Test – Grand Theft Auto The Trilogy : une collection qui peine à convaincre

Pas de nouvel épisode pour le moment, les fans de Grand Theft Auto devront se contenter de remasters de trois épisodes parmi les plus cultes de la série sur PC et consoles. 

Si les fans sont nombreux à attendre le sixième volet de la franchise, ils devront se contenter de simples remasters en cette fin d’année 2021. Sortie un peu de nulle part, la trilogie remasterisée Grand Theft Auto a le mérite de permettre aux jeunes joueurs de redécouvrir ces trois classiques du jeu vidéo. L’ennui, c’est que lesdits remasters sont loin d’être au niveau que l’on attendait…

Les modèles 3D ont été totalement revus… Le nouveau character design ne fait toutefois pas l’unanimité.

Vous en avez certainement entendu parler, Rockstar Games est sous le feu des critiques avec sa trilogie remasterisée. Et pour bien plus d’une seule raison. La première, c’est bien entendu qu’une partie du contenu de l’époque n’est plus du tout adapté au public actuel : certaines missions paraîtront excessivement offensantes aux yeux de certains joueurs. Les fans de la série vous le diront toutefois : c’est ce qui a toujours fait le charme de la série. Ensuite, il y a la question du traitement artistique, et en l’occurrence du très étrange character design qui a été choisi. Bien sûr, il fallait moderniser l’esthétique du jeu. Personne ne s’attendait toutefois à ce que le studio dénature complètement l’identité des personnages avec un look cartoonesque absolument immonde. Si les personnages principaux des trois jeux ne s’en sortent pas trop mal, les personnages secondaires sont un véritable désastre. Alors, certes, en se promenant en rue, ce n’est pas le genre de détail qui vous choque, mais le rendu lors des cinématiques a de quoi faire rire aux éclats tellement certains modèles 3D sont d’une laideur à couper le souffle. Et puis bien sûr, il y a la question de la refonte graphique. Rockstar Games a choisi de revoir la plupart des éléments graphiques de son jeu, avec un résultat qui se rapproche finalement davantage d’un remake que d’un simple remaster. On applaudit le travail réalisé au niveau des effets de lumière et des modélisations en général. Les véhicules, bâtiments, décors, sont globalement beaucoup plus détaillés que dans la version originale. D’autres éléments peinent à convaincre, à l’image de la pluie, au rendu excessivement grossier, et qui a surtout tendance à rendre les séquences de jeu sous la pluie complètement injouables. Même topo, malheureusement, pour ce qui est de certaines effets visuels. Le “brouillard” de GTA 3, qui contribuait beaucoup à l’atmosphère très glauque du jeu à l’époque, a complètement disparu, donnant à la ville de Liberty City un look beaucoup plus propre et lui retirant indirectement toute sa personnalité. L’intégralité de ces choix artistiques douteux apparaît déjà clairement dans la vidéo d’intro du jeu, avec une pluie qui dénature complètement le design cinématographique de l’original et une atmosphère de polar qui part aux oubliettes…

De jolis effets de lumière redonnent un peu de fraicheur aux trois jeux.

On ne va pas vous mentir, de ce point de vue là, cette GTA Trilogy Definitive Edition est effectivement un copieux échec. La critique des fans a d’ailleurs été si virulente que l’éditeur a retiré le titre de la vente dès sa sortie sur PC… Rien n’est toutefois encore gagné. Il faudra encore voir si l’éditeur se décidera à corriger ces défauts…

Globalement, outre les choix artistiques douteux, c’est bien au niveau de la finition que cette Definition Edition déçoit, avec des bugs en pagaille qui n’apparaissaient pas forcément dans les épisodes originaux, des rendus bâclés et un grossier manque de finition sur à peu près tous les aspects du jeu. Ceci étant dit, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Un gros travail de remasterisation a tout de même été réalisé sur l’aspect graphique des trois jeux, avec des résultats très contrastés, selon les épisodes. Si GTA 3 perd son atmosphère, GTA Vice City et San Andreas gagnent énormément au niveau de l’ambiance, avec des néons qui brillent de mille feux et un gros travail sur les effets de lumière pour San Andreas. On est également très loin de la bouillie de pixels de l’époque…

Le rendu de la pluie est une catastrophe dans ce remaster. Heureusement, sur PC, il existe déjà des mods pour corriger le problème… mais pas sur consoles!

