Il est possible d’acheter de nombreux tweets sur des sites spécialisés.

Le 21 mars 2006 naissait le réseau social Twitter. Pour marquer le coup, son fondateur, Jack Dorsey a publié le premier message de la plateforme : « je crée mon compte Twttr ». Un tweet évidemment symbolique qui a été mis en vente par son auteur. Une démarche qui peut surprendre, mais qui est pourtant loin de faire un flop.

Les enchères pour acquérir les droits de cet objet numérique se sont en effet envolées sur le site de vente Valuables, spécialisé dans la vente de tweets. L’offre la plus haute au moment d’écrire ces lignes s’élève à 2,5 millions de dollars. Elle a été faite par Sina Estavi, PDG de CryptoLand et de Bridge Oracle, deux sociétés spécialisées dans la blockchain.

On peut évidemment se demander en quoi consiste l’achat d’un objet numérique. Question à laquelle répond Valuables dans sa FAQ par ceci ; « acheter un tweet signifie acquérir un certificat numérique du tweet, unique parce qu’il a été signé et vérifié par le créateur ». Dans les faits, le tweet reste visible par tous et peut même être partagé par les internautes, copié ou encore être immortalisé sous la forme d’une image, mais sa propriété sera celle de son acquéreur.

Une fois les enchères terminées, le tweet va en effet être cédé sous la forme d’un « NFT » (non-fungible token), soit un jeton non fongique. Cet objet virtuel disposera ainsi d’une identité, d’une authenticité et d’une traçabilité incontestable grâce à la blockchain.

Ce système de certification d’une œuvre numérique a le vent en poupe depuis quelques mois. Plusieurs œuvres numériques ont ainsi été vendues, dont certaines pour des sommes folles. Une vidéo de 10 secondes a ainsi été vendue pour 6,6 millions de dollars.