La startup belge Pasha lance une campagne de crowdfunding. Il s’agit de la deuxième campagne de financement pour Pierre Van Nieuwenhove et Salvatore Arrigo, les deux confondateurs, qui veulent se faire connaître davantage.

Le service de Pasha propose aux conducteurs de profiter des places libres devant les portes de garage sur la ville de Bruxelles. Lorsque le propriétaire du lieu l’autorise. Le concept repose sur un écran fixé directement sur la porte de garage.

Un écran intelligent pour proposer un stationnement légal

Le souvenir de toutes ces places libres surplombées du panneau « stationnement interdit » hante les conducteurs. La plateforme de Pasha met en relation ces conducteurs fatigués et les propriétaires absents.

La loi stipule qu’il est interdit de stationner un véhicule devant une porte de garage. Sauf si un panneau indique clairement la plaque d’immatriculation du véhicule. Et pour cela, Pasha mise sur un écran fixé au préalable à la porte de garage.

Lorsqu’un propriétaire de garage s’inscrit sur Pasha, “on va aller placer devant la porte de son garage une signalétique intelligente” indique Salvatore Arrigo. Il s’agit d’un écran fixé directement sur la porte. Le propriétaire indique les heures auxquelles la place devant son garage peut être utilisée. Salvatore Arrigo insiste sur la facilité d’utilisation de l’app : “c’est comme si vous réglez votre réveil sur votre téléphone”. Grâce à sa géolocalisation, le conducteur visualise dans l’application les places disponibles : “il découvre directement où sont les places disponibles dans un rayon de 500 mètres de là où il est”.

Lorsque le conducteur arrive à quinze mètres du garage, il va pouvoir “piloter” l’écran. Au travers de l’application, il inscrit le numéro de sa plaque. La plaque du conducteur apparait à l’écran. Pierre Van Nieuwenhove explique que c’est grâce à cela que son service est légal : “par l’affichage de son immatriculation, le conducteur se soumet au Code de la route“.

Une deuxième vague de financement

Ce type de concept ne fonctionne qu’à une seule condition : une large communauté. Pour satisfaire un client, l’offre de place doit lui permettre de se garer rapidement. L’application doit donc regrouper une large proposition de garage.

Pour gagner des abonnés, les cofondateurs misent sur une campagne de parrainage principalement auprès des étudiants qui commencent la semaine prochaine. “On va leur proposer de parrainer, donc de trouver des propriétaires de garage, de les pousser à s’inscrire”. En échange, quelques cadeaux seront distribués, comme des places de cinéma. Ou des avantages liés à la mobilité (“comme un bon sur DriveNow” explique Pierre Van Nieuwenhove).

Parallèlement, Pasha lance une campagne de crowdfunding sur Spreds. “La vie de startup c’est comme ça, on est en recherche de financement” explique Salvatore Arrigo. Le lancement est prévu dès la fin de la semaine et appel les investisseurs à participer à leur capital sous forme d’actions.

La solution de parking qui arrange tout le monde

La startup a été créée en avril 2018. Ce n’est pas le manque de stationnement qui a poussé les deux cofondateurs à lancer Pasha. “Avec le nombre de places disponibles sur Bruxelles, on ne va pas révolutionner l’offre”, explique Pierre Van Nieuwenhove, “mais par contre on va marquer des points sur la réduction du temps de recherche de place”.

En discutant de ce gain de temps, les deux cofondateurs soulignent par la même occasion l’aspect écologique du concept. Moins de temps pour se garer, c’est une réduction de l’empreinte énergétique. Parallèlement, l’intérêt financier est évoqué : les tarifs sont abordables. Comptez 2€99 à l’heure en journée (1€99 en soirée). Et un tarif à cinq euros pour une nuit.