Treize longues années après son dernier épisode, la série Desperados fait un retour fracassant sous la direction du petit studio allemand Mimimi Games, qui était parvenu à surprendre les amateurs de jeux d’infiltration tactique avec le très bon Shadow Tactics.

THQ Nordic est donc aller recruter un tout petit studio indépendant pour faire renaître de ses cendres l’une des plus prestigieuses franchises d’Infogrames. Une petite trentaine de développeurs ont ainsi travaillé d’arrache-pied durant plusieurs années sur ce projet de revival. Mimimi Games avait toutefois déjà prouvé tout son talent avec l’excellent Shadow Tactics. Difficile d’imaginer à ce titre une équipe plus qualifiée pour mener à bien ce projet…

Chaque personnage a des compétences uniques et se joue d’une façon bien spécifique.

Inutile de s’éterniser autour du sujet : Desperados III est la réussite que les fans attendaient. Il reste à la fois fidèle à son ADN tout en épousant un gameplay plus moderne, calqué sur celui de Shadow Tactics.

Le premier contact avec le jeu laisse toutefois entrevoir ses faiblesses dès le premier coup d’oeil. Visuellement tout d’abord, il ne faut pas s’attendre à une claque. Les décors sont plutôt jolis, mais le moteur graphique accuse quelques années de retard et certains environnements paraissent bien ternes. Les modélisations des personnages sont également assez rudimentaires. La direction artistique très maîtrisée, les jolis effets visuels et le talent des développeurs en terme de level-design parviennent toutefois à insuffler de la vie à ce Desperados 3, qui en dépit d’être très réussi techniquement, a le mérite de proposer un univers très riche. On sent toutefois que le jeu a été développé avec des délais assez courts. Les temps de chargement sont atrocement longs, un léger temps de latence se fait ressentir à chaque sauvegarde manuelle et quelques petits bugs apparaissent ça et là. De façon générale, c’est pourtant bien au niveau de l’immersion que le jeu souffre avec des cinématiques réalisées avec le moteur du jeu, à bonne distance de l’action. On a déjà vu beaucoup plus immersif…

Le level-design des niveaux offre généralement une belle liberté d’action.

Si la technique déçoit, au niveau du gameplay, Desperados III est une franche réussite. Les premiers niveaux permettront aux joueurs de se familiariser avec les commandes du jeu et les différents héros. Car Desperados III n’est pas un jeu d’infiltration classique. Le jeu adopte un plan très large, qui permet au joueur d’avoir un aperçu de ce qui se passe tout autour de lui. C’est un Commandos-like pure souche.

Comme dans tous les jeux du genre, la progression se fera par l’échec et la sauvegarde manuelle est de rigueur. Le jeu vous le rappellera d’ailleurs sans cesse : sauvegardez dès que vous le pouvez pour ne pas devoir recommencer des portions entières du jeu…

Dans Desperados III, chaque niveau devra être exploré de fond en comble. Le joueur dirige une petite équipe d’opérateurs qui devront réaliser différents objectifs sur la map, tout en évitant de se faire remarquer. Car ici, la mort est instantanée. La moindre ne se pardonne pas. Il faudra donc agir dans l’ombre, observer les rondes de ses ennemis, les surprendre lorsqu’ils ont le dos tourné pour les éventrer en silence et cacher leur corps, utiliser un sniper pour éliminer les vigiles, attirer l’attention des gardiens en les séduisant et distraire les garnisons avec une large panoplie de leurres. Desperados III est un jeu très généreux au niveau de son gameplay. Le jeu nous propose en effet de diriger cinq personnages différents, qui disposent tous de leurs propres compétences, du lancer de couteau à l’art du sniping en passant par la séduction, le soin, l’empoisonnement, la pose de pièges ou de leurres. Compétences auxquelles viennent s’ajouter diverses interactions avec les décors en cours de partie, de l’usage de la dynamite pour éliminer des groupes entiers d’ennemis à l’activation d’un piège.

Pour isoler certaines cibles, il faudra parfois utiliser la séduction…

Pour arriver à ses fins, il faudra se montrer économes avec les compétences les plus utiles et savoir combiner les talents de chacun. Desperados III donne une belle liberté d’action au joueur. Chacun pourra opter pour le type de gameplay qui lui convient. On notera au passage qu’il est même possible d’effectuer des “combos” en planifiant les actions de ses opérateurs. Tout en se révélant très généreux, Desperados 3 sait également se montrer accessible grâce à son système de sauvegarde rapide – réalisée à la pression d’un seul bouton – et sa faculté à laisser le joueur progresser à son rythme. Les hardcore gamers pourront combiner les talents de chaque opérateur pour progresser rapidement. Les débutants prendront leur temps pour guetter les déplacements de tous leurs ennemis. Dans Desperados III, rien n’est insurmontable, mais tout le monde y trouve son compte.

