Le jeu vidéo Foldit a été développé dans un cadre universitaire et dans le but d’aider la recherche scientifique.

Plusieurs secteurs s’activent pour trouver une solution à l’épidémie de coronavirus. On peut notamment citer le cas d’une intelligence artificielle capable de détecter le virus en 20 secondes ou le projet d’une application informative en France. Évidemment, le secteur de la recherche scientifique et médicale occupe la première place et dans certains cas, les chercheurs ont recours à des méthodes étonnantes.

En effet, des chercheurs américains utilisent un jeu vidéo pour tenter de mieux comprendre le fonctionnement du virus Covid-19. Sorti en 2008, Foldit a été développé par l’Université de Washigthon afin de permettre à des personnes extérieures au cadre universitaire ou scientifique d’aider la science. Une plateforme à laquelle a été ajoutée un nouveau “niveau” dédié au coronavirus. 

Le but du jeu est de « plier des protéines », de résoudre le puzzle des protéines, afin d’en comprendre la structure. Une étape essentielle selon les chercheurs de l’Université de Washington qui utilisent Foldit, car cela permet effectivement de « comprendre comment [une protéine] fonctionne et pour la cibler avec des médicaments ».

Sur le site de Foldit, on peut lire la mission des 200.000 joueurs ; « ces dernières semaines, les chercheurs ont déterminé la structure de la protéine de pointe du coronavirus 2019 et comment elle se lie aux récepteurs humains. Si nous pouvons concevoir une protéine qui se lie à cette protéine de pointe du coronavirus, elle pourrait être utilisée pour bloquer l’interaction avec les cellules humaines et arrêter l’infection ! ». Dans les faits, cela se traduit par le fait de devoir confectionner une protéine antivirale avant que les protéines du coronavirus ne puissent interagir avec les cellules humaines.

Selon les créateurs du jeu, l’esprit humain se révèle plus efficace que les calculs d’ordinateur pour plier des protéines, notamment grâce à son intuition.

À l’heure actuelle, il est difficile de savoir si le jeu permettra d’avancer dans la compréhension du virus, mais avec plus de 200.000 joueurs, il y a des chances pour que certaines résolutions du puzzle fassent avancer la recherche. L’Université de Washington a indiqué que les idées les plus intéressantes seraient étudiées et testées.