Après un premier volet plutôt sympathique malgré ses vilains défauts, Super Toy Cars revient déjà avec une suite, disponible en dématérialisé sur tous les supports du moment. 

Avec Super Toy Cars, le studio espagnol Eclipse Games avait tenté de ressusciter un genre qui avait pratiquement disparu. Reprenant le concept des Micro Machines, Super Toy Cars se distinguait toutefois de son modèle au niveau de sa prise en main. Le joueur ne contrôlait pas son véhicule depuis une vue du dessus mais avec une vue à la troisième personne, beaucoup plus immersive. Sympathique, malgré ses nombreux défauts, Super Toy Cars avait montré un certain potentiel, que sa suite n’exploitera malheureusement jamais.

Visuellement, c’est plutôt joli.

Car, n’ayons pas peur de le dire d’entrée de jeu, ce Super Toy Cars 2 ne corrige pratiquement aucun des défauts du premier volet. Et c’est bien dommage tant une fois encore tous les éléments d’un très bon jeu de course étaient présents. Visuellement tout d’abord, le jeu est plutôt joli pour une petite production indépendante vendue 15€ sur les stores numériques. Ce n’est certes pas une claque graphique mais les décors sont vivants, stylés et bourrés de détails qui attirent le regard. La modélisation des véhicules est également soignée. Même constat pour la bande sonore, composée de quelques musiques rock percutantes qui accompagnent parfaitement nos virées. Les bruitages sont clairement au second plan, mais il s’agit d’un défaut qui n’est finalement pas très gênant.

Côté contenu aussi, Super Toy Cars 2 fait mieux que son ainé avec une dizaine de coupes à débloquer, avec pour chacune une demi-douzaine de tracés à boucler. Le level-design n’est pas toujours inspiré et les courses sont très inégales mais les décors et les épreuves sont suffisamment variés pour nous tenir scotché au pad. On notera d’ailleurs que Super Toy Cars 2 va plus loin que la plupart des jeux du genre en proposant plusieurs catégories de véhicules et plusieurs types de courses : de l’élimination à la course classique en passant par la course sans power-ups, le trime-trials ou la destruction d’opposants. Bref, il y a largement de quoi faire.

Tout le gameplay du jeu est basé sur le drift.

S’il s’en sort plutôt bien au niveau de sa réalisation et de son contenu, Super Toy Cars 2 souffre en revanche d’un gameplay très mal fichu, en grande partie basé sur le drift. Sur le tracé, le joueur devra constamment activer ledit mode en appuyant sur un bouton de sa manette. L’ennui, c’est que les contrôles ont tendance à être très imprécis et qu’on est rarement sûr de la direction que son véhicule va prendre. Entre ces tournants, il faudra tenter de survivre malgré soi aux nombreux pièges qui nous sont tendus, aux power-ups utilisés par les opposants et au level-design parfois espiègle. Beaucoup trop bruts, les contrôles du jeu encouragent à la prudence. D’autant plus que la physique du jeu est totalement surréaliste et les bugs de collision nombreux. Il ne sera ainsi pas rare d’être stoppé net dans sa course en pensant pouvoir se faufiler entre deux accessoires – et ce alors qu’il y a très largement la place pour que le véhicule y passe. La reprise étant très lente, ce genre de désagrément finit par causer une grande frustration chez le joueur.

Dans le même ordre d’idée, on pestera très souvent contre ses adversaires – tantôt excessivement mauvais, tantôt étonnamment performants -, et pourtant ô combien mauvais, qui adoptent très souvent une attitude suicidaire. C’est bien simple, on n’a jamais l’impression qu’ils ont conscience de notre présence.

Côté épreuves, on retrouve une belle diversité de niveaux.

Assez paradoxalement, l’expérience aura tendance à changer selon la classe de véhicule que vous sélectionnerez pour les différents championnats. Rassurez-vous, le premier contact sera le plus douloureux, les Muscle Cars étant de loin les véhicules les plus rigides à contrôler. Au volant d’une Supercar, le jeu d’Eclipse Games est tout de suite beaucoup plus sympathique et ses contrôles beaucoup moins rigides. L’ennui, c’est qu’il faudra jongler entre ces différentes catégories de véhicules pour voir le bout de cette aventure. Et même si les Supercars sont beaucoup plus agréables à contrôler que d’autres catégories de véhicule, elles ne transforment pas pour autant subitement Super Toy Cars 2 en un fantastique jeu de course. Elles se contentent de rendre l’expérience beaucoup plus digeste.

Comme nous l’avions dit plus haut, Super Toy Cars 2 avait le potentiel d’être un Micro-Machines like très fun. Le jeu est beau, l’univers de l’infiniment petit est bien retranscrit, les musiques sont funs, mais les sensations de conduite sont mauvaises et tout le plaisir de jeu est gâché par le gameplay très maladroit du jeu. Et il ne faut pas s’attendre à ce que les développeurs corrigent cela car tout ou presque dans le gameplay de Super Toy Cars 2 est à revoir. Même à 14,99€, difficile donc de vous le conseiller.

Conclusion

Plus beau et plus généreux en contenu que son ainé, Super Toy Cars 2 souffre toutefois d’une prise en main beaucoup trop maladroite pour espérer séduire le grand public. Le jeu de course miniature d’Eclipse Games – qui n’est pas sans rappeller Micro Machines dans son concept – a beau proposer de jolis tracés dans le monde de l’infiniment petit, le fun n’est malheureusement pas au rendez-vous, la faute en grande partie à des contrôles trop approximatifs, une physique surréaliste et de vilains bugs de collision qui viennent gâcher tout le plaisir de jeu. Avec sa conduite très fade, le jeu d’Eclipse Games manque donc le coche. C’est d’autant plus regrettable que la plupart des ingrédients pour un très bon jeu de course arcade étaient là…  

Super Toy Cars 2

4.1

Gameplay

1.5/10

Contenu

5.5/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

6.0/10

Finition

1.0/10

Les + :

  • Des décors variés et plutôt jolis
  • Une très bonne B.O.
  • Un concept séduisant sur le papier...

Les - :

  • ... mais maladroitement porté dans la pratique
  • Des contrôles approximatifs et terriblement fades
  • Plein de bugs de collision et une physique à la rue
  • L'IA complètement aléatoire
  • Les bruitages