Le premier réseau 5G du pays reposera sur les fréquences inutilisées de la 3G.

De la 5G qui n’en est pas vraiment

L’annonce de Proximus concernant le lancement du premier réseau 5G du pays a surpris les médias. Il faut bien l’avouer, personne ne s’attendait à voir un réseau 5G débarquer aussi rapidement en Belgique. En réalité, la 5G de Proximus n’est pas vraiment encore de la 5G, il s’agit d’un premier pas dans cette direction. A vrai dire, la Belgique n’a même pas encore ouvert les enchères pour son réseau 5G.

L’opérateur téléphonique a choisi de recycler les fréquences de son réseau 3G pour démarrer le déploiement de sa 5G. “Le spectre de la 3G est utilisé aujourd’hui pour délivrer la 5G. C’est une méthode qui a été utilisée ailleurs, notamment chez Vodafone” expliquait un spécialiste des réseaux de chez Proximus ce matin lors d’une conférence de presse en ligne.

“Il s’agit d’une première étape dans le déploiement de la 5G” assure Guillaume Boutin, le PDG du groupe. Ce premier réseau 5G serait 30% plus rapide que le réseau 4.5G actuel de l’opérateur. On tournerait ainsi au tour des 3 Gbps, avec une latence de 8 millisecondes, des performances encore inférieures à la fibre.

Proximus pourra passer à la vitesse supérieure dès qu’il aura accès aux fréquences 700 Mhz (utilisées pour la couverture) et 3,5 Ghz (pour le débit et la capacité du réseau). Les débits s’envoleront alors. Pour l’instant, il n’y a toutefois aucune indication sur une date de lancement potentielle de ce véritable réseau 5G. La mise aux enchères des fréquences devrait en effet ne débuter qu’en juin prochain.

Une technologie de Huawei, en attendant la vraie 5G

Si Proximus assure ne pas avoir encore pris de décision vis-à-vis de l’infrastructure de son futur réseau 5G, le réseau 5G qui est aujourd’hui déployé exploitera bien une technologie de Huawei.

L’appel d’offres est “toujours en cours”, selon Proximus. Outre Huawei, plusieurs autres acteurs sont toujours en lice pour le déploiement du futur réseau 5G de Proximus, parmi lesquels Ericsson, Nokia ou encore ZTE.

Le slicing, pour assurer les services essentiels

Pour s’assurer du bon fonctionnement du réseau pour les services essentiels, Proximus utilisera une méthode de “slicing” des services 5G. Chaque usage du réseau sera limité dans le débit et la capacité. Concrètement, s’il y a surcharge de l’usage du streaming ou du gaming, cela n’impactera pas les services d’urgence par exemple. Dans l’absolu, cela devrait permettre d’éviter des soucis techniques.

Les avantages pour le consommateur

Pour les consommateurs, cette nouvelle offre 5G ne présente que peu d’intérêt dans la mesure où les vitesses de téléchargement avec la 4.5G sont déjà très élevées. Un gain de 30% en vitesse semble à l’heure d’aujourd’hui un très maigre argument de vente. En revanche, le nouveau forfait Mobilus 5G illimité entrouvre les portes de l’illimité, le vrai. 

Sur le long terme, les avantages devraient être plus marqués, avec une faible latence pour le gaming par exemple et de meilleures performances pour certains usages. On peut ainsi imaginer pouvoir streamer du contenu de Netflix en 4K sur son smartphone sans aucun temps de chargement ou utiliser des applications de cloud gaming ou de réalité virtuelle de façon instantanée là-aussi.