Le level-design du jeu est également assez riche puisqu’il donne là aussi pas mal d’options au joueur, qui pourra mettre en place différentes stratégies pour arriver à son objectif. En conséquence, la rejouabilité est excellente, d’autant plus qu’une fois la mission terminée, le joueur verra apparaître des objectifs secondaires qui offriront une bonne raison de se replonger dans le jeu une fois l’aventure bouclée. La topographie des lieux visités permet également de tirer parti des décors pour dissimuler les cadavres, ou les jeter dans des ravins. Là encore, les options sont nombreuses.

Les ennemis ont tendance à être très génériques…

A ce sujet, ceux qui craignaient de devoir arpenter durant des heures le désert seront ravis d’apprendre que Desperados III offre en réalité une belle diversité d’environnements, avec des décors urbains et sauvages qui iront des marais aux plaines en passant par des forêts denses et villages. Paradoxalement, on ne retrouve pas la même diversité au niveau des ennemis, clonés par dizaines et pas forcément des plus malins dans leur comportement… Eliminez un garde, laissez son compagnon découvrir son cadavre et sonner l’alerte, puis patientez une petite minute pour voir tout ce monde retourner vaguer à leurs occupations… comme si de rien n’était!

Autre bonne surprise : la prise en main au pad est étonnamment agréable. Etant donné qu’il s’agit d’un type de jeu avant tout pensé pour être joué sur un PC, on est plutôt étonné du résultat. Certes, il faudra 1 à 2 heures de jeu pour maîtriser toutes les commandes, mais force est de constater que Mimimi a bien pensé le tout. L’interface reste très lisible et le jeu offre une belle marge de progression. S’il n’intègre pas de mode multijoueurs en coop – cela aurait été sans doute la cerise sur le gâteau -, Desperados 3 offre un mode solo long, savoureux et très bien ficelé. Notre plus gros regret à son égard concerne finalement le relatif manque de crédibilité de son univers, lié aux quelques raccourcis pris par le studio allemand dans son développement. Des ennemis clonés par dizaines à sa mise en scène minimaliste en passant par son approche souvent irréaliste (il y avait décidément beaucoup de femmes cowboys au far-west!), Desperados III pèche par un certain manque de crédibilité, pas forcément gênant pour les fans, mais qui reste la preuve tangible d’un certain manque de finition du produit.

Conclusion

13 ans après Helldorado, le talentueux studio allemand Mimimi nous livre une jolie réinterprétation de Desperados. Fidèle à l’ADN de la série, Desperados III est une vraie bonne surprises pour les amateurs de Commandos-like. Mimimi Games a brillamment modernisé le gameplay du jeu en important la formule de sa précédente création, le très réussi Shadow Tactics. Le résultat est étonnant : à la fois très technique et accessible, Desperados III parviendra à séduire les fans du genre et les néophytes avec la jolie palette d’options qu’il donne au joueur. Le gameplay est riche et les options nombreuses sur le terrain, grâce aux facultés des cinq opérateurs. Il est possible de mettre en place de vraies stratégies d’équipe ou au contraire de progresser à son rythme, de façon plus simple. Desperados 3 brille par la richesse de son gameplay et son excellent level-design. Le jeu étonne également par la richesse de ses environnements. Le pari est donc réussi pour le studio allemand, malgré quelques impairs. Techniquement, ce n’est pas fantastique, l’I.A. n’est parfaite et la mise en scène n’est pas des plus immersives. Desperados 3 n’en reste pas moins un très bon jeu d’infiltration et probablement le meilleur représentant du genre sur cette génération… 

Desperados 3

8.1

Gameplay

9.5/10

Contenu

8.5/10

Graphismes

7.5/10

Bande son

7.5/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Un gameplay tactique calqué sur celui de Shadow Tactics
  • Des niveaux et environnements variés
  • Une durée de vie solide et une bonne rejouabilité
  • Des personnages complémentaires, aux compétences uniques
  • L'excellent usage de la topographie

Les - :

  • Des temps de chargement trop longs
  • Une I.A. qui déçoit...
  • La mise en scène minimaliste
  • Pas de multijoueurs
  • Un univers qui manque de crédibilité