Le bras de fer qui oppose l’entreprise chinoise à l’administration américaine pourrait pousser le groupe à abandonner son partenariat avec Qualcomm. 

Selon le site GizmoChina, Huawei pourrait être contraint d’abandonner les processeurs de Qualcomm et de signer un accord avec un autre constructeur pour ses processeurs 5G. Actuellement, les processeurs Kirin du groupe chinois sont fabriqués par une filiale de Huawei. Le groupe chinois utilise toutefois certains processeurs de Qualcomm pour plusieurs produits.

L’administration Trump a placé Huawei sur une liste noire. En conséquence, Qualcomm ne peut plus vendre de processeurs 5G au groupe chinois. Assez paradoxalement, Huawei a vu ses ventes de smartphones exploser sur son marché domestique et doit aujourd’hui faire face à une énorme demande de smartphones 5G. Demande à laquelle elle ne serait pas en mesure de répondre, selon les sources du site chinois. Elle devrait donc se tourner vers de potentiels nouveaux partenaires, dont le groupe chinois MediaTek et son rival coréen Samsung, qui pourraient devenir de nouveaux fournisseurs de Huawei. L’abandon d’une collaboration avec Qualcomm pourrait lourdement impacter le secteur. Assez paradoxalement, c’est en effet Qualcomm qui a le plus à y perdre.

D’une part, parce que Huawei a vu ses parts de marché grimper en Chine, et que cela a lourdement impacté les chiffres de ventes de ses concurrents, qui utilisent eux des processeurs de Qualcomm. Les livraisons de processeurs de la marque américaine en 2019 ont chuté. Bob Swan, le PDG de Qualcomm, déclarait ainsi en 2019 à CNBC que “la Chine est un marché qui a eu un impact sur la demande en 2019.”

D’autre part, parce que la Chine est actuellement le seul marché où les ventes de smartphones progressent de nouveau, et que Huawei y occupe une place privilégiée.