Pourquoi la conduite autonome de Tesla peut être dangereuse

Tesla a mis à jour son logiciel de conduite autonome intégral.

Tesla a introduit de nouvelles fonctions d’aide à la conduite dans sa version bêta de la conduite autonome intégrale (FSD).

Trois nouveaux modes de conduite autonome

D’après The Verge, la version bêta de la FSD de Tesla permet au conducteur de choisir parmi trois profils de conduite : “Chill”, “Average” et “Assertive”. Selon le profil choisi, la voiture réagira différemment à certaines situations routières. La fonctionnalité a été incluse dans la mise à jour 10.3 de la version d’octobre 2021. La même qui avait disparu deux jours après le début de son déploiement en raison de problèmes de virages à gauche aux feux de circulation ou encore d’arrêts imprévus.

Publiée le 9 janvier, la mise à jour annonce donc le retour des profils de conduite entièrement autonome en version bêta. En mode “Chill”, le véhicule possèdera “une distance de suivi plus grande et exécutera moins de changements de voie rapides”. Le mode “Average” permettra à la voiture d’avoir “une distance de suivi moyenne” et d’opérer des stops glissés. Le mode “Assertive”, lui, soulève plusieurs questions.

Une fonctionnalité qui fait débat

Dans la description de l’option “Assertive”, Tesla indique que le véhicule “aura une distance de suivi plus petite”, pourra “changer de voie plus fréquemment”, ne “sortira pas des voies de dépassement” et pourra effectuer des “Rolling Stop”. Autrement dit, la voiture pourrait adopter des comportements reconnus comme dangereux. Par exemple, le Rolling Stop est la traduction anglo-saxonne des stops glissés. Il s’agit d’une pratique qui consiste à ne pas s’arrêter totalement à un stop ou un panneau d’arrêt représente une infraction au code de la route.

Pour le moment, la technologie de conduite autonome intégrale de Tesla reste une version bêta et reçoit des mises à jour régulières. La société n’ayant pas encore réalisé tous les tests du mode “Assertive”, il est difficile d’établir si les véhicules en question produiront réellement des infractions.

Des véhicules pas totalement autonomes

L’appellation “Full Self-Driving” (conduite autonome intégrale) peut induire en erreur. En effet, la fonction FSD n’offre pas une véritable conduite autonome, mais plutôt une assistance avancée au conducteur.

Tesla a commencé à tester la FSD en version bêta en octobre 2020, au prix de 8 000 dollars. Elle a ensuite augmenté le prix à 10 000 dollars, puis à 12 000 dollars, à compter du 17 janvier.

 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.