Un avion a volé à l’essence de betteraves pour la toute première fois

En juin dernier, la start-up française Global Bioenergies et l’Allemande Swift Fuel ont fait voler un petit avion à moteur à pistons. La particularité de l’engin ? Un réservoir de 60 litres d’essence produite à partir de betteraves et de bois.

Global Bioénergies crée des produits cosmétiques basés sur l’isobutène, un composé biosourcé. Cette molécule uniquement constituée d’atomes de carbone et d’hydrogène est utilisée dans les domaines de l’énergie et des matériaux, mais aussi de la cosmétique.

L’isododécane ou 2-méthylundécane est un dérivé de l’isobutène. Émollient, parfumant et solvant… Cette huile minérale possède de nombreuses propriétés. Depuis le 14 septembre, la start-up jusqu’à présent focalisée sur le maquillage des yeux, s’ouvre au maquillage des lèvres. L’occasion de se pencher à nouveau sur cette huile, aussi utilisée comme carburant pour l’aviation.

Après l’électrique, place à l’organique

Après les premiers modèles d’avions à batteries, place au carburant biosourcé.

Le spécialiste français de la chimie verte Global Bioenergies et l’allemand Swift Fuel ont créé de l’essence biosourcée à partir de résidus de betteraves et de bois. Un carburant biologique à 97%. Point fort, il possède exactement les mêmes performances que l’Avgas100LL, le carburant d’aviation actuel.

Avec cette formule, les hydrocarbures sont produits à partir d’isobutène d’origine végétale. Dans le cadre de ce projet d’envol, une fois les bactéries génétiquement modifiées, celles-ci se transforment en sucre et produisent du carburant.

Un défi plus que technologique

Le premier vol d’essai du Rihn DR107, un avion de voltige léger, a eu lieu en juin dernier. Ce succès est une première mondiale. Désormais, Global Bioénergies espère pouvoir commercialiser son carburant 100 % renouvelable dans les prochaines années et remplacer à terme l’essence utilisée pour les avions légers. Un défi de taille, puisque le transport aérien représente 2 à 3 % des émissions de gaz à effet de serre.

Pour le moment, l’efficacité des biocarburants comme substituts au kérosène utilisé par les avions long-courriers reste encore à démontrer. Mais Global Bioenergies n’abandonne pas l’idée d’une solution pour les avions spécialisés dans le transport de passagers. Un projet également dans les plans Airbus et d’autres grands acteurs du secteur aérien.