Le roi de la simulation de motocross débarque pour la première fois sur next-gen avec un gameplay toujours aussi exigeant.

Les simulations sportives et de course ont pris, depuis de nombreuses années déjà, l’habitude de se renouveler au début de chaque nouvelle saison. En effet, les changements d’équipes ou d’écuries forcent les éditeurs à proposer un nouveau titre tous les 12 mois, avec son lot de nouveautés propres au nouvel opus. Évidemment, le championnat de MXGP et ses motocross n’échappent pas à la règle.

Après être sorti sur PC, Playstation 4 et Xbox One au milieu du mois de décembre, MXGP 2020 débarque sur next-gen avec un upgrade sur Xbox Series et une version dédie sur PS5. Une arrivée sur next-gen qui aurait pu être synonyme de grandes nouveautés pour la franchise de motocross. Si l’on pouvait espérer des graphismes à la hauteur de la Playstation 5 ou encore des modes de jeu revus, il n’en sera finalement rien. On a ainsi droit à un épisode semblable en tous points à sa version curent-gen, voire à l’opus 2019.

Les modes de jeu sont pratiquement les mêmes qu’en 2019, graphiquement, on ne ressent absolument pas les effets de la next-gen sur la licence. Les courses gardent quant à elles les mêmes sensations, et ce n’est toutefois pas pour nous déplaire.

S’il y a bien un point sur lequel la franchise de Milestone a évolué dans le bon sens du terme au fil des années, c’est bien sur le gameplay. On reprochait aux premiers épisodes une conduite trop arcade et ne procurant pas la moindre sensation. Or, depuis MXGP Pro en 2018, nous avons réellement affaire à un pure jeu de pilotage extrême. La conduite des bolides est extrêmement exigeante et requière une attention de tout instant. La physique garde une place toute particulière et contrôler la juste position de son pilote et de sa moto relève d’une importance toute particulière.

MXGP 2020 reste un épisode extrêmement exigeant. Le moindre faux pas peut ruiner votre course.

Comme les courses de motocross réelles, le circuit est un personnage à part entière face aux pilotes. Il faudra dès lors l’apprivoiser, en adoptant le mieux possible les virages tout en prenant soin d’éviter les 19 autres coureurs. La piste se dégrade au fur et à mesure que la course évolue avec, évidemment, une incidence sur la conduite. Le sillon des pneus sur la piste s’approfondit au fur et à mesure des passages. On regrette toutefois que les jets de boue ne passent que trop inaperçus. En effet, on aurait aimé en avoir plein les yeux lors des courses, un ressenti que l’on a uniquement lorsqu’on pilote avec la caméra en première personne. Passer dans une grande étendue de boue n’apporte aucune particule derrière la bécane.

Qui dit motocross dit évidemment spectacle. Il est en effet très rare qu’une course officielle se termine sans qu’un pilote ne soit envoyé dans le décor. Rassurez-vous, MXGP 2020 reste très réaliste à ce niveau et laisse la part belle aux chutes et accidents en tous genres. La physique reste un élément clé de votre conduite et les virages et sauts devront être correctement empruntés, au risque de tomber de votre bécane. Si cela ne risque pas de poser problèmes aux habitués de la franchise et des jeux de courses exigeants, il en sera autrement pour les néophytes. MXGP s’adresse avant tout aux puristes, qui ne risquent pas d’être laissés sur le carreau. Toutefois, Milestone permet à son titre d’être accessible à tout un chacun, avec quelques fonctionnalités plutôt pratiques. Le rembobinage permet d’annuler une action mal effectuée, tandis qu’il est possible de conduire en mode Simple ou Avancé, afin de simplifier ou non les courses et d’augmenter les aides à la conduite.

Pour accentuer ce spectacle et cette immersion en course, la version Playstation 5 du titre offre une interaction nouvelle à travers la manette. Fonctionnalités phares de la Dualsense, les gâchettes adaptatives prennent tout leur sens dans des jeux de course, et notamment dans MXGP. La gâchette d’accélération réagit parfaitement bien aux réactions du moteur et, sans être indispensable, cette fonctionnalité se veut la bienvenue pour approfondir l’immersion. Du côté des vibrations, celles-ci passent trop inaperçues et se confondent avec des vibrations traditionnelles présentes sur une version Playstation 4 ou Xbox One.

Déjà vantée dans l’opus 2019, l’IA reste le point fort de MXGP 2020. Nous ne souffrons à aucun moment des absences de l’ordinateur et celui-ci ose même tenter des petites subtilités en course, comme l’utilisation des jumps pour dépasser plus aisément.

Comme dans tout jeu de course qui se respecte, MXGP 2020 permet au joueur une profonde personnalisation de sa bécane. Que ce soit les suspensions ou encore l’accélération, tout est fait pour permettre au joueur de piloter la moto de ses rêves. Chaque avant-course sera l’occasion pour le joueur de revoir la configuration de son véhicule et d’ainsi s’adapter aux exigences du circuit ou de la météo. Celle-ci revêt en effet une importance toute particulière dans MXGP, puisqu’elle peut aggraver ou non l’état du circuit et donc impacter profondément l’issue du GP.

L’éditeur de niveaux bénéficie d’un léger lifting et reste une jolie réussite.

