Google va payer une amende de 220 millions pour abus de position dominante

Le géant du web a été reconnu coupable d’abus de position dominante sur le secteur de la publicité en ligne.

En France, l’Autorité de la Concurrence (ADLC) vient de condamner Google à une amende de 220 millions d’euros pour pratiques illicites. Le géant américain a en effet été reconnu coupable d’avoir abusé de sa position dominante pour favoriser « ses propres services dans le secteur de la publicité en ligne ».

L’ADLC a en effet indiqué que Google se livrait à des « pratiques discriminatoires visant à favoriser les technologies de ventes publicitaires de Google ». La décision de justice fait suite à la plainte de plusieurs éditeurs de presse, dont le groupe Le Figaro – qui s’était finalement retiré en novembre 2020 -, News Corporation (The Wall Street Journal, The Sun…) et Rossel qui détient, entre autres, le média français La Voix du Nord.

Ces dernières années, Google a fait l’objet de nombreuses condamnations pour des faits similaires, il avait d’ailleurs déjà été condamné par la même instance en décembre 2019 à une amende de 150 millions de dollars, mais habituellement le géant américain fait appel des décisions de justice, ce qui n’est pas le cas cette fois-ci. La firme de Mountain View a en effet préféré « ne pas contester les griefs ». Google paiera donc l’amende qui vient de lui être affligée.

En plus d’accepter sans broncher sa condamnation, le géant américain s’est engagé à améliorer le fonctionnement de ses services publicitaires en ligne. « Nous allons tester et développer ces modifications dans les mois qui viennent, avant de les déployer plus largement, dont certaines à l’échelle mondiale », a indiqué Maria Gomri, directrice juridique de Google France, dans une déclaration postée sur le blog de la firme de Mountain View comme le rapporte l’AFP.