Une intelligence artificielle développée par DeepMind serait plus efficace que les docteurs pour détecter des cellules cancéreuses.

Bien que la médecine progresse, les erreurs de diagnostic sont encore fréquentes, notamment dans le cas du cancer du sein. Des erreurs liées aux méthodes de diagnostics actuelles qui aboutissent encore souvent à de faux positifs, entraînant un important stress chez les patientes voire des interventions médicales parfois inutiles. La solution pour réduire les faux diagnostics pourrait être le recours à l’intelligence artificielle.

L’entreprise britannique DeepMind, spécialisée dans l’intelligence artificielle et propriété de Google depuis 2014, a mis au point une intelligence artificielle capable de détecter le cancer du sein en commettant moins d’erreurs que les humains en analysant les données médicales des patients.

L’IA a été entraîné à diagnostiquer des cancers du sein sur base de données de patientes. Celle-ci a diagnostiqué 5,7% de moins de faux positifs et 9,4% de faux négatifs que les experts.

Des résultats qui pourraient amener à ce que l’intelligence artificielle soit davantage utilisée dans le monde médical, notamment pour les diagnostiques. Elle pourrait être couplée aux méthodes de diagnostics actuelles afin de réduire les conclusions médicales erronées. « Ces résultats mettent en évidence le rôle important que l’IA pourrait jouer dans l’avenir des soins prodigués aux personnes atteintes de cancer. L’adoption d’une technologie comme celle-ci pourrait contribuer à améliorer la façon dont nous diagnostiquons le cancer dans les années à venir », a indiqué la directrice générale de Cancer Research, Michelle Mitchell, à Business Insider.

Au-delà de réduire le taux d’erreur, le recours à l’IA permettrait également d’éviter du stress inutile aux patientes, mais aussi permettre de détecter les cancers du sein plus tôt et ainsi offrir de meilleures de rémissions aux malades.

Google et DeedMind ne sont pas les seuls à vouloir faire appel à cette technologie dans le monde médical. En juin dernier, IBM avait déjà mis au point un algorithme de détection du cancer du sein qui reposait sur l’analyse de données d’imagerie et des antécédents médicaux d’une patiente.

Dans les deux cas, les résultats étaient prometteurs. Il faudra certainement attendre encore quelques années avant que l’intelligence artificielle soit pleinement utilisée pour les diagnostics médicaux.