Google ferme ses studios et stoppe le développement d’exclus pour Stadia

Les projets vidéoludiques en cours seront terminés avant la fermeture des studios. 

Lancée en novembre 2019, la plateforme de cloud gaming de Google est encore loin de faire le poids face à des mastodontes tels que Sony, Microsoft ou Nintendo. Stadia tient malgré tout bon et poursuit ses efforts pour se faire une place sur la scène gaming. Une place qui se fera uniquement en tant que plateforme de cloud gaming et non pas en tant qu’éditeur ni développeur de jeu vidéo. Google vient en effet d’annoncer que ses deux studios de développement fermeront leurs portes au cours de prochains mois.

En parallèle du lancement de Stadia, la firme de Mountain View avait ouvert deux studios de développement chapeautés par Jade Raymond, productrice de jeux vidéo qui a notamment travaillé sur des licences telles que Les Sims, Assassin’s Creed ou encore Watch Dogs. La décision de Google ne plus investir dans les studios Stadia Games & Entertainment marquera la fin de ces deux studios. La firme américaine prévoit de rediriger ses efforts dans le développement de Stadia en tant que plateforme.

Les jeux vidéo développés par les deux studios de Stadia ne sont pas pour autant annulés. Google a en effet précisé que les projets en cours seront poursuivis jusqu’à leur terme, mais qu’aucun autre projet vidéoludique ne verra le jour dans ces studios.

« Créer des jeux de premier ordre à partir de zéro demande de nombreuses années, des investissements importants, et le coût augmente de façon exponentielle. Compte tenu de notre volonté de nous appuyer sur la technologie éprouvée de Stadia et d’approfondir nos partenariats commerciaux, nous avons décidé de ne pas investir davantage dans le contenu exclusif de notre équipe de développement interne SG&E, au-delà des jeux prévus à court terme », a ainsi indiqué Google dans un communiqué.

La firme de Mountain View concentrera donc ses efforts pour améliorer sa plateforme de cloud gaming. « En 2021, nous intensifierons nos efforts pour aider les développeurs et les éditeurs à tirer parti de notre technologie de plateforme », poursuit Google dans son communiqué. Le géant américain indique également que sa plateforme accueillera de nouveaux jeux vidéo venant de studios tiers.

Dans les faits, cette annonce ne devrait pas changer grand-chose pour les joueurs. Jusqu’à présent, les studios Stadia Games & Entertainment, basés à Los Angeles et Montréal, n’avaient pas encore sorti de jeu et les projets en cours sont maintenus jusqu’à leur terme.

Cette annonce est tout de même regrettable. En proposant ses propres jeux vidéo, Google aurait pu avoir de jolies cartes en main pour se faire une place sur le marché du jeu vidéo et attirer les joueurs sur sa plateforme.