Sorti en avant-première sur Stadia, Spitlings faisait partie de ces exclusivités temporaires de la plate-forme de Google qui ont aujourd’hui droit à une sortie sur les autres plates-formes. 

Ce petit jeu indépendant était parvenu à faire parler de lui au moment de sa sortie, grâce à son exclusivité sur Stadia. Un contrat qu’on devine juteux pour le petit studio de développement qui aurait eu bien tort de s’en priver… Dans les faits, Spitlings est toutefois loin d’être l’exclusivité “system-seller”.

Le jeu est plutôt coloré.

Presqu’entièrement axé sur son multijoueur, Spitlings nous propose d’incarner de bien étranges petites créatures colorées qui “crachent” (d’où le nom) leurs dents vers le haut ou vers le bas, selon le bouton sur lequel vous pressez. Lorsqu’elles crachent vers le bas, elles décollent légèrement du sol. Une rafale leur permet de prendre leur envol.

A travers de très courts niveaux, les joueurs devront éliminer des bulles en leur tirant dessus et en prenant soin d’éviter qu’elles ne les touchent. Vous l’aurez compris, dans son concept, Spitlings se rapproche d’un mélange de shoot them up, de puzzle game et de party-game.

Tout le concept du jeu repose sur le scoring. Par conséquent, c’est à celui qui va le plus vite… Les niveaux se bouclent généralement en moins d’une minute top-chrono.

La réalisation est assez sommaire.

En progressant dans le mode de jeu principal, le joueur pourra débloquer de nouveaux Spitlings. En tout, il y en a 100 à collectionner. Un concept amusant, mais très maladroitement mis en avant à travers un scénario-prétexte à nous faire progresser à travers une succession de défis qui peinent à se renouveler.

Car c’est finalement là le plus gros défaut de ce jeu qui se prétend être un condensé de fun. Les déplacements des Spitlings sont désespérément mous, les sensations minimalistes et l’action est sans cesse coupée puisqu’à chaque fois que votre Spitling a craché toutes ses dents, il faudra les faire réapparaître en appuyant longuement sur un bouton… Le gameplay reste très sommaire de bout en bout et le jeu n’arrive jamais à se renouveler, bien qu’il introduise de nouvelles mécaniques assez régulièrement dans le level-design.

Les défis sont un peu plus amusants à plusieurs.

S’il est assez long, difficile de le finir d’une traite tant la lassitude s’installe vite. En solitaire, c’est presque mission impossible. A plusieurs, c’est un peu plus facile à digérer, mais on est toutefois très loin du fun procuré par un Mario Party ou un Smash Bros…

Techniquement, ça ne vole pas non plus bien haut. Les musiques sont énergiques mais finalement peu nombreuses. Elles finissent vite par tourner en boucle. La direction artistique est sympathique mais le jeu manque cruellement de caractère et les décors sont très pauvres. En définitive, la réalisation du jeu est un peu à l’image de sa prise en main : beaucoup trop sommaire. Certes, Spitlings n’est vendu que 15€, mais même à ce prix, difficile de justifier l’achat.

Conclusion

Mélange improbable de shoot them up, party-game et puzzle-game, Spitlings peine à convaincre avec son gameplay très sommaire et sa réalisation modeste. Le jeu d’HandyGames propose de prendre le contrôle de petites créatures loufoques baptisées “Spitlings”, qu’il faudra diriger dans des niveaux exigus et qui devront cracher leurs dents sur les bulles qu’ils rencontrent. Un concept qui aurait pu être très amusant si la prise en main du jeu n’était pas aussi lourde et si le gameplay était beaucoup plus nerveux. En solitaire, on s’ennuie ferme. A plusieurs, c’est un peu plus drôle, mais on est toutefois très loin du fun que peut procurer un Mario Party ou un Smash Bros. Une chose est sûre : Spitlings ne fera pas date, et sa réalisation très dépouillée ne le présente pas forcément sous son meilleur jour… 

Spitlings

4.8

Gameplay

3.0/10

Contenu

4.5/10

Graphismes

4.5/10

Bande son

6.0/10

Finition

6.0/10

Les + :

  • Une jolie direction artistique
  • Jouable à plusieurs

Les - :

  • Un réel manque de personnalité
  • Un gameplay qui ne fonctionne pas
  • Pauvre en fun pour un party-game
  • Répétitif à outrance