Le casse du siècle : ils dérobent 1,5 million de dollars de livres scolaires à Amazon

Des hommes originaires du Michigan ont volé pour 1,5 million de dollars de livres au service de location de manuels scolaires d’Amazon.com.

Un acte d’accusation a été déposé auprès du tribunal fédéral du district ouest du Michigan. Les accusés sont Gregory Mark Hays Talsma, Lovedeep Singh “Prince” Dhanoa, Paul Steven Larson et Gregory Mark Gleesing.

14 000 livres dérobés

Le programme de location de manuels d’Amazon permet aux étudiants de louer des livres pour un prix inférieur au prix d’achat initial. Sur une même période, une personne ne peut louer qu’un maximum de quinze livres. Dans le cas où un livre ne serait pas rendu, Amazon débite le prix total sur la carte de crédit de l’emprunteur.

Dans le Michigan, aux États-Unis, des hommes ont loué 14 000 livres sur une période de cinq ans… Sans jamais avoir l’intention de les rendre.

Cartes cadeaux et cartes sans solde

Geoffrey Mark Hays Talsma est la tête pensante du groupe. Et d’après l’enquête, il s’agit d’une arnaque ficelée au millimètre près.

D’abord, Geoffrey et ses complices ont créé de nombreux comptes sous de faux noms. Ensuite, ils ont utilisé des cartes cadeaux Amazon pour louer les livres et des cartes “Visa Myvanilla” en guise de caution. Pour  obtenir ce type de Visa, aucune preuve d’identité n’est demandée. Sans surprise, elles ne contenaient que peu très peu ou pas d’argent du tout. Impossible pour Amazon donc, de récupérer la caution des livres disparus, la carte de crédit enregistrée ne disposant pas de fonds suffisants.

Pour l’expédition des livres, les trois usurpateurs avaient prévu diverses adresses postales.

Une arnaque en équipe

Certains manuels scolaires se sont vendus à plus de 228 dollars auprès de librairies locales ou en ligne.

Selon l’acte d’accusation, au fur et à mesure que le système progressait, M. Talsma “recrutait des personnes, dont les accusés Gregory Mark Gleesing, Lovedeep Singh Dhanoa et Paul Steven Larson, ainsi que d’autres personnes connues du grand jury, pour l’autoriser à utiliser leurs noms et adresses postales afin de continuer à recevoir des livres de location en quantités bien supérieures à la limite de quinze livres…”.

En bref, les accusés encourent jusqu’à 39 ans de prison. Vingt ans pour fraude postale, et dix pour recel de biens volés, cinq pour mensonge au FBI et quatre pour vol d’identité.