Durant leurs études, Thomas Angerer et Boris Kaisin ont monté Be Influence, un réseau d’influenceurs belges avec un nombre de followers « modeste ».

Au plus vous êtes proche de quelqu’un, au plus vous avez de l’influence sur lui» explique Boris Kaisin le cofondateur de Be Influence. En partant de ce constat, il s’associe à Thomas Angerer pour repenser le concept de l’influenceur à une plus petite échelle.

Un influenceur est une personne qui est suivie par beaucoup de personnes sur les réseaux sociaux. En postant des contenus, ces personnes « influencent » leur communauté. Les fans de réseaux sociaux connaissent bien ces publications « sponsorisées ». Ils consistent en un partenariat avec des marques pour vanter les bienfaits d’un produit ou d’un service.

Le fait de travailler avec des influenceurs, ce n’est pas quelque chose de nouveau” assure le cofondateur. Si Be Influence travaille avec des influenceurs, “ce n’est pas n’importe lesquels“. La startup mise sur la proximité entre l’influenceur et sa communauté. “Si vous voyez une de vos meilleures amies faire une recommandation dans une de ses publications, ça aura plus d’influence sur vous que si vous voyez un grand influenceur vous parler de quelque chose“. Thomas et Boris ont décidé de ne travailler qu’avec des nano et micro-influenceurs pour conserver une certaine authenticité. Be Influence nous parle de nano influenceurs qui ont jusqu’à 2 000 followers. Les micro-influenceurs peuvent monter jusqu’à 40 000. Finalement, il s’agit des influenceurs qui ne sont pas des professionnels. Des influenceurs qui ont acquis une certaine notoriété, sans pour autant être des stars sur les réseaux sociaux.

L’atout principal de ces influenceurs est le taux d’engagement de leur communauté qui est plus élevé. Premièrement par la proximité qu’ils ont avec leur « petite » communauté qui réagit facilement aux publications. Deuxièmement, parce que les gros influenceurs doivent eux accepter beaucoup de partenariats puisqu’ils vivent de cette activité.

Parallèlement, les « petits » influenceurs de Be Influence ont le choix quant aux marques qu’ils vont promouvoir. Ils choisissent les campagnes auxquelles ils veulent participer.

Côté rémunération, il y a trois possibilités. La première consiste à recevoir un produit ou un service gratuit. La deuxième prend la forme d’invitation à des évènements ou d’organisation d’évènements dédiés à l’influenceur et à la marque. Troisièmement, il s’agit d’une rémunération financière. Dans ce dernier cas, le prix est personnalisé en fonction de l’influenceur (sur base du nombre de followers, de likes).

Le premier client de la startup était Médecin sans frontière. “Ça nous tient à cœur“, explique Boris Kaisin. La startup a mis en place le programme Be Good au sein de son business. Les influenceurs qui font appel à eux ont la possibilité de verser une partie de leur rémunération à une ONG partenaire.