Cédric Goffeau est le cofondateur de la plateforme étudiante Wirenotes créée il y a cinq ans. Il y a un an, il a lancé Winch, un chat intégré aux pages de recrutement des entreprises ou aux sites de recherches d’emplois. 

Ça donne une meilleure image de l’entreprise, ça soulève un côté humain dans le processus de recrutement“, explique le fondateur de la startup. Ce chat permet de discuter avec les responsables de recrutement. Mais aussi avec de potentiels futurs collègues.

Poser des questions avant de postuler

Le candidat peut se renseigner auprès des responsables à propos des processus de recrutement ou de la structure de l’entreprise. Parallèlement, il peut s’adresser à des employés pour les questionner sur le fonctionnement interne de l’entreprise. Toutes ces questions, un candidat peut les poser avant même de postuler. “Ça donne directement la possibilité aux candidats en question de pouvoir interagir avec les employés, et évidemment de pouvoir poser des questions et être un peu plus serein s’il décide de postuler pour l’emploi“, explique le cofondateur.

On est vraiment très surpris, la solution fonctionne vraiment bien pour l’instant et les entreprises arrivent à motiver très facilement leurs employés pour le faire” souligne Cédric Goffeau. Il précise tout de même que les employés ne passent pas des heures à répondre à leurs potentiels futurs collègues, il dégage de petites plages horaires pour répondre : “oui effectivement, ils prennent de plus en plus de temps“.

Winch s’intègre dans les processus de deux manières. La startup intègre sa solution software directement chez ses clients : “notamment sur la page carrière“. Parallèlement le chat est intégré à des sites d’offres d’emplois en Belgique et en Europe. “On en a même en Colombie qui vont utiliser prochainement notre solution“, souligne le cofondateur.

Une période propice aux recrutements virtuels

On a un pic actuellement“. Avec le confinement, les processus de recrutements se sont digitalisés. La solution virtuelle de Winch est un canal idéal durant cette crise sanitaire. “De plus en plus de personnes qui veulent changer d’emploi posent des questions à d’autres employés pour savoir s’il y a moyen de pouvoir changer d’emploi, comment ça se passe avec le coronavirus, etc.“, explique Cédric Goffeau.

La startup organise également des salons de l’emploi. “On a adapté l’outil aux demandes des clients actuellement” ; les salons sont donc devenus virtuels. En partenariat, la startup a par exemple organisé un salon de l’emploi pour BDO, grâce à des chats et un livestream. Une manière de poursuivre les recrutements malgré le confinement, mais aussi d’expérimenter une autre approche. Florence Cornélis de chez BDO explique sur leur site qu’un «salon virtuel de l’emploi est peut-être moins intimidant pour les étudiants. Tout le monde n’ose pas toujours venir à notre stand pour poser des questions lors d’une foire classique. Lors du salon de l’emploi virtuel, ils peuvent également poser leurs questions de manière anonyme, ce qui nous rend plus accessibles».

L’objectif de Winch c’est d’être utilisé à grande échelle. “Notre but c’est de devenir la solution de base entre les candidats et les employés dans l’Europe“, explique Crédric Goffeau. “Et dans le monde un jour peut-être”.