Après 14 ans d’absence, The World Ends With You refait surface avec un nouvel épisode plus ambitieux que l’original. 

Si on connaît Tetsuya Nomura pour son travail sur Kingdom Hearts et Final Fantasy, il est aussi l’un des réalisateurs et producteurs d’un jeu sorti en 2007 sur Nintendo DS, à savoir The World Ends With You. L’original avait rencontré un petit succès grâce à son univers tokyoïte urbain et son gameplay original, celui-ci avait la particularité d’avoir une prise en main déconcertante puisqu’il utilisait beaucoup les fonctionnalités tactiles et les deux écrans de la DS.

Square Enix nous propose aujourd’hui une véritable suite de cette licence. NEO: The World Ends With You est un Action-RPG prenant place à notre époque dans la capitale japonaise, plus particulièrement dans le quartier de Shibuya. Nous suivons alors les aventures de Rindo et de son ami Fret qui vont tous deux être contraints de participer au jeu des Reapers. Il ne s’agit pas d’un jeu ordinaire puisque les protagonistes mettent leurs vies en péril en affrontant des créatures nommées “échos”. Durant sept jours, les participants doivent former des équipes et effectuer des missions dans le but de gagner des points et de finir en haut du classement, sous peine de finir “effacés”. L’univers est assez complexe, répondant à des règles particulières, et de nombreux mystères autour du jeu des Reapers rythment ce long scénario.

Les protagonistes sont coincés à Shibuya durant toute la durée du jeu des Reapers.

L’expérience est assez linéaire, en particulier les premières heures de jeu qui prennent bien le temps d’expliquer comment tout cela fonctionne. NEO: The World Ends With You propose quelques idées originales et tout à fait en accord avec son univers. Les pièces d’équipements sont des vêtements disponibles dans des boutiques de mode. Pour augmenter leurs statistiques, il est également nécessaire de nourrir nos personnages en allant dans des fast-foods ou restaurants. Le jeu des Reapers octroie de nouvelles capacités aux personnages, dont la possibilité de scanner les environs et de lire ce que pensent les passants. C’est par le biais de ce scan qu’il est possible de se battre contre les échos. Il est d’ailleurs possible de provoquer plusieurs combats à la chaîne nous forçant à affronter des vagues d’ennemis sans pouvoir nous soigner mais avec plus de récompenses à la clé.

La difficulté fait partie de l’expérience. Celle-ci est réglée sur “normal” au départ mais on débloque ensuite un mode plus aisé et deux autres plus compliqués. Il est possible d’en changer en dehors des combats et également de volontairement baisser les niveaux de nos personnages, toujours dans le but d’obtenir plus de récompenses comme des badges, éléments centraux du gameplay. Les badges sont des objets qui permettent d’utiliser des Psych, des pouvoirs utiles en combat. Tirer des projectiles, faire des attaques au corps-à-corps où même se soigner, les badges ont de nombreuses capacités. Chacun d’entre eux n’est cependant pas unique, certains fonctionnent de la même manière mais il en existe tout de même plusieurs centaines.

Les différents types de badges amènent de la diversité dans nos capacités offensives.

Côté gameplay, NEO: The World Ends With You se révèle beaucoup moins original que son prédécesseur. Au lancement d’un combat, nos personnages sont transportés dans une arène en 3D où chacun peut utiliser un badge préalablement équipé pour vaincre les ennemis. Chaque badge équipé est attribué à un bouton de la manette, il est également possible de réaliser des esquives, mais c’est à peu près tout. Enchaîner les combos avec un bon timing permet d’augmenter notre jauge de Groove qui, une fois à 100%, donne accès à une attaque très puissante. Le gameplay n’est pas très profond, il suffit d’appuyer constamment sur un bouton et d’alterner de temps à autre pour être efficace. L’action est souvent brouillonne à cause des nombreux éléments à l’écran, mais les combats arrivent à rester fun grâce à la simplicité de la prise en main et à leurs durées très courtes.

L’identité visuelle très marquée de la série est toujours présente dans ce nouvel épisode. Les rues bondées de Shibuya sont des décors très plaisants à parcourir. Ceux-ci sont remplis de passants à la modélisation sommaire, le style fonctionne si on n’y regarde pas de trop près. La majorité des dialogues sont mis en scène avec des illustrations des personnages dans ce qui ressemble un peu à des cases de bande-dessinée. Si ce genre de procédé est très souvent un moyen un peu cheap de représenter un dialogue, NEO arrive à rendre la pratique très dynamique, multipliant les bonnes idées et les petites animations dans sa présentation.

La présentation est plus dynamique qu’il n’y paraît.

On doit également le dynamisme de ces passages aux doublages tout à fait réussis, en anglais et en japonais. Tout comme le premier épisode, la bande-son est composée de chansons et de musiques aux styles très variés. Que ce soit du rock, du métal, en passant par du hip-hop et de la musique électronique, le jeu utilise tout un tas de genres différents. Si cette bande-son risque de diviser selon les goûts, force est de constater qu’elle apporte une ambiance très originale au titre.

Conclusion

Après une absence de 14 ans, la licence The World Ends With You fait son retour avec une véritable suite sur Playstation 4 et Switch. Ce nouvel épisode se déroule de nouveau à notre époque à Tokyo, dans le quartier de Shibuya. Nous suivons alors Rindo et son ami Fret qui vont tous deux être contraints de participer au jeu des Reapers. Ceux-ci doivent alors affronter des monstres et réaliser des tâches dans le but de survivre. Cette aventure assez longue et linéaire sera entrecoupée de nombreux combats. Les personnages utilisent des badges qui leur octroient des pouvoirs. Le système de combat est simpliste mais fun, il est également possible de personnaliser la difficulté du titre, et pourquoi pas rendre le tout plus difficile pour gagner plus de récompenses. NEO: The World Ends With You conserve l’esprit de la direction artistique originale. On évolue dans les rues de Shibuya, cette fois en 3D, et s’il n’est pas difficile de trouver des détails et modélisations un peu sommaire, le style est efficace. La bande-son est également dans l’esprit de la licence, proposant de nombreux morceaux chantés aux styles éloignés de ce qu’on entend habituellement dans le genre. Avec son univers travaillé, son scénario complexe mais plein de surprises et son gameplay un peu brouillon mais fun, NEO: The World Ends With You est un titre très appréciable qui saura charmer les fans de JRPG.

NEO: The World Ends With You

7.4

Gameplay

7.0/10

Contenu

8.0/10

Graphismes

7.0/10

Bande son

7.5/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Un univers original
  • Des combats intenses et funs
  • Un scénario intéressant et truffé de mystères
  • Une bande-son aux sonorités et styles très différents de ce qu’on entend généralement dans le genre
  • Les possibilités de customisation de la difficulté

Les - :

  • Des visuels qui font parfois “petit budget”
  • On est pris par la main durant les premières heures du jeu
  • Les combats parfois difficilement lisibles