Pourquoi Facebook et Instagram sont si souvent victimes de pannes

Ce 4 octobre, Facebook et tous les services associés ont été inaccessibles pendant plusieurs heures. C’est cependant loin d’être une première pour le réseau social. Petit retour sur l’historique des pannes que Facebook a connu depuis sa création.

Après une panne mondiale de près de 7 heures, Facebook, WhatsApp et Instagram sont enfin de retour. La panne avait également empêché les sites et applications qui reposent sur Facebook pour se connecter d’accéder à leurs services. Facebook a depuis présenté ses excuses et donné quelques explications sur les raisons de cette panne d’envergure.

La panne aurait été causée par un changement de configuration des routeurs du réseau fédérateur, la partie centrale sur laquelle reposent les réseaux de télécommunication et qui coordonne le trafic entre les centres de données. La perturbation a eu un effet en cascade sur ces centres de données, entraînant l’arrêt des services.

Une longue histoire de pannes

C’est cependant loin d’être la première, et certainement pas la dernière, panne que rencontre le réseau social. Il serait trop fastidieux de toutes les répertorier, mais il est intéressant d’en mentionner quelques-unes afin de comprendre la tendance générale. Ainsi, en avril 2021, Facebook a connu une panne similaire à cause d’un « changement de configuration » qui a rendu les services Facebook indisponibles pour certaines personnes.

En mars 2021, une panne d’une heure a touché les services de Facebook, Instagram et WhatsApp. Dans un communiqué, un porte-parole de Facebook avait déclaré que les pannes étaient dues à un « problème technique », sans toutefois préciser la cause du problème. En janvier 2021, un grand nombre d’utilisateurs avaient été encore une fois déconnectés de leurs comptes, à nouveau à cause d’un « changement de configuration ».

En mars 2019, Facebook, WhatsApp et Instagram ont connu une des plus longues pannes de leur histoire en étant inaccessibles pendant près de 12 heures. La cause n’a pas été communiquée, mais Facebook rassurait les utilisateurs en déclarant que la panne n’était pas liée à une attaque DDoS, un type d’attaque informatique ou un grand nombre de machines saturent volontairement un service ou un site internet. Nouvelle panne en novembre 2018, qui n’a duré cette fois qu’une demi-heure. Il s’agissait cette fois d’un simple « test de routine ». Enfin, il faut remonter à 2008 pour trouver la pire panne du réseau social à ce jour. Celui-ci avait été mis hors service pendant près de 24 heures. Les causes étaient restées très floues.

Des explications toujours très évasives

Lors de ses nombreuses prises de parole à la suite de pannes, Facebook reste toujours très vague concernant les causes de l’interruption de ses serveurs. On constate que les « changements de configuration » et les « problèmes techniques » sont les explications majoritaires que le réseau utilise. Facebook tient également particulièrement à communiquer autour du fait que les pannes ne sont pas liées à des attaques de pirates. Dans ses récentes excuses concernant la panne de ce 4 octobre, le réseau social a ainsi déclaré que rien n’indiquait dans cette panne que des pirates auraient pu en profiter pour accéder à des donnes d’utilisateurs.

Si des attaques DDoS sont régulièrement supposées pour expliquer l’arrêt des services de Facebook, le réseau social nie systématiquement toute implication de pirates. En l’absence d’autorité de contrôle, il est impossible de savoir si Facebook cache les attaques de pirates ou non. Si l’image de l’entreprise est entachée par chacune de ces pannes, elle le serait davantage si elles étaient dues à des attaques de pirates qui pourraient accéder aux données des utilisateurs. On comprend donc la réticence de Facebook à communiquer sur ce type de problème.

Quoi qu’il en soit, avec près de 7,5 milliards d’utilisateurs dans le monde pour Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, il est compréhensible qu’une panne provoque des conséquences aussi étendues. L’infrastructure nécessaire à leur fonctionnement est particulièrement importante et chaque petit problème peut causer un effet boule de neige. La tendance ne semblant pas s’atténuer, il faudra donc s’attendre dans les mois à venir à de nouvelles pannes.