Le virus baptisé Venus aurait fait des victimes en Europe. 

Les smartphones sous Android sont la cible d’un nouveau virus capable de souscrire leurs propriétaires à des abonnements payants à leur insu. Un procédé qui rappelle celui du malware tristement célèbre, Joker. Évidemment, l’objectif est de vider les poches des victimes.

On doit cette découverte aux chercheurs en sécurité informatique de la société Evina. Ceux-ci ont repéré le nuisible sur 8 applications disponibles sur le Play Store. Des applications qui ont été téléchargées plus de 285.000 fois, faisant autant de victimes potentielles.

Dans les faits, le malware caché dans une application peut rester endormi pendant plusieurs semaines ou mois avant de se manifester. Une fois qu’il est réveillé, il se débrouille pour abonner l’utilisateur du téléphone à des services en ligne payants à son insu. Le prix des abonnements est alors répercuté sur la facture de téléphone ou directement sur la carte de crédit enregistré sur le smartphone.

Le malware Venus est même capable d’intercepter les SMS de confirmation envoyés par les services payants afin de n’éveiller aucun soupçon de la part des propriétaires. Evina souligne que l’arnaque est particulièrement indétectable pour les victimes qui ne se rendent compte du problème qu’une fois que la facture est arrivée ou que leur carte de crédit est débitée. « Ce type de fraude est de plus en plus répandu et peut désormais contourner le système de détection de Google », s’inquiète Evina.

Le malware Venus a été repéré dans 8 applications du Play Store qui ont été téléchargées dans plusieurs pays européens, dont la Belgique et la France. Voici la liste des applications vérolées :

  • Cody ToDo List
  • Kevin Quick App
  • Book Keeping Mini
  • Chaos Compass
  • Noodle Athena
  • XStudio Cool Flashlight
  • A1188
  • Geek Cool QR Code

Si vous possédez l’une de ses applications, il est conseillé de la supprimer rapidement et de vérifier vos relevés de cartes de crédit ou facture mobile. Les applications vérolées ne semblent plus disponibles sur le Play Store, mais le malware Venus pourrait s’être caché dans d’autres apps encore listées sur la boutique d’applications de Google.

Privilégiez les éditeurs et développeurs d’applications connus et vérifiez les commentaires des applications avant d’en installer une. Cela vous permettra d’éviter de faire une mauvaise expérience. L’installation d’un antivirus est également conseillée.