Après les smartphones, la marque chinoise entend partir à la conquête d’autres marchés. 

Si on la connait principalement pour ses smartphones en Europe, la marque Xiaomi commercialise plus de 2.500 produits connectés différents en Chine. Des aspirateurs robots aux téléviseurs en passant par les ordinateurs portables, les enceintes audio, les brosses à dents et les bouilloires électriques, le géant chinois dispose du catalogue de produits le plus diversifié du marché. En Europe, Xiaomi a concentré ses efforts sur le mobile dans un premier temps. L’entreprise propose toutefois aujourd’hui entre 200 et 250 produits différents chez nous, qui vont des bracelets connectés aux écouteurs en passant par des purificateurs d’air.

En l’espace de quelques mois seulement, Xiaomi a vu ses ventes s’envoler en Belgique et dans le reste de l’Europe. Contrairement aux autres géants de l’électronique, ses ventes ne se sont pas effondrées pendant la pandémie. Elles ont même enregistré des progrès significatifs sur plusieurs marchés européens selon Michael Cige, le Directeur des ventes en Belgique. Le groupe a ouvert une antenne en Belgique il y a un an et ouvert ses bureaux il y a tout juste un mois. Pour se lancer sur le marché belge, Xiaomi a choisi de signer des partenariats avec des acteurs locaux, comme l’opérateur Orange.

Commercialiser les smartphones en premier puis élargir la gamme de terminaux est en soi une stratégie très logique pour le groupe, qui voit le smartphone comme le produit autour duquel gravitent tous ses autres accessoires. Tous les produits Xiaomi commercialisés en Belgique peuvent se connecter directement au mobile, via une application baptisée “Mi Home”, qui est disponible aussi bien sur les smartphones Android que l’iPhone. Xiaomi a développé un seul et unique écosystème qui est accessible sur toutes les plates-formes, auquel les utilisateurs peuvent connecter une très large panoplie d’accessoires, qui vont de balances connectées à des trackers d’activité en passant par des ampoules connectées, des purificateurs d’air ou des aspirateurs. “L’avantage de Xiaomi, c’est de n’avoir qu’une seule application pour piloter tous les objets connectés de la maison” explique Michael Cige. “On a un département complet qui travaille sur les mises à jour des produits.” Les objets connectés ont tendance à devenir obsolètes très rapidement, que ce soit parce que l’entreprise qui les a créés a fait faillite ou parce que le produit qu’elle avait créé n’est plus mis à jour. La philosophie de Xiaomi est différente. “On ne voit pas pourquoi un produit commercialisé aujourd’hui ne fonctionnerait plus dans 3, 5 ou 10 ans.” 

En Belgique et dans le reste de l’Europe, Xiaomi entend être sélectif sur les produits qui seront commercialisés. Il ne s’agit pas de proposer 2.500 produits différents. “Certains des produits commercialisés en Chine ne sont pas du tout adaptés au marché local.” De façon générale, la marque mise sur les tendances du moment. La mobilité et le bien-être sont deux thématiques qui fonctionnent très bien en ce moment. Les trottinettes électriques de la marque font d’ailleurs partie des best-sellers de l’année, avec “plusieurs dizaines de milliers de produits écoulés en Belgique ces derniers mois. Pour se démarquer de ses concurrents, elle mise outre sur la qualité de ses produits sur des tarifs très avantageux pour le consommateur.

La marque entend également être plus présente sur le marché local, avec l’ouverture d’une boutique en ligne officielle dans les prochains mois et un pop-up store dans la FNAC de la Toison d’Or prochainement.