Et puis bien sûr, les trois jeux conservent toutes leurs qualités de l’époque : un contenu pharaonique avec des centaines d’heures de jeu, une playlist absolument incroyable composée non seulement de tubes des années 80 et 90, mais aussi de stations de radio totalement décalées, un scénario accrocheur et une structure d’open-world qui reste très plaisante.

Côté gameplay, GTA n’a pas trop mal vieilli, si ce n’est en ce qui concerne les gunfights, qui se jouent soit en vue à la troisième personne soit à la première personne lorsque vous “visez” les adversaires. C’est mou, imprécis et excessivement rigide. Inversément, la conduite des véhicules reste très fun. Le jeu mélange toujours habilement courses-poursuites, gunfights, séquences narratives et missions secondaires à travers un cocktail explosif en open-world. Ceci étant dit, la formule a vieilli. GTA 3 tient très mal la comparaison avec les nouveaux open-world, qui offrent beaucoup plus de diversité et surtout une structure mieux maîtrisée. Les premières missions du jeu sont d’un ennui mortel… Clairement, cette compilation ne s’adresse pas aux nouveaux joueurs mais davantage aux joueurs nostalgiques qui souhaiteraient redécouvrir ces classiques du catalogue de Rockstar. En d’autre terme, un public de niche. Car pour les joueurs qui ont découvert la franchise avec GTA V, ce petit voyage dans le temps risque d’avoir du mal à séduire. GTA 3 a vraiment très mal vieilli. San Andreas est incontestablement l’épisode le plus moderne. Mais pas forcément le plus réussi de cette compilation… Une chose est sûre : que vous soyez fan ou non de la série, la déception sera au rendez-vous. Rockstar aurait pu marquer les esprits en nous livrant une compilation qui aurait frôlé l’excellence. L’éditeur s’est finalement montré très peu ambitieux sur ce projet. Reste à présent à croiser les doigts pour que les problèmes techniques soient au moins corrigés avec une mise à jour…

Conclusion

Avec Grand Theft Auto : The Trilogy – The Definitive Edition, Rockstar nous livre une réédition sans éclats de GTA 3, GTA Vice City et GTA San Andreas. Trois épisodes sortis à l’époque de la PS2, qui ont droit à un lifting presqu’intégral sur les consoles de dernière génération. Si, visuellement, les trois titres ont été joliment modernisés avec de jolis effets de lumière et des modélisations complètement revues, cette Definitive Edition ne semble pas avoir eu droit à l’attention qu’elle aurait mérité… Les bugs sont nombreux, certains effets visuels comme la pluie sont une catastrophe, au point de nuire à la lisibilité à l’écran, et artistiquement, quelques choix sont douteux, notamment en ce qui concerne le rendu des visages. Les mécanismes de jeu de la série ont également très mal vieillis : des séquences de gunfight, qui manquent cruellement de précision à la structure même des missions. GTA 3, Vice City et San Andreas ne font clairement plus le poids face aux open world plus modernes. Ceci étant dit, cette compilation pourrait bien faire couler l’une ou l’autre larme aux fans les plus nostalgiques. Reste qu’au vu des moyens de l’éditeur, on attendait forcément quelque chose de plus ambitieux… 

Grand Theft Auto : The Trilogy – The Definitive Edition

Gameplay 6.0/10
Contenu 7.5/10
Graphismes 5.0/10
Bande son 8.5/10
Finition 4.5/10
6.3

On aime :

Une bande son toujours aussi fantastique

3 épisodes réunis dans une seule compilation

Un joli travail de remasterisation sur l'éclairage, l'environnement

GTA Vice City s'en sort très bien

Les codes sont toujours là

On aime moins :

Le character design absolument atroce

Certains rendus, comme la pluie

Les gunfights ont très mal vieilli

Le clipping toujours présent, même sur next-gen

Le portage de GTA 3 est un désastre