Le smartphone est livré avec un logiciel de détection qui empêche de prendre certaines photos “inappropriées”.

La solution pour lutter contre revenge-porn serait-elle d’empêcher les propriétaires de smartphone de prendre des photos compromettantes ? Si cela ne règle pas le problème, cela pourrait tout de même y contribuer d’une certaine manière. En tout cas, au Japon, la capture de photo coquine ne semble pas être appréciée de tous – à moins que ça soit dans une démarche préventive – puisqu’un smartphone d’un nouveau genre vient de faire son apparition ; le Tone E20.

Vendu par le constructeur japonais Tone Mobile, le smartphone en question empêche son utilisateur de prendre des photos qu’il considère comme inappropriées. Une fonctionnalité qui repose sur une intelligence artificielle capable d’analyser le contenu des photos et d’empêcher leur sauvegarde. Dans la pratique, l’utilisateur pourrait enclencher la capture d’un selfie dénudé (photo ou vidéo), mais celui-ci ne serait pas enregistré sur le téléphone.

Lorsque l’IA détecte un contenu inapproprié, le téléphone affiche cette image avec le texte « la photo n’a pas été prise en raison d’un contenu inapproprié ».

La mise en place d’un tel logiciel parait étonnante de la part d’un constructeur de smartphones. Pourquoi voudrait-il restreindre l’utilisation des consommateurs qui achètent ses produits ? Dans les faits, le constructeur chercherait à protéger ses utilisateurs.

Les smartphones de Tone Mobile sont très accessibles (180 $) et se destinent surtout à des jeunes personnes. Empêcher que les jeunes propriétaires se prennent en photo dénudés permettrait d’éviter qu’ils soient victimes de revenge-porn, de pressions ou de prédateurs sexuels.

Le constructeur n’indique pas exactement ce qui est considéré comme du contenu inapproprié. Au-delà du logiciel étonnant, le smartphone est tout à fait classique. Il tourne sous Android 9.0, affiche sur un écran de 6,26 pouces et dispose d’un triple capteur photo et de 64 Go de stockage.

À noter que la fonctionnalité peut être désactivée… par un adulte. Elle peut également être liée via une application au téléphone d’un parent ou d’un tuteur. Ce dernier recevra une notification en cas de tentative de selfie dénudé, avec la date, l’heure et les informations GPS d’où a été prise la photo. Reste à voir si cette « sécurité » ne peut pas être facilement contournée.