Une augmentation qui est liée à la politique de Donald Trump.

Lorsque Donald Trump a accédé à la présidence américaine, ce dernier a annoncé vouloir mettre un terme à la politique de contrôle des prix instaurée par son prédécesseur, Barack Obama. Une décision qui a de nombreuses répercussions, notamment sur le prix des noms de domaines. En effet, ce dernier avait été gelé en 2012 par Obama, mais cela est sur le point de changer.

L’entreprise américaine VeriSign, qui dispose du droit exclusif de vendre les noms de domaine les plus populaires au monde (les fameux .com), souhaite augmenter ses prix. Une volonté qu’elle a tenté de faire accepter auprès de l’ICANN, la société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet. Un accord qui, selon l’ICANN, respecte la politique du ministère du Commerce dont elle dépend.

VeriSign souhaite dégeler le prix du .com, bloqué à 7,85 $ annuel depuis 2012, et l’augmenter de 7% par an. D’ici quelques années, le prix du nom de domaine .com pourrait doubler. Une prévision que l’on pourrait également faire pour les noms de domaine .net, .name, .web et .jobs qui sont également sous le contrôle de VeriSign.

L’augmentation de 7% par an sera effective pendant 4 ans avant de stagner pendant deux années pour ensuite, réaugmenter de 7% par an pendant 4 ans. En 2026, le prix d’un nom de domaine .com coûtera 10,26 dollars.

Pour les actuels propriétaires de domaines en .com, le prix de 7,85 $ est verrouillé pour une période allant jusqu’à 10 ans, ce qui devrait limiter la frustration de ces derniers.

De son côté, VeriSign va devoir verser 4 millions de dollars sur les 5 prochaines années à compter du 1er janvier 2021 afin de participer aux coûts de fonctionnement de l’ICANN. Cette dernière justifie ce montant en indiquant qu’il s’agit des coûts qu’elle va devoir assumer pour « mener, faciliter ou soutenir des activités qui préservent et améliorent la sécurité, la stabilité et la résilience du DNS ».

L’accord trouvé entre VeriSign et l’ICANN provoque la colère chez les autres propriétaires de noms de domaine qui y voient une complicité, ainsi qu’un monopole effectif. Malheureusement, cet accord est soutenu par l’entourage du président Trump. L’ICANN assure respecter les choix du ministère du Commerce en autorisant l’entreprise privée à augmenter ses prix.