Legacio, une jeune pousse belge, propose un “service succession” 100% à distance.

Suite à un décès, la plupart des familles se rendent par réflexe chez le notaire”, explique Boris de Vleeschouwer, un ancien avocat. Effectivement, le site du SPF Finances indique qu’un notaire n’est pas obligatoire pour la déclaration de succession. “Comme héritier, vous pouvez établir vous-même la déclaration de succession. La déclaration de succession exigeant une connaissance approfondie du droit civil et du droit fiscal, les héritiers font toutefois, la plupart du temps, appel à une personne compétente (par exemple un notaire)”, lit-on sur le site. L’ex-avocat s’est associé à Killian Geleyn et Francois Kiesecoms, ils ont lancé Legacio en juin dernier.

Une procédure rapide et à distance

Pour Boris de Vleeschouwer, les familles pensent que la présence d’un notaire est obligatoire pour la gestion des droits de succession. “Au final, elles se retrouvent à payer des frais de notaire importants sans savoir ce pourquoi elles paient”, explique-t-il.

Legacio veut utiliser la technologie pour automatiser les tâches à faible valeur ajoutée, comme la récolte de documents.

L’atout de leur jeune pousse, c’est un service à distance : “il suffit de passer un coup de téléphone et de signer un mandat”, lit-on dans le communiqué. Un particulier peut obtenir un devis suite à des explications par téléphone. Un rendez-vous qui “n’entraîne aucune obligation”. La startup promet de proposer un prix dans les 30 minutes. Un second rendez-vous téléphonique permet de récupérer les documents nécessaires. Les équipes de Legacio s’occupent ensuite de préparer les documents légaux et “d’informer toutes les instances”. “Une fois le mandat signé et quelques documents réceptionnés, nous pouvons réaliser toutes les démarches en 7 jours”.

Un service à un prix attractif

Il existe déjà des bureaux successoraux qui proposent un tarif 30 à 40% moins cher que le notaire. Cependant, leur service reste fort similaire à celui du notaire car il faut systématiquement attendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, pour un rendez-vous physique. Avec Legacio, nous voulons proposer un service ultra-réactif“, explique Boris de Vleeschouwer.

La jeune pousse explique que ses clients sont principalement des cas de successions qui ne nécessitent pas de recherches approfondies. “Le plus souvent, il s’agit des enfants et du conjoint survivant qui héritent d’une maison et de ce qu’il reste sur les comptes en banque. Dans ces cas, lorsqu’il n’y a pas de testament ou de biens à l’étranger, la déclaration de succession est relativement simple à rédiger “.

Depuis le mois de juin, où la startup a été lancée, 30 dossiers ont été traités. “L’entreprise finalise en ce moment un financement de 100.000€ auprès d’investisseurs privés pour s’intégrer au service de plusieurs pompes funèbres en Wallonie et à Bruxelles, avec l’optique de se déployer en Flandre prochainement”. Avec évidemment une vision à plus long terme : si la startup réussit ses débuts, elle prévoit une levée de fonds pour un développement en France ou aux Pays-Bas d’ici un an.