Play Store : Google va imposer son moyen de paiement aux développeurs

En parallèle, Google promet qu’il assurera une meilleure prise en charge des boutiques concurrentes au Play Store sur Android 12.

Ces derniers temps, Apple a fait l’objet de nombreuses critiques concernant la politique de l’App Store, sa commission de 30 % et l’obligation pour les développeurs d’utiliser le mode de paiement de la plateforme pour facturer leurs services et abonnements à leurs utilisateurs. Des critiques auxquelles a échappées Google jusqu’à présent. Pourtant, la firme de Mountain View applique elle aussi une commission de 30% sur les achats effectués via sa boutique d’applications. Et prochainement, la politique de Google sur le Play Store pourrait se rapprocher de celle d’Apple sur l’App Store.

Le vice-précisent de la gestion des produits Sameer Samat a en effet indiqué sur le blog d’Android qu’il y allait avoir du changement au sein du Play Store, ou plutôt un renforcement d’une politique déjà mise en place. Au cours de l’année à venir, les développeurs proposant leurs apps sur le Play Store seront obligés d’utiliser le mode de paiement de Google, Google Pay, pour facturer les achats de leurs utilisateurs.

« Nous voulons nous assurer que nos politiques sont claires et à jour afin qu’elles puissent être appliquées de manière cohérente et équitable à tous les développeurs, et nous avons donc clarifié le libellé de notre politique de paiement pour être plus explicites sur le fait que tous les développeurs vendant des produits numériques dans leurs applications doivent utiliser le système de facturation de Google Play », explique Sameer Samat.

Dans les faits, cela ne devrait pas changer grand-chose puisque 97% des développeurs utilisent déjà le système de facturation de Google. La firme de Mountain View a par ailleurs précisé que seuls 3% des applications disponibles sur le Play Store ont facturé des montants à leurs utilisateurs au cours de l’année écoulée.

Les 3% de développeurs qui n’utilisent pas encore Google Pay ont un an pour y remédier, précise Google. « Ceux qui ont déjà une application sur Google Play qui nécessite un travail technique pour intégrer notre système de facturation, nous ne voulons pas perturber indûment leurs feuilles de route et donnons un an (jusqu’au 30 septembre 2021) pour effectuer les mises à jour nécessaires », explique Sameer Samat. Cette généralisation de la politique du Play Store vaudra évidemment pour les nouvelles applications.

Plus de boutiques d’apps concurrentes

Si Google ne s’est pas attiré les foudres de Spotify, Deezer et compagnie – contrairement à Apple -, c’est parce que la firme américaine n’impose pas aux développeurs de proposer leurs applications sur le Play Store. Les utilisateurs Android peuvent en effet télécharger des applications en dehors de la boutique d’apps de Google, que ça soit via le site des développeurs – comme c’est le cas pour Fortnite – ou via des boutiques d’apps alternatives.

À ce sujet, Google a affirmé qu’il prévoyait de prendre mieux en charge les boutiques concurrentes au Play Store sur Android 12. Sans en dévoiler davantage, la firme de Mountain View a tout de même précisé que les utilisateurs Android pourront profiter plus facilement d’autres boutiques d’applications, sans pour autant faire une croix sur la sécurité. On peut donc s’attende à ce que le géant américain certifie des boutiques « sûres » ou mette en place un système de sécurité pour ses utilisateurs.

« Nous pensons que les développeurs doivent avoir le choix quant à la manière dont ils distribuent leurs applications et que les magasins doivent être en concurrence pour les activités des consommateurs et des développeurs », a précisé Sameer Samat dans son post sur le blog d’Android. À noter qu’Android 12 n’est pas attendu avant l’année prochaine.