Près d’un an après sa dernière extension stand-alone, la franchise Spellforce nous revient avec Fallen God, une seconde extension censée apporter du nouveau contenu, mais aussi réparer certaines erreurs passées. Le résultat est-il à la hauteur des espérances ?

L’industrie vidéoludique est propice à la remise en question. Preuve en est avec THQ Nordic qui, après avoir livré un SpellForce 3 non-abouti techniquement, a joliment rattrapé le coup en proposant Soul Harvest. Une première extension, certes stand-alone, mais qui avait le mérite de proposer une campagne originale ainsi que deux nouvelles classes. Toutefois, le jeu n’en ressortait pas amélioré pour autant, avec des graphismes toujours en deçà des standards actuels, des bugs toujours omniprésents et des combats trop incompréhensibles.

Un an plus tard, THQ Nordic propose une seconde extension, toujours autonome, agrémentée de quelques nouveautés. Le titre propose un tout nouveau scénario, mettant en scène une faction encore inédite : les trolls. En plus de ces nouveautés scénaristiques, nous avons également droit à des nouvelles options de gameplay, un mode multijoueur enrichi ainsi qu’un support de mods évidemment bienvenu.

Le scénario de Fallen God repart sur de toutes nouvelles bases, comme pour aider les néophytes à appréhender le titre. Le joueur prendra donc le contrôle d’Akrog Écraseur-d’Os, chef du clan troll des Rôdeurs de Lune. Accompagné de ces fidèles disciples Noag et Grungwar, il parcourt désespérément les terres d’Urgath afin d’y trouver un nouveau dieu à vénérer. Évidemment, le périple s’avèrera plus compliqué que prévu et de nombreuses créatures et ennemis se dresseront en travers de leur chemin. Au fur et à mesure de l’aventure, de nouveaux alliés rejoindront vos rangs, afin notamment d’en améliorer la puissance de combat.

La campagne solo est intégralement jouable en co-op.

Si le scénario semble de prime abord peu original, il a du moins le mérite de tenir le joueur en haleine durant presque quinze heures. Une durée de vie plus que raisonnable, notamment lorsque l’on prend en compte son prix peu élevé, à savoir 25€. Le joueur devrait donc en avoir pour son argent, notamment compte tenu des jolies nouveautés présentes dans cet opus.

Néanmoins, la campagne est fortement désavantagée par des dialogues qui tirent énormément en longueur. Ils ne sont pourtant pas inintéressant, mais le fait d’être interrompu toutes les cinq minutes pour un dialogue est très frustrant, notamment entre deux quêtes.

Parmi les autres nouveautés de cet épisode, on notera également l’arrivée d’un système de développement de personnages en fonction de vos choix de dialogues. Ainsi, lorsque vous vous adresserez à un PNJ recrutable, certaines réponses influenceront ce personnage et amélioreront ou non ses sentiments envers vous. Les choix effectués durant votre périple modifieront les compétences et les capacités des personnages, avec une certaine promesse de rejouabilité, notamment afin de voir l’impact de tels ou tels choix. Une jolie approche RPG pour ce titre qui vacillait déjà entre ce genre et le RTS.

En effet, si vous êtes un habitué de la franchise Spellforce, vous n’êtes pas sans savoir que la saga récupère des éléments de gameplay propres à plus types de jeux. Ainsi, les arbres de compétences et autres loot d’objets sont récurrents dans les RPG, tandis que la gestion de ressources et la survie de son campement face à l’envahisseur fait partie intégrante des jeux de stratégie en temps réel. Le combo de ces deux genres fonctionnent bien, même si l’on regrette que cela soit fait en fonction de quelques compromis. Ainsi, l’aspect stratégie du titre semble trop peu poussé, tandis que l’aspect RPG apportent quelques éléments originaux mais peu intéressants.

Chaque classe de personnage possède un arbre de compétences assez sophistiqué. Malheureusement, on ne bénéficie plus que de deux arbres contrairement aux 3 du titre original.

A l’instar des RPG, Spellforce propose une personnalisation de ses combattants très poussée, en attestent les différents arbres de compétences propre à chaque classe. Ceux-ci sont relativement bien développés, quoique peu compréhensibles de prime abord. De plus, on regrettera que THQ Nordic n’ait pas choisi de réintégrer un troisième arbre de compétence, initialement présent dans le titre original mais déjà retiré dans Soul Harvest. Un élément en moins, qui aurait eu le mérite de faire son retour dans cette extension.

En ce qui concerne la réalisation, Fallen God a le mérite de proposer des graphismes améliorés vis-à-vis du titre original et de Soul Harvest, la première extension. Si, de près, les textures ne sont vraiment pas réussies, il faut bien admettre que l’aspect visuel global du titre est plutôt réussi. Que ce soit les passages en extérieur dans la forêt ou dans les grottes en intérieur, le tout se révèle très harmonieux. Mention spéciale pour les lieux intérieurs, comme les grottes donc, qui bénéficient de très jolis effets de lumière et d’une ambiance très appréciable.

Si les environnements ne sont pas magnifiques, ils ont le mérite de rehausser l’aspect global du titre.

Si les développeurs semblent avoir appris des erreurs faites lors du développement de SpellForce 3, il semble tout de même que quelques défauts subsistent. Les dialogues donc, à défaut d’être intéressant, sont trop long et empiètent sur la qualité générale du titre. De plus, le pathfinding des unités ne paraît pas suffisamment naturel, avec des unités qui empruntent le chemin le plus rapide sans suivre les courbures et dénivelés du terrain. L’interface, pour sa part, n’est pas assez explicite et rassemble trop d’informations mal expliquées. Il faudra donc un temps d’adaptation extrêmement long pour les néophytes et de la franchise et du genre.

Néanmoins, tout n’est pas si obscure dans le monde de Fallen God, en atteste l’excellent doublage dont bénéficie toutes les unités et autres bestioles. Le mixage audio semble en parfaite adéquation avec l’ambiance générale du titre. On regrettera cependant que la bande originale ne passe complètement à côté de son sujet, au point de passer parfois inaperçue dans notre aventure …

Conclusion

Avec la seconde extension stand-alone liée à SpellForce 3, THQ Nordic montre qu’il peut écouter les critiques et rectifier le tir. Sa série de jeu de stratégie était en perte de vitesse ces dernières années. Les précédents volets avaient reçus des critiques assez négatives. Fallen God est un épisode plus mature que la première extension mais également plus riche. Avec une campagne solo longue d’une quinzaine d’heures et entièrement jouable à plusieurs, le titre promet une jolie rejouabilité. Le jeu de stratégie s’offre aussi un scénario orignal, à l’instar de la première extension, et qui met cette fois en lumière les trolls, fraîchement débarqués dans la franchise. Difficile toutefois de s’y retrouver, notamment lorsqu’on passe trop vite des dialogues à rallonge qui déservent ce scénario. Les amateurs du genre devraient cependant y trouver leur compte, d’autant plus que cet épisode est proposé à un tarif très compétitif. Comptez 25€. 

Spellforce 3: Fallen God

7.1

Gameplay

7.0/10

Contenu

7.5/10

Graphismes

7.0/10

Bande son

6.5/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • L'arrivée des trolls
  • Des graphismes convaincants notamment dans les intérieurs
  • Le système d'influence sur les personnages
  • Petit prix pour une bonne durée de vie

Les - :

  • Des dialogues qui tirent en longueur
  • Les néophytes auront du mal à comprendre le scénario
  • Une interface un peu lourde et compliquée
  • Un pathfinding trop mécanisé, peu naturel