Un gestionnaire de tâches qui s’intègre à Gmail, Slack ou encore Whatsapp

L’application Kairn veut proposer un outil de centralisation pour les tâches du quotidien : professionnelles mais aussi personnelles.

Patricia Bernasconi et Augustin Vignet travaillent actuellement sur l’application Kairn. Suite au constat de la difficulté à organiser sa journée avec une multitude d’outils de communication, le projet a été lancé via le studio de startups eFounders. Un concept boosté par la crise sanitaire qui accentue le phénomène du télétravail.

Gestionnaire de tâches ?

L’un des constats qu’on a eu, c’est qu’aujourd’hui si les gens avaient du mal à suivre leurs tâches c’est entre autres lié au fait qu’on a de plus en plus de moyens de communication“, explique la cofondatrice de Kairn. L’application se connecte donc aux différents outils de communication de l’utilisateur. Whatsapp, Slack, Gmail, Teams et plus. Notamment pour centraliser les tâches et communications qui arrivent “un peu dans tous les sens“, nous explique Patricia Bernasconi.

Dès qu’une personne reçoit une tâche via l’un de ses outils, il peut transformer la communication en tâche, en un clic. “Tout l’objet, c’était de dire que nous n’avons plus besoin de maintenir sa liste de tâches, nous n’avons plus besoin d’aller changer d’application pour trouver l’application de To Do“.

Un projet d’eFounders

eFounders est un studio de startups franco-belge. Depuis 2011, ils ont lancé près de 27 entreprises dans le monde du SaaS. “Ils ont des idées et ils vont trouver une équipe de fondateurs. En général, une personne business et une personne tech“.
Patricia Bernasconi avait déjà discuté d’entrepreneuriat avec eux. “Nous nous sommes dit pourquoi pas aller sur le sujet de la productivité avec une approche qui est de dire : on réussi à sauver la conduite de projet, en ayant d’abord une proposition de valeur pour l’individu” explique-t-elle. Notamment pour “que les gens arrivent à mieux organiser et mieux suivre leurs journées“, ajoute-t-elle.

Lancé en avril dernier, l’outil est en phase de bêta test avec une cinquantaine d’utilisateurs. “Pour réussir à casser le modèle, à le refaire à chaque fois, pour vraiment avoir un produit derrière qui sera utilisable pour nos utilisateurs grand public” explique l’entrepreneuse. Un produit qui sera en théorie disponible en 2021.

Se connecter aux outils professionnels et personnels de l’utilisateur

Nous n’allons pas remplacer vos outils, nous pensons qu’il y a beaucoup de valeur dans chacun des outils“, explique Patricia Bernasconi. Elle fait une comparaison avec l’application de Microsoft To Do. Elle explique : “c’est plus une logique d’application singulière où les gens vont venir créer eux-même leurs tâches dans l’application. Et éventuellement Microsoft To Do va venir s’intégrer à l’univers Microsoft“. Mais ici, l’idée n’est pas de s’articuler autour d’un environnement particulier. “Nous allons nous connecter aussi bien à Whatsapp, à Gmail, à Slack, à Teams, c’est beaucoup plus aller se connecter aux outils de l’utilisateur et non pas essayer d’amener notre utilisateur au sein d’un même groupe d’outils“.

Avec un intérêt tout particulier pour Whatsapp. “Parce que notre logique sur Kairn c’est de dire que ça n’a pas de sens d’avoir une application qui soit exclusivement sa To Do personnelle ou alors exclusivement sa To Do professionnelle“. Les journées sont articulées autour des deux univers pour l’équipe de Kairn. Les tâches sont donc organisées dans ces deux univers, au sein même de Kairn. “C’est important de se connecter aussi bien aux outils professionnels que vos outils personnels“, insiste l’entrepreneuse.