Si le gameplay de MXGP 2020 est son point fort, le contenu du titre est tout son contraire. Il n’a tout simplement pas changé depuis l’édition 2019 de la franchise. On retrouve ainsi les 5 modes de jeu traditionnels. Parmi ceux-ci, le mode carrière fait son retour. Un comeback qui nous laisse sur notre faim puisqu’il est identique en tous points à son prédécesseur. Toujours aussi insipide et vide, le mode carrière reste une succession de courses au sein d’un championnat sans la moindre scénarisation et long de 17 circuits. Aucune cinématique ne vient entrecouper les courses et tout cela ressemble à un simple mode championnat, lui aussi présent au sein du titre.

Car si les modes de jeu ne manquent pas au sein de MXGP 2020, force est d’admettre que l’on en a vite fait le tour. Les modes rapides permettent de s’essayer très rapidement à un contre-la-montre, un Grand Prix ou un championnat, tandis que le mode Playground nous donne la possibilité de s’essayer aux circuits de la communauté.

L’un des modes les plus réussis de MXGP 2020 est paradoxalement celui dans lequel on conduit le moins. L’éditeur de niveaux nous permet de réaliser, dans des environnements ruraux, des circuits très réussis avec une personnalisation complète. Sauts successifs, longues lignes droites ou virages très serrés, il y en aura pour tous les goûts et le joueur pourra laisser libre cours à son imagination. Le dénivelé du terrain est également un paramètre à prendre en compte lorsque vous placerez vos bosses, et la difficulté de votre circuit peut très vite s’en trouver augmentée. Un éditeur de circuits réussi, mais là aussi perfectible. On aurait ainsi apprécié plus d’options de personnalisation, notamment en ce qui concerne le décor.

MXGP 2020 est loin d’être impressionnant sur next-gen. Il peut néanmoins se targuer d’être très stable à 60 fps en 4K.

Pour son arrivée sur Playstation 5 et par conséquent sur next-gen, on pouvait attendre de MXGP des graphismes impressionnants. N’en espérez toutefois pas tant, puisqu’MXGP 2020 est semblable en tous points à sa version current-gen, voire à l’épisode 2019. Le titre n’est franchement pas exceptionnel et n’est pas à la hauteur de la 4K qu’il affiche timidement. Les textures ne sont pas vraiment réussies tandis que les effets de particules manquants n’aident pas à embellir le soft.

La bande sonore est quant à elle une franche réussite dans la franchise de Milestone. Les développeurs ont réussi, depuis quelques épisodes, à insuffler une âme dans ses MXGP avec une bande-son très originale et bien composée. Les musiques, tantôt rock, tantôt électro, s’accordent magnifiquement bien avec les courses motocross. En course, le bruit des moteurs est du plus bel effet.

Enfin, évoquons un point sur lequel l’arrivée sur next-gen fera un grand bien à la franchise. Auparavant critiqué pour son manque de stabilité et ses chutes de framerate constantes, MXGP 2020 sur Playstation 5 ne souffre désormais plus d’aucun ralentissement. Extrêmement fluide, notamment grâce aux 60 FPS que lui apporte la next-gen, MXGP 2020 est terriblement plaisant à jouer. Il jouit d’une fluidité à toute épreuve.

Conclusion

Avec MXGP 2020, les Italiens de Milestone signent une suite malheureusement très fade, se contentant d’améliorer sensiblement les performances du jeu sans en revoir le contenu La licence n’a tout simplement pas bougé d’un iota, si ce n’est qu’elle débarque pour la première fois sur next-gen. On a désormais droit à de la 4K en 60 fps, avec un titre bien plus fluide que ses prédécesseurs. Là où on reprochait aux précédents épisodes des chutes constantes de framerate, MXGP 2020 sur Playstation 5 est tout simplement irréprochable dans sa technique. Les nouveautés s’arrêtent toutefois là. Les graphismes semblent tout droit hérités des PS4 et Xbox Series sans se hisser à la hauteur des capacités de la next-gen. Côté contenu, ce n’est guère plus réjouissant. Le mode carrière reste aussi insipide et vide que dans l’édition 2019. Heureusement, l’éditeur de circuits garde ses bases et reste une véritable réussite. L’immersion est quant à elle toujours de la partie, avec notamment la licence officielle du championnat de MXGP et des courses terriblement réalistes. Des courses qui requièrent une rigueur de tout instant, mais qui laisseront toutefois sur le carreau les néophytes peu habitués des jeux aussi exigeants. Si cette cuvée 2020 déçoit donc, elle corrige l’un des principaux défauts de ses ancêtres, ce qui n’est déjà pas si mal… De là à craquer juste pour ça…

MXGP 2020

7.1

Gameplay

8.0/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

6.0/10

Bande son

7.5/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Un gameplay exigeant et intense
  • Les licences officielles du championnat de motocross
  • Une jolie optimisation
  • Une bande-son qui vacille entre électro et rock
  • Des terrains qui évoluent au fil des tours

Les - :

  • Clairement pas destiné aux néophytes
  • Des graphismes pas dignes de la next-gen
  • Aucun effet de particules lié à la boue
  • Où sont les nouveautés ?