La guerre contre le terrorisme a rapporté des milliards aux géants du tech

Microsoft, Amazon, Google, Facebook et Twitter ont gagné plus de 44 milliards de dollars de contrats avec le gouvernement américain dans le cadre de la “guerre contre le terrorisme”.

Un rapport rendu public par Action Center on Race and the Economy, MPower Change et LittleSis détaille comment depuis 20 ans, plusieurs agences et ministères américains ont de plus en plus recours aux géants du numérique.

L’explosion post-11 septembre 

“Entre 2004 et aujourd’hui, les géants de la technologie ont vu la demande fédérale pour leurs services monter en flèche, notamment de la part du Pentagone et du ministère de la Sécurité intérieure”, affirment les auteurs du rapport. 

C’est surtout après le 11 septembre, que les entreprises technologiques ont multiplié les contrats fédéraux et les contrats de sous-traitance avec l’armée, les services de renseignement et les forces de l’ordre américaines. De 2007 à 2019, les contrats et les sous-contrats du Département de la sécurité intérieure des États-Unis (DHS) avec les géants de la Silicon Valley ont été multipliés par 50. 

Amazon et Microsoft sont ceux qui ont le plus profité de cette augmentation. De 2015 à 2019, Amazon et Microsoft ont bénéficié respectivement une augmentation de 400 % et 800 % de tous les contrats fédéraux.

La Big Tech, reine des contrats

“Ce que nous essayons de démêler ici est que la Big Tech est un élément majeur de la guerre mondiale contre le terrorisme et le devient de plus en plus”, insiste Sijal Nasralla, directeur de campagne chez MPower Change. 

Le rapport révèle également que Google a récolté 16 millions de dollars de contrats avec le Pentagone, 2 autres millions avec le DHS et près de 4 millions avec le ministère de la Justice (dont la majorité avec le FBI). Pour Facebook ce sont un peu plus de 167 000 dollars de contrats avec le Pentagone et 363 600 dollars avec le DHS. De son côté, Twitter a obtenu un contrat de 255 000 dollars avec le DHS, toujours selon le rapport.

Une hausse des dépenses des agences gouvernementales

Depuis 2004, les cinq agences gouvernementales ont dépensé au moins 44,7 milliards de dollars en services fournis par ces cinq entreprises technologiques. 43,8 milliards de dollars pour le Pentagone, 348 millions de dollars pour le DHS, 258 millions de dollars pour le département d’État, suivis de près par les 244 millions de dollars de la General Services Administration.

“Nos recherches révèlent que, parce que les contrats du gouvernement américain génèrent d’immenses profits, la technologie aligne ses priorités sur celles des États-Unis, qu’il s’agisse de la sécurité nationale ou de la guerre mondiale contre le terrorisme”, déclare Sijal Nasralla.

Le phénomène du “tourniquet”

Un autre phénomène décrit par le rapport est celui du “tourniquet”. Il illustre les allers-retours de hauts fonctionnaires entre des postes de direction au sein des entreprises Big Tech et le gouvernement. Jared Cohen, ancien chef du département d’État, est devenu cadre chez Google. Steve Pandelides, ancien membre du FBI, est désormais responsable de la sécurité de la division informatique à distance d’Amazon (AWS).

Les principales données ont été collectées grâce à Tech Inquiry, un site répertoriant les contrats du gouvernement américain sur la base de données en libre accès. Les auteurs du rapport estiment toutefois que les chiffres sont inférieurs au montant total, car de nombreux contrats ne sont pas rendus publics.