structure.

Vous l’aurez compris, cela va vous prendre du temps de conquérir des terres. Une chose est certaine : avec Expeditions Rome, on en a pour son argent. Vendu un peu moins de 40€, le titre nécessite près d’une cinquantaine d’heures pour être achevé. Ajoutez à cela que vous pouvez recommencer avec une autre classe, d’autres choix effectués… Vous pouvez facilement augmenter sa durée de vie.

Visuellement, Expeditions: Rome est très joli. La bande son est moins marquante…

Artistiquement, le travail effectué sur Expeditions est quasiment irréprochable. La direction artistique est très réussie avec, notamment, une super narration qui vient assaisonner la recette. On se laisse facilement embarquer dans le scénario et cette jolie histoire de conquête/vengeance que mène notre héros. La bande sonore n’est quant à elle pas des plus réussies. Si les quelques mélodies apportent beaucoup de vie aux missions et situations, celles-ci ne se démarquent pas suffisamment et donnent vaguement l’impression de se répéter.

Pour ce qui est de son moteur graphique, le titre de Logic Artist s’en sort avec les honneurs. Certes, le titre n’est clairement pas à la hauteur de certaines productions actuelles ou de ce qui peut être fait en 2022. Néanmoins, les environnements sont tous très joliment stylisés et réalisés et les différents effets de lumière sont très plaisants. Seuls les personnages semblent manquer de détails, on ne les voit en effet que de haut et ils ne semblent pas très développés.

Conclusion

Avec ce passage au temps des Romains, la saga Expeditions du studio danois Logic Artist continue son ascension et prouve qu’elle ne fait que s’améliorer au fil des épisodes. Le RPG-tactique au tour par tour s’inspire très fortement d’un certain XCOM dans son gameplay sur le champ de bataille, avec des points d’action et une équipe dont il faut habilement exploiter les forces et faiblesses. Ces passages sont très réussis, ce qui est malheureusement moins le cas des phases de conquête qui, malgré une très bonne idée, s’engouffrent dans une répétitivité parfois lassante. Avec sa cinquantaine d’heures de durée de vie, Expeditions : Rome ne nous vole pas, loin de là. Expeditions mêle également des phases de stratégie, avec lesdites conquêtes, mais également de gestion, avec un camp à développer qui permet au joueur d’améliorer son équipe. Un point non négligeable compte tenu de la difficulté parfois repoussante du titre. Visuellement, le jeu est plutôt joli, avec de très beaux effets de lumières et des textures soignées. La direction artistique propose quant à elle une très bonne immersion dans la période romaine. Seul petit bémol : la bande sonore n’est pas des plus diversifiée… Quoi qu’il en soit, si vous êtes un amateur de la franchise XCOM et la période romaine, Expeditions : Rome semble être le jeu idéal en ce début d’année.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Expeditions : Rome

Gameplay 7.5/10
Contenu 8.5/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 7.0/10
Finition 7.5/10
7.6

On aime :

Plutôt joli

Une durée de vie très conséquente (50h)

Plusieurs genres habilement mélangés

Une période historique très bien racontée

Les affrontements avec les personnages

On aime moins :

Une bande sonore très redondante

Une difficulté parfois redondante

Des phases de conquête laborieuses