Le malware Vultur utilise des captures d’écran et un keylogger pour arriver à ses fins.

Un nouveau malware prénommé « Vultur » a été découvert par des chercheurs de la société néerlandaise de cybersécurité ThreatFabric. Son nom est inspiré du vautour (« Vulture » en anglais) qui s’attaque principalement à des animaux morts ou affaiblis. Il aurait déjà infecté plusieurs milliers de personnes et tenterait de voler leurs identifiants bancaires ainsi que certains identifiants de réseaux sociaux.

Les chercheurs indiquent que le malware est capable d’enregistrer l’écran de l’appareil et d’ouvrir de fausses pages d’applications bancaires pour enregistrer les mots de passe de l’utilisateur infecté. Le malware prend en charge plus d’une centaine d’applications bancaires, ainsi que des logiciels de cryptomonnaie.

Vultur utilise du code pour détecter lorsqu’un formulaire de saisie de données est ouvert. Il prend ensuite une capture d’écran, puis commence l’enregistrement des touches utilisées avec un keylogger. Pour fonctionner, le malware abuse des services d’accessibilité, destinés à l’origine à aider les utilisateurs souffrant de déficiences visuelles ou auditives.

Deux applications concernées

L’application Protection Guard a été téléchargé plus de 5000 fois.

Pour l’instant, les chercheurs n’ont détecté que deux applications du Google Play Store infecté par Vultur : « Protection Guard » et « Authenticator 2FA ». Ces applications ont déjà été téléchargées plus de 5 000 fois. Les chercheurs ont indiqué que les cybercriminels s’intéressent principalement aux clients des banques australiennes, espagnoles et italiennes.

Avec ce malware, les chercheurs évoquent un changement de méthodologie des cybercriminels. Au lieu de passer par l’utilisation de chevaux de Troie « généralistes » vendus dans des réseaux cachés, ils utilisent désormais des malwares « propriétaires », adaptés à leurs besoins. Avec Vultur, les chercheurs ont ainsi observé un groupe qui distribue et exploite simultanément des logiciels malveillants. Selon eux, ces logiciels deviennent de plus en plus sophistiqués et permettent des attaques à grande échelle difficiles à détecter. Ils mettent en garde les institutions financières contre la propagation de ce type d’attaque.

Pour se protéger de Vultur et effacer le malware en cas d’infection, ThreatFabric suggère simplement d’installer un antivirus sur son téléphone Android.