Présenté dans sa version définitive il y a tout juste quelques semaines lors d’un événement en ligne organisé par Electronic Arts, Rocket Arena était l’une des sorties surprises de cet été 2020. Le jeu de Final Strike Games parvient à s’imposer comme un shooter multijoueur terriblement fun et nerveux, et prometteur au niveau de sa communauté. 

On n’en attendait pas forcément grand chose. La très brève présentation du jeu lors de l’événement en ligne d’EA ne nous avait à vrai dire pas vraiment tapé dans l’oeil. Et pourtant, le jeu de Final Strike Games est bel et bien l’une des bonnes surprises de ce mois de juillet 2020. Marchant sur les traces d’un Bleeding Edge, Rocket Arena est un TPS multijoueurs qui se joue en 3 contre 3 ou en PvE. Pas d’option de changement d’arme ici, l’arme et les pouvoirs utilisés par le joueur sont définis par le personnage qu’il choisit pour la partie. Il y en a dix en tout. Chacun dispose de ses propres compétences (jusqu’à 3, en plus de son attaque de base) et tous se jouent de façon différente. Officiellement, il n’y a pas de classe, mais chaque personnage a toutefois une spécialité : le snipe, l’infiltration, le tank, l’attaque fourbe… Avec son total de 10 personnages accessibles dès le lancement, Rocket Arena offre d’entrée de jeu un très joli casting. Boone se présente ainsi comme le personnage parfait pour les attaques à distance ses ennemis avec son fusil de sniper. Amphora est quant à elle capable de réaliser des tirs chargés pour enlever une grosse partie de l’énergie de ses adversaires, mais également de se transformer en une créature sous-marine pour échapper à ses adversaires ou les propulser dans les airs. Malgré les apparences, Rocket Arena est beaucoup plus technique qu’il n’y parait.

Le jeu demande une bonne dose d’adresse!

Car s’il ressemble à s’y méprendre à un mélange de Fortnite et d’Overwatch, Rocket Arena parvient en réalité à se distinguer des autres shooters multijoueur. Le jeu de Final Strike Games est exigeant dans son gameplay. Il faudra tout d’abord trouver un personnage au style de jeu qui vous convient. Ensuite, maîtriser les déplacements au sol bien sûr mais aussi dans les airs, notre personnage pouvant effectuer différentes pirouettes en l’air (jusqu’à 3 saut). Enfin, il faudra combiner ses différentes attaques pour éliminer ses adversaires. Viser juste ne suffit pas. Pour abattre un ennemi, il faudra généralement vider 2 ou 3 chargeurs. En combinant les attaques, les K.O. peuvent s’enchainer beaucoup plus rapidement… Tout l’art du jeu repose sur ces combinaisons d’attaques.

Le level-design des niveaux offre une belle verticalité dans les affrontements.

Les niveaux étant de taille relativement réduite, les affrontements demandent une bonne dose de technique, car à 6 au même endroit, il va falloir jongler avec les attaques et l’art délicat de l’esquive. Un bouton permet en effet d’esquiver les tirs des ennemis. On notera au passage que canarder ses opposants jusqu’à ce que leur barre de vie soit vidée n’est pas la seule façon de les éliminer. Il est également possible de les pousser en dehors du niveau en s’acharnant dessus, auquel cas ils seront éliminés et “perdront” une vie. Un petit côté Smash Bros pas désagréable.

Sous ses airs de défouloir, Rocket Arena est donc un jeu beaucoup plus technique qu’il n’y paraît. Maîtriser son personnage exigera quelques heures d’entrainement. Il est par ailleurs possible de le personnaliser avec des artéfacts, des modificateurs que vous récupérerez au fil des parties, qui vous permettront de personnaliser la prise en main et le style de jeu de votre personnage.

Vous l’aurez compris, côté gameplay, ça fonctionne plutôt bien. Côté contenu aussi, les développeurs nous livrent un jeu très généreux, avec un casting bien fourni dès le lancement, 10 cartes différentes à explorer et cinq modes de jeu. A côté du traditionnel match à mort en 3 contre 3, on retrouve donc un mode qui nous propose de contrôler une zone jusqu’à la fin du décompte, un mode dans lequel les deux équipes tenteront de récupérer une balle pour l’amener dans le camp adverse et marquer ainsi un point, un mode chasse au trésor dans lequel il faudra récupérer des pièces dans le niveau puis protéger un coffre de l’assaut des ennemis, et un mode PvE (joueurs contre IA) dans lequel une équipe de 3 joueurs devra massacrer 30 robots gérés par l’IA. Un mode de jeu intéressant, mais qui manque toutefois de piquant, la faute à une IA qui a souvent du mal à faire preuve de finesse… Ceci étant dit, il suffit que l’un des 3 joueurs soit mauvais pour que cela affecte les performances de toute l’équipe, chaque joueur n’ayant que 3 vies à disposition pour finir le combat…

