Deathloop : tout ce qu’il faut savoir sur le prochain jeu d’Arkane

À une semaine de la sortie de Deathloop, Arkane Studios nous livre de nouvelles informations sur ce titre très attendu.

Alors qu’il ne reste que quelques jours avant la sortie officielle de Deathloop, nous avons eu la chance d’assister ce mardi 7 septembre à une conférence de presse nous présentant plus en détail les différents aspects du jeu. Se sont succédé Dinga Bakaba (le directeur du jeu), Pawel Kroenke (le Lead Narrative Designer) ainsi que Sébastien Mitton (le directeur artistique) pour nous parler de l’aspect narratif du titre, des coulisses de la création de l’univers et pour montrer du gameplay commenté.

Pour ceux qui seraient passés à côté de Deathloop, il s’agit d’un jeu de tir à la première personne reposant sur un concept de boucle temporelle. On y incarnera Colt, un homme amnésique prisonnier d’une boucle d’une journée sur l’île de Blackreef. Pour en sortir, il devra tuer huit personnages présents sur l’île: les Visionnaires. Il sera cependant confronté à Julianna Blake qui ne souhaite pas que la boucle temporelle soit brisée et qui n’hésitera pas à assassiner Colt encore et encore pour s’en assurer.

On devient régulièrement la cible de Julianna.

Que ce soit lors de notre mort ou au passage du jour suivant, Colt va recommencer la journée précédente jusqu’à ce qu’il réussisse à terrasser les huit Visionnaires dans la même boucle. Il sera possible de trouver des objets, armes, ainsi que d’obtenir des pouvoirs, mais tout ceci sera perdu une fois la boucle recommencée. Il est cependant possible de garder quelques objets en utilisant du Résiduum qui ne se trouve qu’en quantité limitée.

Le titre va nous laisser une grande liberté d’approche des différentes zones pour traquer les Visionnaires comme bon nous semble. Naturellement, plus les boucles vont s’enchaîner et plus nos connaissances vont s’accroître grâce à nos expérimentations. La progression se fera donc surtout grâce à notre savoir, connaître les environnements et le comportement de nos cibles va s’avérer primordial. Il sera par exemple possible de changer l’emploi du temps d’une de nos cibles en effectuant certaines actions précises. Le jeu va également répertorier dans un menu tout un tas d’informations obtenues par des fichiers audios, notes et conversations entendues.

Plus la boucle sera longue, plus les chances de voir débarquer Julianna dans notre partie vont grandir. Contrairement aux autres cibles de Colt, celle-ci va le traquer jusqu’à ce que mort s’en suive, amenant un élément de tension en plus dans la partie. Julianna a cette particularité d’être contrôlée soit par une intelligence artificielle, soit par un autre joueur. Contrôler Julianna va offrir une expérience tout à fait différente de la campagne principale, agissant comme une “partie rapide” pour des sessions plus courtes. Celle-ci sera aidée par les ennemis du jeu mais une grande liberté sera tout de même accordée aux joueurs, avec par exemple la possibilité de s’entraider.

L’univers visuel de Deathloop est très inspiré.

La présentation s’est beaucoup attardée sur l’univers et le scénario du jeu. Deathloop sera le jeu Arkane le plus scénarisé jusqu’à aujourd’hui. La découverte d’une anomalie paranormale sur cette île va permettre à un groupe de jeunes idéalistes, les Visionnaires, de lancer un projet permettant la création d’une boucle temporelle pour vivre éternellement dans un monde sans conséquences. Le plan ne s’est pas déroulé comme prévu puisque seul Colt et Julianna se souviennent des nombreuses journées passées dans la boucle, les autres personnages étant forcés à recommencer les mêmes actions chaque jour. Le scénario va petit à petit évoluer au fil de notre avancée alors que de nombreux mystères entourent le héros. Colt sera très souvent en contact avec Julianna, elle qui semble en savoir plus sur la situation.

Mais c’est aussi toute l’histoire de l’île de Blackreef qui a été mûrement réfléchie par les équipes pour donner de la profondeur à cet univers. Cet ancien complexe militaire à beaucoup évolué pour proposer des endroits très différents. Ceux-ci sont d’ailleurs remplis de détails, un aspect qui tient à cœur aux équipes de Arkane Studios qui veulent rendre cette aventure en vue subjective la plus immersive possible.

L’ambiance de Deathloop va être bien différente de celle des précédentes productions du studio. Le titre est plus coloré, l’écriture plus légère et décomplexée. Les personnages n’hésitent pas à faire preuve d’humour malgré les sujets abordés qui restent très sérieux. L’univers de Deathloop a été conçu en s’inspirant des années 60 et en essayant de capturer cette ambiance avec sa direction artistique, tout en y glissant un peu de science-fiction.

Au lieu de proposer un monde immense, les développeurs ont préféré travailler sur une petite île pleine de personnalité. Que ce soit pour les environnements ou les personnages, le cinéma a été une grande inspiration dans la conception de Deathloop (The Thing de John Carpenter, Point Blank de John Boorman, James Bond, les productions de Quentin Tarantino et d’autres ont été cités). Mais c’est surtout l’époque qui va donner du corps à l’esthétique de Deathloop. Les armes, véhicules et autres formes de technologies ont été conçus en s’inspirant des formes et matériaux de cette époque. Les tendances et les couleurs se sont retrouvées sur les vêtements, costumes, bâtiments et décorations.

Les jeux utilisant le concept de la boucle temporelle sont nombreux en ce moment, mais Deathloop semble exploiter ça de manière intelligente en laissant une grande liberté aux joueurs. Le nouveau titre d’Arkane Studios sera disponible dès le 14 septembre sur PC via Steam ainsi que sur Playstation 5. L’exclusivité console ne devrait durer qu’une année.