La plateforme met en relation des éleveurs avec des particuliers pour sauver les poules de l’abattage.

En juin dernier, Fabien Sauleman, Élodie Pellegrain et Sébastien Neusch ont lancé la plateforme en ligne Adopte1poule. Une initiative qui fait écho à l’engagement des trois fondateurs qui militent depuis plusieurs années pour un élevage plus respectueux des poules pondeuses. Ils ont d’ailleurs lancé en 2017 une marque d’œufs issus d’un élevage qui respecte les gallinacés ; Poulehouse.

Les poules trop âgées pour la filière traditionnelle (18 mois) qui devaient finir à l’abattoir sont sauvées pour terminer leurs jours paisiblement dans la « maison de retraite » Poulehouse. La vente des oeufs finance la nourriture des animaux. En parallèle de ce sauvetage, les trois amis des gallinacés ont lancé un groupe Facebook pour proposer à l’adoption les poules sauvées. C’est de là qu’est venue l’idée de lancer une plateforme de mise en relation entre les éleveurs et les particuliers.

Une seconde vie pour les poules pondeuses

Le site Adopte1poule souhaite ainsi permettre de sauver de l’abattoir les poules considérées comme trop âgées. L’idée est de leur permettre de vivre des jours heureux chez des particuliers. Adopter une poule pondeuse représente un double intérêt pour les particuliers puisqu’ils sauvent l’animal d’une mort certaine, mais ils profitent également d’œufs frais et gratuits jusqu’à la fin de sa vie.

La plateforme de mise en relation permet aux fermes partenaires de proposer leurs poules à l’adoption. Quant aux particuliers, ils peuvent repérer les poules en vente selon plusieurs critères ; distance, nombre, prix, etc. Ils devront débourser entre 5 et 20 euros pour sauver une poule de l’abattage, sans compter l’aménagement de son enclos. Car, oui, adopter une poule nécessite quelques aménagements.

Adopte1poule partage d’ailleurs une charte d’engagements à destination des potentiels acquéreurs de poules. Ces derniers s’engagent à prendre soin du gallinacé jusqu’à sa mort naturelle, à lui fournir les soins nécessaires et à lui fournir une nourriture adaptée, entre autres.

La mise en place de cette plateforme intervient à un moment où la demande d’adoption de poules pondeuses est très élevée. Selon Le Parisien, la demande aurait en effet explosé durant le confinement et se maintiendrait encore. Pour l’instant, le nombre de fermes partenaires est encore limité, mais celui-ci devrait augmenter à mesure que la plateforme se fait connaitre. Au-delà d’Adopte1poule, il existe de nombreux groupes Facebook et sites Internet qui proposent aux particuliers de sauver une poule pondeuse de l’abattage.