Vantées pour être rechargeables et « propres », les batteries au lithium sont tout de même fort critiquées pour leur impact écologique.

Cette année, le Prix Nobel de chimie a été attribué aux concepteurs des batteries au lithium ; John Goodenough, Stanley Whittingham et Akira Yoshino. Une récompense attribuée à leur invention pour son apport bénéfique à l’humanité.

Aujourd’hui, on retrouve les batteries au lithium dans notre quotidien. Elles sont dans nos smartphones, nos ordinateurs et même dans les voitures électriques. Légères et rechargeables, elles semblent être dotées de toutes les qualités possibles. « Avec leur travail, [les lauréats] ont posé le fondement d’une société sans fil et libéré des énergies fossiles », s’est exprimé le jury du Prix Nobel. Pourtant pour certains, les batteries au lithium sont une véritable catastrophe écologique.

Une extraction désastreuse pour l’environnement

Le métal dont sont composées ces batteries est – comme leur nom l’indique – le lithium. On en trouve dans plusieurs pays, notamment l’Australie, le Chili, l’Argentine et la Bolivie. Il représente un enjeu économique considérable, surtout pour les pays pauvres, puisque la demande ne cesse de croître. Or, son extraction est particulièrement dommageable pour l’environnement, d’autant qu’elle n’est encadrée par aucune réglementation.

Avec l’explosion des objets connectés, la demande de lithium a elle aussi explosé. Et la situation devrait continuer sur ce chemin au cours des prochaines années. En effet, les produits technologiques se multiplient et se banalisent et les batteries au lithium sont particulièrement légères et rechargeables, ce qui font d’elles un excellent composant pour les smartphones, ordinateurs et autres. Extraire du lithium est la nouvelle ruée vers l’or.

© AFP

Or, pour extraire ce métal qui se trouve principalement dans des régions désertiques, il faut creuser des mines et puiser la saumure – une eau dont la concentration en sel est très élevée – qui se trouve dans les nappes phréatiques. La solution aqueuse est alors laissée à l’air libre pendant plusieurs mois pour que l’eau puisse s’évaporer. Il ne reste alors plus qu’à filtrer le restant pour récupérer le lithium.

L’extraction en tant que telle exige d’énormes quantités d’eau. Une plaie pour les populations locales qui manquent déjà d’eau douce, mais la surexploitation de l’eau a également un impact sur la faune, la flore et l’agriculture qui meurent de soif.

Une source de pollution

La surconsommation de l’eau n’est pas le seul problème de l’extraction du lithium. L’étape suivante, le séchage, est synonyme de produits chimiques qui accélèrent le processus. Or, ces produits chimiques sont très souvent déversés dans la nature sans plus d’inquiétude que cela, entraînant la mort des plantes et des animaux proches des sites d’exploitation, mais aussi la pollution de l’eau.

L’ONG Les Amis de la Terre s’en était déjà inquiétée en 2013, indiquant dans son rapport partagé par Numerama que « l’exploration du lithium a des conséquences écologiques et sociales importantes sur les lieux d’extraction, en particulier à cause de la pollution et de l’épuisement des ressources en eau ». L’ONG soulignait également que « la transformation du lithium nécessite en outre des produits chimiques toxiques. Les communautés, les écosystèmes et les aliments produits peuvent être dangereusement exposés à des rejets ».

De plus, les batteries au lithium sont très peu recyclées dans le monde. Seules 10% d’entre elles sont recyclées à l’heure actuelle. Une situation qui s’explique en partie par la dangerosité que représentent ces objets s’ils ne sont pas traités avec précaution. En effet,  la puissance électrique résiduelle des batteries au lithium peut provoquer des incendies ou des explosions.

Autrement dit, il semble assez erroné de parler de batteries propres ou green dans le cas des batteries au lithium. Bien que celles-ci aient véritablement révolutionné nos vies et les technologies – le Prix Nobel en est la preuve légitime -, il ne faut pas oublier leurs impacts sur l’environnement.