Il faudra apprendre à être très mobile pour remporter la partie…

Quelque part mi-chemin entre un Fortnite, un Smash Bros, un Overwatch et un Deathrow, Rocket Arena s’impose comme un divertissement solide et très efficace pour animer des soirées entre amis. Il faudra malheureusement de préférence y jouer entre potes, dans la mesure où seul, il sera difficile de convenir d’une stratégie avec de parfaits inconnus…

Alors certes, on pourra lui reprocher son prix assez élevé (29,99€ tout de même pour un jeu à l’allure de F2P), mais dans l’ensemble, le cahier des charges est bien rempli et surtout les développeurs nous livrent un shooter complet dès sa sortie, qui recevra régulièrement de nouveaux contenus gratuits. Il y a certes moyen de se procurer une monnaie virtuelle dans le jeu, mais celle-ci ne sert qu’à débloquer des éléments cosmétiques. Pas de mauvaise surprise donc pour les joueurs, et d’une certaine façon ce n’est pas plus mal, car jamais le joueur n’est encouragé ici à passer à la caisse…

Le jeu est très coloré.

Côté réalisation, le titre édité par EA s’en sort également très bien. La direction artistique est superbe, les décors colorés et variés, les animations fantastiques. Rocket Arena exploite parfaitement le potentiel des consoles de cette génération et nous en met souvent plein les yeux. Certains rendus, comme la fumée ou les explosions sont magnifiques. La plupart du temps, on a l’impression de s’être glissé dans un cartoon interactif.

La bande son du jeu n’est pas en reste avec des morceaux accrocheurs et d’excellents bruitages. En terme de finition, le jeu frôle également la perfection, si ce n’est peut-être pour ses temps de chargement un peu longs…

Au final, Rocket Arena est donc une vraie bonne surprise. Le jeu d’EA pourrait s’imposer sur la scène de l’e-sport comme un futur incontournable vu la technicité de son gameplay et sa patte unique. C’est fun, beau et terriblement grisant. Dommage tout de même que la prise en main ne soit pas ultra-nerveuse. On aurait aimé être un peu plus rapides dans les airs et pouvoir de surcroit s’immerger pleinement en activant une vue à la première personne, comme cela nous avait été montré dans les premiers trailers…

Conclusion

Avec Rocket Arena, Final Strike Games nous livre un shooter multi à 3 contre 3 à l’univers cartoonesque très séduisant. Sous ses apparences de Fortnite, le jeu surprend pas la technicité de son gameplay, qui privilégie les combos. Fun et nerveux à jouer, il offre une expérience de jeu très solide et déjà très bien garnie avec sa dizaine de personnages aux facultés toutes uniques, ses 10 niveaux et ses 5 modes de jeu très variés. On a droit ici au “full package” et pas à un jeu en kit sous la forme d’un free-to-play. Quelques achats in-app sont bien au programme, mais ceux-ci se limitent à du cosmétique. Avec son mélange de genres très efficace, son gameplay technique, sa réalisation soignée et son univers très séduisant, Rocket Arena est une vraie bonne surprise qui ne demandera qu’à s’améliorer au fil des mises à jour et des saisons. Quelques petits soucis demeurent : de l’IA des ennemis en PvE à la prise en main un peu pataude de certains personnages, mais rien de bien grave en soi. Une chose est sûre : il s’agit d’un titre multijoueur particulièrement prometteur!

Rocket Arena

7.8

Gameplay

7.5/10

Contenu

7.5/10

Graphismes

8.5/10

Bande son

7.5/10

Finition

8.0/10

Les + :

  • 10 personnages qui se jouent tous très différemment
  • Un contenu solide dès la sortie
  • Graphiquement, c'est très joli et très propre
  • Un shooter fun et plus technique qu'il y parait
  • Une direction artistique très réussie

Les - :

  • Une prise en main un peu pataude et imprécise
  • Le mode Rocketbot, qui manque de punch
  • 29,99€, c'est cher pour un jeu 100% multijoueurs
  • Pas de vue à la première personne