Il y a quelques jours, nous avons eu la chance de découvrir durant deux bonnes heures le nouveau jeu d’Ubisoft Québec, les créateurs d’Assassin’s Creed Odyssey. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette paternité se sent tant sur le fond que sur la forme dans Immortals : Fenyx Rising et ce n’est pas forcément une mauvaise chose.

Présenté à l’E3 2019, Immortals : Fenyx Rising était connu jusqu’alors sous le nom de Gods and Monsters, mais suite à des changements de direction au cours de son développement, le jeu a été rebaptisé. Le cadre semble avoir été préservé. Il est toujours question de la Grèce Antique et de créatures mythologiques. Immortals : Fenyx Rising nous plonge sur l’île des Bienheureux, au cœur de la mythologie grecque, avec tout ce que cela implique.

Dieux, créatures mythologiques, super-pouvoirs sont au programme de cette aventure qui partage de nombreux éléments avec Assassin’s Creed Odyssey, dans une version beaucoup plus fantastique et mignonne. Ici, on incarne une jeune héroïne envoyée par les Dieux pour sauver l’Olympe et repousser les créatures mythologiques envoyées par Typhon, une divinité malfaisante.

Alors évidemment, en deux heures de jeu, difficile de se faire une idée globale sur la qualité du scénario. Au-delà de notre mission principale, nous n’avons pas appris grand-chose, mais le peu que l’on a découvert était plutôt sympathique. Le jeu aborde en effet la mythologie grecque, mais d’une manière très fantastique et quelque peu édulcorée. C’est plus enfantin que dans Assassin’s Creed Odyssey – difficile de ne pas faire de comparaison tant les similitudes, manette en mains, sont nombreuses –, mais d’une très jolie manière. Les joueurs d’Odyssey retrouveront de nombreuses mécaniques dans ce nouveau titre d’Ubisoft Québec.

Le côté décalé et fantastique d’Immortals : Fenyx Rising est renforcé par les commentaires des… Dieux. Ces derniers commentent les moindres faits et gestes du joueur, n’hésitant pas à briser le 4e mur avec beaucoup d’humour. Dans le cadre de la preview, les commentaires étaient adaptés de sorte qu’ils s’adressaient directement à nous et on a ri quelques fois. Il faudra voir sur le long terme si ces traits d’humour ne deviennent pas potaches au fil du jeu, mais là, c’était vraiment un point positif.

En monde ouvert, le jeu permet de suivre les quêtes principales, mais aussi de s’aventurer pour découvrir des endroits et des objectifs cachés. Le gameplay d’Immortals : Fenyx Rising repose sur trois piliers ; l’aérien, les combats et les puzzles/énigmes. Grâce aux ailes de Daidalos, notre héroïne peut en effet voler ce qui lui permet de se déplacer plus vite, mais aussi d’attaquer les créatures volantes. Il faudra tout de même garder un œil sur sa barre de stamina, son énergie, qui baisse rapidement lors des vols, mais aussi des combats.

Il faudra en effet faire attention à cette barre d’énergie qui s’épuise lorsqu’on a recours à des attaques spéciales ou puissantes. Sous ses faux airs de jeune recrue, notre héroïne est en effet capable d’attaquer méchamment et ce n’est pas une mauvaise chose, car certaines créatures mythologiques et autres boss se révèlent particulièrement robustes et leurs attaques font mal. Il ne faudra pas aborder les combats tête baissée.

Le joueur pourra personnaliser son personnage en l’équipant de différentes pièces d’armures et d’armes, mais aussi en débloquant et améliorant des compétences. L’interface est claire et rappelle encore une fois Odyssey. Au combat, il pourra jongler entre les différentes attaques – de base et puissantes – en prenant garde à sa barre d’énergie. S’il est possible de la régénérer, il faudra tout de même le faire avec parcimonie puisque les potions ne sont pas illimitées. Le jeu propose en effet de récolter des matériaux pour aller fabriquer ses potions à certains endroits de la carte. Cela pousse évidemment à la récolte, mais aussi à compter ses potions. Certaines sont d’ailleurs des bonus qui permettent de frapper plus fort ou d’être plus résistant. Là encore, il est possible d’augmenter les bonus en progression ou en sacrifiant des cristaux. Le fait de devoir se rendre à un chaudron pour créer ses potions rajoute une difficulté appréciable.

Enfin, le monde ouvert d’Immortals : Fenyx Rising regorge de puzzles, d’énigmes, mais aussi de défis en tous genres ; tir à l’arc, vol contre la montre, parcours, etc. Il y a également des niveaux spéciaux qui permettent de récolter des bonus. De quoi augmenter la durée de vie du jeu et de faire des pauses dans les quêtes principales. Plutôt sensibles à ce genre de chose, nous avons été ravis à ce niveau, mais là encore, il faudra voir sur le long terme si le jeu parvient à se renouveler. Mais Immortals : Fenyx Rising semble avoir de quoi satisfaire de nombreux joueurs.

Enfin, pour ce qui est de l’univers, s’il partage le même cadre qu’Odyssey, Immortals : Fenyx Rising parvient à développer sa propre identité. La direction artistique de type bande dessinée très colorée a son charme, même s’il est vrai que techniquement, ce n’est pas vraiment la claque.

Partageant de nombreuses similitudes avec Assassin’s Creed Odyssey, Immortals : Fenyx Rising développe malgré tout son propre univers. Beaucoup plus enfantin et mignon, le jeu offre une aventure globale axée sur des combats parfois intenses, l’exploration à pied, à cheval et en vol, ainsi que de nombreux puzzle, énigmes et défis. Une aventure globale qui sent bon la joie de vivre et la légèreté, aidée par une bonne dose d’humour. Évidemment, il faudra voir si le jeu est toujours aussi plaisant à explorer sur le long terme. On appréhende en effet que le jeu devienne redondant au bout d’un moment et que l’humour devienne lourd. Il faudra patienter pour vérifier cela. Immortals : Fenyx Rising est prévu sur PS4, Xbox One, PS5 et Xbox Series, ainsi que sur PC.