Financé grâce à une campagne de crowdfunding, Summer in Mara, création du petit studio espagnol Chibig, débarque enfin sur PC et Switch. Un jeu qui propose une aventure chaleureuse à destination des plus jeunes ou simplement des amateurs d’aventure douce.

C’est une jolie aventure que nous propose de vivre Summer In Mara. On y incarne Koa, une jeune orpheline recueillie par une grand-mère,Yaya, alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. Sur sa petite l’île de Mara, Koa ne rêve que d’aventures et de pirates. Des rêves qui se réaliseront en partie puisqu’elle aura pour mission d’aider sa grand-mère à faire prospérer l’archipel sur laquelle elles vivent. Une tâche pour laquelle la jeune Koa devra explorer l’île, mais aussi celles qui se trouvent aux alentours afin de ramener des nouvelles plantations et améliorations pour son foyer. Durant son exploration, Koa découvrira également les nombreux mystères et la magie qui entourent son île.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le jeu propose un scénario plus profond qu’il n’y parait. Il véhicule en effet des idées d’écologie et de respect de la nature. Des thèmes qui ne seront pas toujours bien amenés. Ils sont abordés dès les premiers instants du jeu à travers des dialogues plutôt mal construits, sans plus d’introduction et avec un arrière-goût moralisateur.

Le jeu met en effet au centre de son aventure la notion d’équilibre afin de faire prospérer l’île ; ne pas cultiver à outrance, rendre à la nature ce qu’elle nous a donné, etc. Une notion qui aura un impact important sur le gameplay, mais on y reviendra. S’il est intéressant de constater que certains jeux s’intéressent aux questions de l’écologie, on regrette que cela soit aussi mal amené dans ce cas-ci. Cela tombe comme un cheveu sur la soupe. Cela peut même devenir dérangeant, voire lourdingue, à certains moments. D’autant plus que le jeu fait le raccourci d’opposer les technologies – représentées par les méchants du jeu, les Élites – et l’écologie. Summer in Mara traite de ses sujets de manière assez caricaturale, sans nuance. Des aspects qui font que le jeu semble avant tout se destiner à un jeune public. Quand bien même pour les plus joueurs plus âgés, lorsqu’on met de côté cet aspect, l’histoire est tout à fait sympathique et joviale.

La nature tient une place importante dans le jeu.

La première création de Chibig mélange à la fois de l’exploration-aventure et du farming puisque l’amélioration du foyer de Koa et de l’île de Mara est au cœur du jeu et que pour y parvenir, le joueur devra explora les alentours de l’archipel. Pour cela, le joueur devra réaliser les missions proposées par les nombreux PNJ. Celles-ci le feront voyager et donc découvrir de nouvelles plantes et recettes, ainsi que de nouveaux outils et utiles pour sa maison.

Malheureusement, les missions proposées se résumeront assez souvent à nous envoyer d’un point A à un point B pour récupérer l’un ou l’ordre objet et le donner à l’individu. Des quêtes Fedex qui se révèlent vite très répétitives.

On retrouvera l’engagement écologique du jeu tout au long du développement de notre maison et potager puisque cela exigera de découper des arbres pour avoir du bois, de tailler des pierres, de cueillir des fruits, etc…

Le joueur devra prendre soin de ne pas abuser des ressources naturelles et de compenser son passage en replantant des arbres ou des cultures ici et là. Le concept d’équilibre dans la nature – très simplifié – est assez intéressant, tant au niveau du gameplay que de la sensibilisation des joueurs à la cause.

De manière générale, le gameplay du jeu est d’une simplicité déconcertante, mais Summer in Mara pourrait être un excellent premier jeu de simulation pour les plus jeunes. Exit les quêtes complexes et les heures de farming pour réaliser une seule recette, le titre de Chibig se veut véritablement calme et relaxant. Et le cadre s’y prête justement bien.

Les joueurs devront explorer les îles aux alentours pour réaliser des missions et acquérir de nouvelles graines et recette, afin de développeur leur foyer et jardin.Pour ce qui du développement en tant que tel de son habitation et de son terrain, le jeu ne nous laisse pas autant de liberté qu’un Animal Crossing. Il nous indique où placer les nouvelles habitations, sans nous laisser le choix et c’est regrettable. En réalité, tout au long de l’aventure et sous de nombreux aspects, le jeu nous guide, malgré l’apparence d’un monde ouvert. Certains joueurs pourraient d’ailleurs se sentir frustrés par ce manque de liberté.

Avec près de 300 quêtes principales et secondaires, l’aventure de Summer in Mara a en tout cas de quoi occuper les jeunes et moins jeunes joueurs. Un nombre important de missions et sous-missions qui – comme nous l’avons déjà évoqué – ne seront pas forcément très intéressantes. Les développeurs semblent en effet avoir voulu augmenter la durée de vie de leur création avec des quêtes Fedex. En fonction des quêtes acceptées, clôturer l’aventure demandera environ une trentaine d’heures, mais cela pourra évidemment varier en fonction des joueurs et du temps qu’ils prennent pour développer leur île.

C’est globalement joli et charmant, malgré des graphismes pauvres et une distance de visibilité restreinte.

Loin d’être un chef d’œuvre – les graphismes sont plutôt rudimentaires et les paysages sont très souvent flous – Summer in Mara n’en reste pas moins joli ou en tout cas charmant. Très coloré, avec une identité propre développée tant dans les décors que dans les personnages, le premier jeu de Chibig réchauffe le cœur, malgré sa simplicité et ses quelques défauts.

Le jeu parvient d’ailleurs à faire oublier ces derniers grâce à ses cinématiques d’une beauté époustouflante, dignes d’une série d’animation. On a en effet été surpris lors de la première cinématique.

Uniquement disponible en sous-titré (français), le jeu jouit d’une ambiance musicale très agréable qui colle parfaitement au cadre du jeu. Des musiques variées qui s’arrêtent parfois sans prévenir, mais le cadre est tellement (trop ?) charmant et chaleureux qu’on se laisse facilement transporter.

Conclusion

Débarquer sur l’île de Mara et découvrir les environnements colorés et chaleureux vous donnera presqu’en envie d’y séjourner. Avec son atmosphère joviale et enfantine, Summer in Mara propose un mélange d’exploration, de farming et de gestion qui n’est pas sans rappeler Animal Crossing. Récolter des ressources et outils pour développer son foyer est toujours un concept très séduisant, avec une petite touche écologique totalement inédite qui ajoute un petit plus. On regrette cependant que le sujet soit abordé de manière aussi abrupte et qu’il fasse des technologies l’ennemi à contrecarrer à tout prix… Très accessible, Summer in Mara se destine très clairement à une audience très jeune, et donc pas forcément au même public qu’Animal Crossing. La bonne nouvelle, c’est que malgré son tout petit prix, le jeu offre un contenu assez riche, de quoi vous tenir scotché à votre console près de 30h!

Summer in Mara

6.1

Gameplay

6.0/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

5.5/10

Bande son

6.5/10

Finition

6.0/10

Les + :

  • La sérénité globale du jeu
  • Des cinématographiques dignes d’une série d’animation
  • Des musiques très jolies
  • L’écologie abordée
  • Un petit prix pour une durée de vie conséquente

Les - :

  • Des missions Fedex trop nombreuses
  • Des dialogues mal construits
  • L’opposition caricaturale écologie/technologie
  • Un gameplay trop simple
  • Une distance d’affichage restreinte