La filiale de SpaceX veut fournir une connexion internet par satellite rapide à haut débit partout dans le monde, comment procède-t-elle ?

Starlink est constitué de plusieurs milliers de satellites constitués en constellation. Pour assurer une connexion haut débit à latence basse, sur l’entièreté du globe, Starlink doit déployer le plus de satellites possible, environ 12 000 d’ici 2025.

Pourquoi autant de satellites ?

Les connexions par satellite existent déjà depuis de nombreuses années et permettent d’avoir accès à internet dans les régions reculées. Cependant, la technologie n’est pas la même. Pour couvrir de larges zones terrestres avec un seul satellite, ce dernier est positionné en orbite stationnaire à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de la terre. À cause de cela, le temps de communication entre le satellite est les utilisateurs est long, le débit d’information est relativement réduit et coûte cher… On parle d’une latence de 600ms pour la connexion par satellite classique contre 20 à 50ms pour Starlink.

Pour éviter cela, Starlink a décidé de placer ses satellites en orbite à une distance beaucoup plus courte – de 340km à 1150 km – de la terre. Fatalement, un seul satellite ne couvre pas beaucoup de surface terrestre, de plus il n’est pas stationnaire. Mais les 12 000 satellites communiqueront entre eux par liaison laser pour pallier cela. Cela formera une sorte de toile communicante autour du globe.

Les satellites Starlink sont légers et alimentés à l’énergie solaire (crédit : SpaceX).

Pour pouvoir être lancés par lot de 60 dans par seule fusée Falcon 9, les satellites/antennes de relais ne pèsent que 260Kg et sont alimentés à l’énergie solaire pour fonctionner.

On peut apercevoir sur le site satellitemap tous les satellites de Starlink en orbite, ainsi que les lot de 60 qui ont été lachés récemment.

Connexion à internet

Pour se connecter à internet, les clients de Starlink devront installer un kit par eux-même. Assez simple d’utilisation, il est composé d’une parabole à placer dehors sans obstruction avec le ciel, d’un long câble Ethernet, et d’un routeur Wi-Fi et Ethernet. La parabole est motorisée et s’oriente vers le satellite le plus proche de façon autonome. L’envoi de signaux depuis la terre se fait sur des bandes de fréquence de 14 à 14,5 GHz et de 10,95 à 12,70GHz pour les ondes envoyées par les satellites.

Voici les instructions fournies avec le kit de démarrage (crédit : Starlink).

Les satellites possèdent eux-mêmes quatre antennes différentes pour capter les signaux et en renvoyer. Lorsqu’un utilisateur envoie une requête à un satellite, ce dernier la retransmet à une antenne relai terrestre dédiée et connectée à internet, elle lui renvoie l’information en retour et il la transmet à l’antenne de l’utilisateur. Des antennes-relais sont ainsi disséminées dans le monde entier pour desservir au mieux le réseau. Le site satellitemap.space répertorie d’ailleurs tous les satellites Starlink en activité ainsi que les points relais.

Il n’y a pas d’antenne relai en Belgique, mais bien chez nos voisins français et allemands.