2G et 3G vont tirer leurs révérences au Royaume-Uni

La Grande-Bretagne supprimera progressivement ses réseaux mobiles 2G et 3G d’ici 2033 afin de libérer des ondes radio pour les services 5G et éventuellement 6G.

Après avoir permis à des millions de personnes de se connecter à Internet, les réseaux 2G et 3G vont progressivement faire leurs adieux au Royaume-Uni. Le gouvernement du Royaume-Uni vient en effet d’annoncer officiellement la fermeture de ses réseaux 2G et 3G d’ici 2033.

Cette fermeture est expliquée par une volonté d’aller de l’avant et de privilégier les nouveaux standards de téléphonie : « La temporisation des réseaux vieillissants accélérera les ambitions du Royaume-Uni sur la 5G et ouvrira la voie à de futurs services 6G qui offrent un éventail plus large aux particuliers, aux entreprises et à la société ».

Le communiqué indique par ailleurs que la quasi-totalité du territoire est désormais couverte par la 4G. Au vu de cette accessibilité, les quatre opérateurs de télécoms du Royaume-Uni se sont accordés pour fermer les réseaux 2G et 3G du pays. Cette fermeture permettra aux opérateurs de réutiliser certaines antennes pour les réseaux 4G et de se focaliser sur la 5G.

Le gouvernement indique par ailleurs que fixer une date pour la fin des services 2G et 3G facilitera par ailleurs l’entrée sur le marché de nouveaux fabricants d’équipements, qui n’auront pas à prendre en charge ces technologies vieillissantes.

Étonnamment, c’est le réseau 3G qui risque de disparaitre le premier : « La disponibilité plus large de la 4G dans les zones rurales réduit le besoin de maintenir des infrastructures inférieures ». Le réseau 2G en revanche devrait rester en activité plus longtemps, car il est largement utilisé pour les objets connectés de grande consommation.

Ce n’est pas le premier pays à annoncer fermer ses réseaux 2G ou 3G. Les États-Unis fermeront par exemple leur réseau 3G dès 2022, tandis que la Suisse a déjà mis un terme à son réseau 2G cette année.